mardi 2 août 2011

FIFA 2011


Dans la série, « on se demande bien ce que ce jeu apporte de neuf dans le petit monde des jeux vidéos ? », aujourd’hui, je vais vous parler de FIFA 11 (ou 2011). Bien évidement, les connaisseurs et les habitués des jeux sur consoles ou sur PC connaissent fort bien le loustic, après tout, cela ne fait qu’une bonne quinzaine d’années au moins que l’on a droit, annuellement, a au moins une version (plus, forcement, les années de Coupe du Monde ou de Championnat d’Europe) du fameux FIFA de la firme américaine, Electronic Arts, spécialisée, entre autres, en pas mal de franchises de jeux de sports (NHL, NBA etc.). Et comme d’habitude, un peu comme l’on sait qu’en décembre, il y a Noël, qu’en mai, il y a la finale de la Champions League ou qu’en trois journées de championnat, on a déjà compris que Benfica ne remportera pas le titre, a chaque rentrée des classes – plus ou moins – l’amateur de ballon rond sur console sait qu’il va avoir droit a l’énième version – promis, juré, celle-ci va bouleverser le foot sur consoles et possède moult nouveautés – de ce fameux FIFA ; ou de PES, puisque les deux colosses des jeux de foot sur console sortent leurs « nouveautés » (je suis obliger d’utiliser les guillemets) au même moment.

Bien évidement, j’ai déjà eu l’occasion, dans Le Journal de Feanor, de vous parler de quelques unes de ces versions comme FIFA 99, FIFA 07, FIFA 10 et, maintenant, FIFA 11 qui, pour la petite histoire est sortie il y a presque un an déjà (donc, ceux qui suivent auront compris que le 12 n’en a plus pour très longtemps avant d’être disponible). Mais alors, pourquoi vous parler d’un jeu qui a quasiment un an ? Et ben, tout simplement parce que c’est hier que je me le suis procurer ! Et oui, je suis comme ca mes amis, je sais prendre mon temps ; après tout, pourquoi claquer soixante euros et quelques (ou plus) dans un jeu neuf quand je peux l’avoir pour moins de vingt quelques mois plus tard ? Il faudrait être maso, surtout que, franchement, les différences entre les versions d’une année sur l’autre sont-elles si flagrantes que cela ? Permettez moi d’en douter : certes, entre mon très vieux (et accessoirement meilleur) FIFA 99 et le tout dernier, FIFA 11, c’est le jour et la nuit, cela va de soit, mais entre celui-ci et celui de l’année dernière (euh, enfin d’il y a deux ans) voir même celui de 2007, vous en voyez beaucoup des différences ? Oh, on pourra dire que les graphismes s’améliorent légèrement avec le temps, mais si peu qu’on le remarque à peine, sinon, mêmes bande sons ou presque, commentaires strictement identiques, même équipes (mais ils attendent quoi ces imbéciles d’EA pour nous mettre le Dinamo de Kiev, le Steaua Bucarest, l’Etoile Rouge de Belgrade et les autres équipes de l’est au lieu que l’on soit obliger de se taper la D4 anglaise !?), mêmes modes de jeu, bref, rien de neuf sous le soleil si ce n’est que quelques formations, au vu de leurs saisons, se sont vues plus ou moins améliorées (comme Benfica), que les effectifs sont réactualiser (encore heureux) et puis voila quoi. Bref, hier soir, j’ai passé quelques heures à effectuer les transferts du dernier mercato d’hiver ainsi que ceux de cet intersaison, j’ai refait les formations des principaux clubs et hop, me voila presque avec la version 2012 de FIFA ; étonnant ? Non, même pas : juste un moyen d’avoir l’impression d’avoir un jeu neuf (avec un an de retard) tout en faisant de sacrées économies (et encore, je pourrais presque faire l’impasse sur une année, cela ne changerait pas grand-chose). Bref, avec mon FIFA 11, je suis parti pour un an de tournois de foot endiablés – d’ailleurs, j’ai commencé – et l’année prochaine, a peu près a la même époque, il sera toujours temps, éventuellement, de songer a FIFA 12.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...