dimanche 8 mai 2011

L'HISTOIRE SECRÈTE – LE ROI DU MONDE


L'HISTOIRE SECRÈTE – LE ROI DU MONDE

En janvier 1980, dans un coin de campagne tranquille de Georgie (USA), l'archonte Erlin dépense une petite fortune pour l'édification d'un curieux monument composé de blocs de granits gravés de diverses runes. Le 13 mai 1981, il se trouve sur la place Saint Pierre de Rome, aux côtés de son ami James T.Chance, au moment où un fanatique turc tente d'assassiner le Pape Jean-Paul II. Erlin était au courant que cette tentative de meurtre allait avoir lieu. Cependant, malgré son grand pouvoir, il peut juste agir avec l'aide d'une lame et d'un maximum de concentration pour en atténuer les effets. Sur la route qui la mène à l'hôpital, l'ambulance du Pape tombe dans des bouchons. Erlin sent aussitôt qu'un autre joueur influe dans les parages pour concourir à sa perte. Lui et Chance le repèrent et se lancent dans une course-poursuite, moto contre voiture, dans les rues de Rome. Un accident plus tard et ils repèrent Yaponchik, l'âme damnée de l'archonte Dyo, qui se sauve. Ils en déduisent que c'est la maison des coupes qui a fomenté cet attentat. Erlin pense qu'il cherche à précipiter le présent. En effet, selon la prophétie des papes, ou le Katechon dans L'épitre de Paul aux Thessaloniciens, Jean-Paul II serait l'avant-avant-dernier qui précède l'apocalypse...


L'Histoire Secrète – Le Roi du Monde
Editeur : Delcourt
Scénario : Jean-Pierre Pécau
Dessins : Igor Kordey
Couleurs : Len O'Grady
Couverture : Manchu, Olivier Vatine
Genre : Fantastique, Etrange, Historique, Mondes décalés
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 20 avril 2011
Nombre de pages : 54

Mon avis : Je n’aurai guère eu de temps à patienter à remettre L’Histoire Secrète sur le devant de la scène sur ce blog puisque, après Le Mahdi, le mois dernier, voici aujourd’hui le vingt-deuxième tome de cette décidément très longue saga, Le Roi du Monde. Un album qui, dès la couverture, promet énormément puisque nous montrant le Pape Jean-Paul II blessé suite a la tentative d’assassinat dont il fut victime le 13 mai 1981 ; et, ma foi, un album qui tient plus ou moins ses promesses… Ainsi, après un petit passage à vide dut à un synopsis qui partait un peu dans tous les sens dans les deux volumes précédant (voir ici et ici), Jean-Pierre Pécau nous offre ici un album un peu plus facile a suivre et au synopsis mieux ficelé ; certes, il serait facile de s’y perdre puisque, grosso modo, dans ce Roi du Monde, on retrouve pêle-mêle des événements aussi disparates que l’attentat contre Jean-Paul II, la création du fameux Georgia Guidestones, monument oh combien énigmatique, Tchernobyl, la mort singulière de Roberto Calvi, la culture du pavot en Afghanistan, Oussama Ben Laden, la guerre entre l’URSS et les seigneurs de la guerre afghans, les liens entre Bush père et ces derniers, l’opérations de la CIA au Tibet dans les années 50, Gog et Magog (non, ne rigolez pas) et les liens ésotériques entre le régime nazi et le Tibet, la destruction du vol de la Korean Airlines par l’aviation soviétique, la mort d’Andropov et l’arrivé au pouvoir de Tchernenko a la tête de l’URSS. Bref, une véritable avalanche d’événements joyeusement assénés aux lecteurs par un Pécau complètement déchainé. Pourtant, si parfois, la mayonnaise a du mal à prendre, ici, ça passe plutôt bien, même s’il faut reconnaitre que pris individuellement, la plupart de ces événements cités n’ont strictement rien à voir les uns avec les autres… enfin, je le pense !? Qui plus est, le fait que l’on ait enfin droit a un tome où ce sympathique (façon de parler) Dyo soit mis en avant est plutôt une bonne chose, ne serais-ce que pour son implication dans les luttes intestines des méandres du pouvoir du Politburo. Ajoutons à cela une Reka décidément en pilotage automatique et un sympathique petit hommage au film Le Village des Damnés et vous comprendrez que ce vingt-deuxième tome de L’Histoire Secrète fut, selon moi, un bon cru. Après, comme il est de coutume de la dire avec cette série, il faut s’attendre a tout…


Points Positifs :
- Un nombre pour le moins conséquent de références qui pourraient donner une migraine carabinée a nombre de lecteurs mais qui, pour une fois, marche plutôt bien ; il faut dire que, quelque part, le lien de la quasi-totalité de celles-ci avec le régime soviétique est un plus non négligeable.
- Cela faisait belle lurette que l’on ne voyait pas Dyo aussi présent, et, franchement, c’est une bonne nouvelle, surtout pour le voir agir dans l’ombre du pouvoir soviétique.
- Ben Laden, l’Afghanistan, le pavot… Mouais, tout cela risque de nous amener vers une certaine date bien connue de tous.
- Hum, mais que ce passe t-il donc du coté du Tibet et de l’Afghanistan ?! Après Kor, aurions nous droit a une autre cité mythique voir même a une autre Famille ? Cela se pourrait bien…
- Sympa le petit hommage au film Le Village des Damnés.
- Le duo Kordey/ O'Grady livre une fois de plus un travail tout bonnement excellent.

Points Négatifs :
- Certes, les références sont plutôt bien trouvées mais d’un autre coté, je reconnais qu’elles sont nombreuses et que le manque de lien entre bon nombre d’entre elles ne facilite pas les choses. Une fois de plus, il est facile de s’y perdre…
- J’ai conscience que n’ayant jamais lu Arcanes et Arcanes Majeur, je loupe une partie de l’intrigue mais bon, qu’est donc devenu Lisbeth ? Et Philby, déjà que je le croyais mort dans L'Âge du Verseau dès mains de Curtis, voilà qu’on nous dit depuis qu’il n’en est rien sauf qu’on ne le voit jamais !?

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...