lundi 9 juillet 2012

L'ORDRE ET LA MORALE



L'ORDRE ET LA MORALE

Avril 1988, Île d'Ouvéa, Nouvelle-Calédonie. 30 gendarmes retenus en otage par un groupe d'indépendantistes Kanak. 300 militaires envoyés depuis la France pour rétablir l'ordre. 2 hommes face à face : Philippe Legorjus, capitaine du GIGN et Alphonse Dianou, chef des preneurs d’otages. À travers des valeurs communes, ils vont tenter de faire triompher le dialogue. Mais en pleine période d'élection présidentielle, lorsque les enjeux sont politiques, l’ordre n’est pas toujours dicté par la morale...

Tout d’abord, et avant de rentrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire, le film en lui-même, il me semblait nécessaire de m’attarder sur les événements qui l’on inspirer : cette fameuse prise d’otage sur l’ile d’Ouvéa, en 1988, d’une trentaine de gendarmes français par des indépendantistes Kanak. Cette précision, je le pense, est nécessaire pour comprendre le film, et ce, quel que soit votre âge : les plus jeunes qui n’étaient pas nés à l’époque, forcément, mais aussi les autres, ceux de ma génération ou les plus âgés, qui le temps ayant fait son œuvre, ne se souviennent pas forcément de ce qu’il s’est passé alors. Pourtant, l’affaire, comme vous pouvez vous en doutez, fit grand bruit alors : survenue entre les deux tours de l’élection présidentielle en France, les conséquences de cette prise d’otage furent immédiatement amplifiées par le contexte politique plus que tendue d’alors : depuis deux ans, le pays connaissait une cohabitation entre un président de gauche, François Mitterrand, et un gouvernement de droite, le premier ministre étant Jacques Chirac. Les deux hommes, alors, se livraient alors une guerre sans merci et cette prise d’otage, ou plutôt, la façon dont celle-ci devait se résoudre, pouvait peser sur le second tour des présidentielles qui opposait les deux hommes. Bien évidemment, il y eut un assaut de l’armée, pas mal de morts du côté Kanak dont certains, ne le cachons pas, pour le moins suspects et surtout, ensuite, une immense polémique : certains prétendirent que le gouvernement Chirac souhaitait la manière forte afin de glaner les voix des électeurs du Front National, indispensables pour battre Mitterrand. Comme chacun sait, cela ne suffit pas puisque le président socialiste l’emporta assez nettement, mais la polémique, elle, ne cessa pas et depuis une vingtaine d’années, la seule certitude que l’on a au sujet de cette affaire, c’est que, justement, entre zones d’ombres et non-dits, exactions voir mêmes assassinats, l’affaire de la prise d’otage d’Ouvéa est l’une des pages sombres de l’histoire récente de notre pays.


Connaîtrons-nous un jour la vérité ? Franchement, rien n’est moins sûr : un état, quel que soit son régime politique, possède pas mal de squelettes dans son placard et je ne pense pas qu’un jour, la lumière soit faite sur cette affaire ; non seulement, bon nombre des protagonistes sont encore vivants, non seulement, un camp politique de notre pays, la droite (aujourd’hui l’UMP, alors, le RPR), pourrait ne pas voir cela d’un très bon œil mais en plus, le peuple de Nouvelle Calédonie, lui-même, le souhaite-t-il ? Certains, sans nul doute, oui, mais les autres ? Ce qui est sûr, c’est qu’entre la version officielle et ce film, vous vous en doutez, il y a un monde, cependant, la prudence est de mise lorsque l’on se trouve devant une telle œuvre : après tout, il serait tentant de prendre pour argent comptant ce que nous narre Mathieu Kassovitz dans son long métrage, alors que, vous vous en doutez, la vérité, elle, doit nager entre les deux versions de l’histoire. Ainsi, les preneurs d’otage n’étaient probablement pas les sauvages coupeurs de têtes présentés par la presse française de 1988, mais, d’un autre côté, étaient-ils les doux rêveurs, les simples pères de familles pris dans un engrenage et une situation qu’ils n’avaient pas souhaitée, version présentée dans L’ordre et la morale ? Difficile de juger et il me semble qu’un « entre les deux » soit la meilleure, pour ne pas dire, la seule réponse convenable a une telle interrogation.


