mardi 18 octobre 2011

ISSEL LE GUERRIER


ISSEL LE GUERRIER

Au plus profond de la sombre Forêt des Gémissements, bien au-delà des terres habitées, se cache la Clairière des Rêves. C'est là – si ce lieu mystérieux n'est pas une légende – que vous pourrez accomplir la mission que le vieux Mahântor, votre maître d'armes, vous a fait jurer de mener à bien : reconquérir le trône de Franzos, usurpé par le baron Théo. Sur votre route, vous rencontrerez Darian le Magicien, lui aussi à la recherche de la Clairière des Rêves. Il sera votre fidèle allié...à moins qu'il n'ait secrètement résolu de vous trahir ? Seul ou à deux, chacun muni de son propre livre et armé d'un crayon et d'une gomme, c'est de VOUS que dépend le sort d’Issel...et aussi celui de Darian !

Cela faisait un sacré bout de temps que je ne lisais/jouait plus un Livre dont vous êtes le héros, plus précisément, depuis mai dernier avec La Citée des voleurs, l’un des tout premiers Défis Fantastiques et que, du coup, ma rubrique LDVELH s’en était trouvée orpheline de nouvelles critiques alors qu’a la base, plein d’enthousiasme, j’escomptais bien vous en proposer tout un tas. Cependant, les choses étant ce qu’elles sont, c'est-à-dire, le manque de temps, les vrais romans à lire, les films a regarder, ce blog aussi, ainsi que tout un tas d’autres activités assez prenantes en temps – comme, accessoirement, le travail, et oui – j’avais un peu mis mes LDVELH de coté, enfin, pour ce qui était de les faire ou les refaire, me contentant, ces derniers mois, de compléter ma collection comme vous avez put le constater si vous êtes un habituer de ce blog. Du coup, mon intention première, qui était de refaire, pour commencer, tous mes Défis Fantastiques (ce qui représentait tout de même un sacré paquet) avant que je ne me tourne vers d’autres séries fut légèrement, comment dire, mise de coté en particulier devant le coté monumental de la chose ainsi que, bien entendu, ce fichu manque de temps. Mais comme je ne me contente pas de refaire ma collection juste pour le fun mais également pour pouvoir rejouer a ces fameux livres jeux, tôt ou tard, je savais bien qu’il fallait que je me relance, quitte a que ce soit avec un titre mineur, facile a faire et qui ne me prendrait pas trop de temps. Ce qui fut fait.

Bon, tout d’abord, un petit mot sur cet Issel le Guerrier, ou plutôt, sur la série dont il est le premier tome : Double Jeu. Comme son nom l’indique, cette série de livres jeux, de Simon Farrell et Jon Sutherland (connaît pas, désolé), a été réaliser dans le but d’être jouer a deux (d’où le « double » du titre) : composée de six volumes, ceux-ci marchent par deux, Issel le Guerrier allant de paire avec Darian le Magicien, chaque joueur possédant chacun l’un des bouquins et jouant l’histoire de son coté, en nouant des alliances, ou pas, avec son partenaire. Forcement, arrivé à ce moment précis de ma critique, un problème non négligeable se pose devant moi : que faire quand on est seul et que l’on ne possède pas ce fameux Darian le Magicien ? Faire Issel le Guerrier tout seul ? Certes, c’est ce que j’ai fais, mais du coup, tout l’intérêt de la série, c'est-à-dire, le fait de pouvoir jouer a deux, de s’entraider ou de se tirer dans les pattes et autres joyeusetés s’en retrouve aux abonnés absents. Ainsi, sans le principal intérêt, le coté original de cette série, force est de constater qu’il ne reste plus grand-chose d’intéressant a se mettre sous la dent : car du coup, il faut bien avouer qu’Issel le Guerrier, en solo, est loin d’être transcendant, bien au contraire. Dans la moyenne basse du Défis Fantastique de base avec ses règles assez proches pour ne pas dire légèrement pompées dessus, assez court en soit au vu du nombre de paragraphes, Issel le Guerrier, en solo, souffre incontestablement la comparaison avec la plupart des Livres dont vous êtes le héros. Du coup, entre une histoire peu originale pour un sous – un jeune homme héritier d’un royaume cherche la clairière des rêves, unique moyen de retrouver son trône – et qui ne nous motivera pas plus que cela pour nous lancer à l’aventure, un style narratif assez moyen, peu de véritables challenges dignes de ce nom ce qui en fait un LDVELH assez facile, beaucoup trop facile même où les seules et rares difficultés sont du genre « gauche ou droite, gauche, t’es mort ! » ce qui a le don de m’agacer, très peu de combats et en plus faciles, j’ai conclu l’aventure en un peu plus d’une demi heure chrono et encore, en prenant mon temps, n’ayant été enthousiasmer que par deux choses : la partie dans la clairière des rêves, pas extraordinaire mais sympa, et les dessins de John Blanche, l’illustrateur de Sorcellerie ! même si ceux-ci m’ont semblé de moins bonne qualité que dans la célèbre série de Steve Jackson. Bref, au final, trop peu d’intérêt pour ce premier tome de Double Jeux a très vite oublié.

Bien évidement, cette critique ne peut être complète puisque a la base, Issel le Guerrier se doit d’être jouer/lu avec son binôme Darian le Magicien. Ne le possédant pas, et n’ayant pas non plus sous la main un autre passionné de LDVELH, il se pourrait bien que je ne sache jamais ce que jouer à deux pouvait donner ? Dommage mais bon, il n’y a pas mort d’homme non plus. Quoi qu’il en soit, en solo, Issel le Guerrier ne mérite pas franchement que l’on s’y attarde, cela me semble une certitude a mes yeux, quand a jouer a deux, je demande a voir ?

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...