jeudi 31 juillet 2014

LA NOUVELLE REVUE D’HISTOIRE HS 8 – ÉTÉ 1914, POURQUOI LE SUICIDE DE L’EUROPE ?


LA NOUVELLE REVUE D’HISTOIRE HS 8 – ÉTÉ 1914, POURQUOI LE SUICIDE DE L’EUROPE ?
Printemps/Été 2014

Été 1914, pourquoi le suicide de l’Europe ?
Editorial : L’Été tragique de 1914
- France – Allemagne, un antagonisme insurmontable
- La Grande Guerre est-elle née des réalités économiques ?
- Les impérialismes coloniaux fauteurs de guerre
- Une guerre née de l’engrenage des alliances ?
- La course aux armements en Europe de 1880 à 1914
- La Royal Navy face au défi allemand
- Les états-majors ont-ils poussés à la guerre ?
- Sarajevo. L’attentat du 28 juin 1914
- Le gouvernement de Vienne face à la crise
- Poincaré en Russie
- La Serbie en juillet 1914
- Guillaume II et l’Europe d’avant 1914
- Les hésitations britanniques face à la crise européenne
- Août 1914. L’échec du pacifisme socialiste
- Été 1914. La papauté face à la guerre
- Exposition 1914 : 100 affiches pour un centenaire
- La mémoire de la Grande Guerre
- La Grande Guerre dans les livres

Mon avis : J’étais rester sur une si mauvaise impression vis-à-vis de la Nouvelle Revue d’Histoire dont le dernier numéro en date, paru au mois de mai, m’avait tant déplu que j’en ai venu à songer fortement a arrêter les frais et laisser tomber une revue que je suis depuis des années mais dont les défauts, indéniables et surtout répétitifs, me lassaient de plus en plus. Pourtant, peu de temps avant de partir en vacances, je fus attiré par le huitième hors-série de la NRH et dont le sujet, consacré, actualité oblige, a l’été 1914 et aux prémices de la Grande Guerre, ne pouvait que me plaire. Bien évidemment, au vu des ultimes numéros du magazine, j’avais le droit d’etre méfiant, à juste titre d’ailleurs et n’en déplaise à un ardent défenseur de la revue avec qui j’eu maille à partir, mais les hors-série, en règle générale, sont d’un autre niveau j’avais gardé en mémoire un si bon exemple avec le dernier en date, paru en décembre dernier et consacré à la puissance et la mer qu’en fait, j’avais peu de chances de me tromper en acquérant celui-ci. Et, ma foi, j’ai bien fait car assez rapidement, et quelque part, je pourrais ajouter qu’il était temps, j’ai pu retrouver tout ce qui me plait dans cette revue depuis des années : un certain anticonformisme même si je suis en désaccord avec certaines idées véhiculées, une qualité indéniable, un sérieux dans l’écriture des articles et un souci du détail qui fait que, lorsque tout se goupille bien, la NRH est la meilleure revue historique du marché français. Et dans cet hors-série, c’est franchement le cas, mais il faut dire que malgré un sujet maintes fois abordés, surtout ces derniers temps, centenaire de la Grande Guerre oblige, les auteurs de la Nouvelle Revue d’Histoire font fort en prenant le parti, judicieux au possible, de s’en tenir à cet été 1914, justement, ou, du moins, à revenir sur les causes du premier conflit mondial – ce qui nous démontre que nos certitudes sur celles-ci sont franchement à revoir et que la responsabilité russe, pour ne pas dire française, est flagrante – jusqu’au déclenchement de celle-ci au cours du mois qui a suivis l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand, les articles se succédant tout en nous dévoilant la marche à la guerre dans les différents pays. Captivant au possible, fort intéressant, cet hors-série de la NRH est sans nul doute la revue la plus intéressante sur le sujet dont il m’ait été donné l’occasion de lire depuis longtemps et, tout en me réconciliant franchement avec celle-ci, me laisse espérer d’autres numéros du même acabit puisque, après tout, jusqu’à fin 2018, il y aurait de quoi revenir sur le sujet, non !?


Points Positifs :
- En faisant le choix de s’en tenir aux causes du premier conflit mondial et de s’attarder sur le mois de juillet 1914, les têtes pensantes de la NRH ont eu une fort bonne idée et nous offrent donc un excellent numéro, fort instructif et qui revient sur une période à découvrir ou redécouvrir.
- Un siècle plus tard, petit à petit, certains chercheurs proposent une relecture du passé et l’on voit que les responsabilités de certains ne sont plus aussi évidentes, que d’autres apparaissent franchement comme de sacrés va-t-en-guerre mais aussi, de façon surprenante, que la guerre n’était pas inéluctable.
- Comme d’habitude avec la NRH, que ce soit un bon cru ou pas, au moins, il y a quelque chose qui ne change pas et c’est la qualité générale de l’ensemble : articles bien écrits, instructifs et souvent captivants, là-dessus, il n’y a rien à redire.

Points Négatifs :
- Lorsque pour une fois, on n’est pas bien loin de la perfection, il est bien difficile de trouver de véritables points négatifs, disons juste que pour un tel sujet, quelques pages supplémentaires auraient été les bienvenues.
- C’est sympa de nous avoir proposé quelques affiches de l’exposition 100 affiches pour un centenaire mais 8, c’est vraiment trop peu ; idem pour les livres…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...