Alors, forcément, Mathieu Kassovitz en pris plein la gueule avec ce film ; c’était attendu et cela ne surpris pas grand monde. La polémique ne pouvant qu’être au rendez-vous avec, bien entendu, un tel sujet, mais surtout, pour la version dite « partisane » de celui-ci. Ainsi, et comme il fallait s’y attendre, les médias de droite s’en donnèrent à cœur joie ; il faut dire que c’est de bonne guerre puisque ici, Jacques Chirac et Bernard Pons sont ouvertement mis en cause. Du coup, on accusa – à tort ou à raison - Mathieu Kassovitz d’avoir créé une œuvre de propagande, une œuvre à charge, une œuvre partisane, bref, en gros, d’être un bon petit soldat de la cause socialo-communiste. Pourtant, imaginez un instant qu’effectivement, la version présentée dans L’ordre et la morale soit la plus proche de la vérité, imaginez qu’effectivement, le gouvernement Chirac ait tout fait pour qu’il y ait un bain de sang, cela, pour glaner quelques voix à l’extrême droite, imaginez que l’on ait tout fait pour empêcher, de fait, une solution pacifique à cette prise d’otage ? Imaginez donc que ces interrogations, qui existent tout bonnement depuis les faits, donc, depuis 1988, soient exactes ; vous vouliez que Mathieu Kassovitz ne les présente pas, ne s’en inspire pas pour faire son film ? Si une vérité est dérangeante, doit-on l’occulter au nom d’un je ne sais quel principe à la noix qui voudrait que l’on n’ait pas le droit de dénigrer la version officielle ? Alors certes, L’ordre et la morale est partisan, mais probablement parce qu’il fallait qu’il en soit ainsi.


Forcément, avec un tel film, le sieur Kassovitz connut encore quelques démêlés, cette fois ci avec la profession ce qui donna le savoureux et désormais célèbre « J'encule le cinéma français » suite à l’unique nomination de L’ordre et la morale aux Césars, en janvier dernier. Certains, par cette tirade, n’auront vu là que le pétage de câble d’un egocentrique en mal de reconnaissance, ce qui fut, je l’avoue, un peu mon avis de prime abord, pourtant, après avoir vu le film, je comprends complétement à la fois la colère de Mathieu Kassovitz, mais aussi pourquoi la profession ne pouvait pas le récompenser : avec un tel sujet, c’était couru d’avance, c’est que l’on n’aime pas faire de vagues dans notre beau pays, nous ne sommes pas aux Etats Unis ici, et puis bon, comment dire, on va tout de même récompenser un film qui mettrait en cause des gens avec qui on est copain, vous imaginez les problèmes que l’on va avoir !? J’exagère en disant cela ? Oh, pas forcément mais peu importe. La seule chose qui compte, après tout, c’est le film, et oui, en le regardant hier soir, j’estime qu’ils les méritaient ses récompenses : pour ses acteurs, en particulier les locaux, accessoirement pas professionnels pour un sous, pour ses décors, ses paysages, sa tension dramatique, le coté filmé caméra à l’épaule, ses nombreuses scènes intimistes, sa bande son, souvent oppressante, sa tension qui s’en va montant, tout au long de l’intrigue et ce, jusqu’à l’inéluctable assaut final. Oui, pour tout cela, il les méritait ses récompenses, mais bon, il en fut autrement, alors certes, L’ordre et la morale n’est peut-être pas un grand film au sens premier du terme, mais dans le genre coup de poing, il fait parfaitement mouche et rien que pour revenir sur l’un des événements les plus honteux de l’histoire récente de notre pays, je pense qu’il valait largement le coup de le regarder. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...