dimanche 11 février 2018

THE GHOST IN THE SHELL – TOME 1


THE GHOST IN THE SHELL – TOME 1

2029. Le Japon est devenu une corpo-nation qui recouvre l’Asie toute entière. Dans un immeuble d’une mégalopole, un membre du gouvernement, soupçonné d’avoir aidé à l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien premier ministre, effectue des tractations secrètes et illicites avec un diplomate d’un autre pays. La sécurité publique espionne la réunion et se prépare à intervenir pour arrêter tout le monde en flagrant délit. En secret, une femme-cyborg, Motoko Kusanagi, écoute également, soutenue par sa propre équipe. Lorsque la police intervient, le diplomate se sert de son immunité pour s’en sortir, et joue sur les lois et les procédures pour empêcher également l’arrestation du membre du gouvernement japonais. Tandis que la police reste impuissante, soudain la femme intervient : invisible grâce à son camouflage optique, elle crible le diplomate de balles avant de disparaître... Le lendemain, Kusanagi se rend dans le bureau du ministre de la sécurité intérieure et produit un ordre d’assassinat signé par l’ancien premier ministre... Un mois plus tard, le conseil national accepte la demande de création d’une unité spéciale d’élite anticriminelle, la section 9, dirigée par Kusanagi, chargée d’intervenir pour résoudre en secret et de manière efficace, voire radicale, les situations les plus complexes pour lesquelles les autres sections d’intervention des forces armées du gouvernement sont impuissantes. Seulement, dès la première mission, Kusanagi et son équipe se retrouvent au milieu des luttes de pouvoir des gens pour qui ils travaillent...


The Ghost in the Shell – Tome 1
Scénariste : Masamune Shirow
Dessinateur : Masamune Shirow
Genre : Seinen
Type d'ouvrage : Science Fiction, Policier, Cyberpunk
Titre en vo : The Ghost in the Shell – vol 1
Parution en vo : 20 octobre 1991
Parution en vf : 15 mars 2017
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Glénat
Nombre de pages : 352

Mon avis : Indéniablement, au tournant des années 80 et 90, au Japon, il y eut trois œuvres majeures qui définirent alors le genre cyberpunk principalement mais qui, il ne faut pas l’oublier, permirent un peu aux mangas d’accéder a une place non négligeable aux yeux du grand public occidental, peu familier du genre – en dehors des adaptations animées qui faisaient alors fureur sur nos écrans. Ces trois œuvres furent Akira, bien évidement, de Katsuhiro Otomo, sans nul doute la meilleure et la plus connue, Gunnm de Yukito Kishiro, dont j’ai déjà eu l’occasion de vous parler sur ce blog et, pour finir, The Ghost in the Shell de Masamune Shirow dont je vous propose la critique en ce jour. Pour la petite histoire, et comme cela avait été le cas pour Gunnm en son temps, je n’avais jamais eu l’occasion de lire, jusqu’à aujourd’hui, ce manga alors que, pour ce qui est de Akira, étant un vieux de la vieille, j’avais découvert le chef d’œuvre du sieur Otomo par la version colorisée paru a l’époque. Cependant, contrairement a Gunnm auquel j’avais plutôt bien accrocher – même si cela fait quelques mois que j’ai un peu mis ce manga de coté – j’ai eu le plus grand mal a me lancer véritablement dans The Ghost in the Shell, finissant même par me faire violence pour en venir a bout ! Voilà, la chose est dite et j’entends déjà certains hurler au loup devant mes propos, mais bon, que voulez vous que je vous dise au sujet du manga culte (c’est un fait) de Masamune Shirow qui est un pur chef d’œuvres pour certains mais qui, a mes yeux, possède beaucoup trop de défauts pour que je le considère comme étant un incontournable ? Car le problème avec The Ghost in the Shell, ce qui m’embête un peu a son sujet, c’est que, si je reconnais que l’univers proposé est plutôt réussi, si j’ai accrocher a certains des protagonistes, si les diverses missions a proprement parler de la Section 9 sont loin d’être inintéressantes, si le scénario d’ensemble nous amène a nous poser tout un tas de questions sur ce qu’est la vie, sur ce qui fait la différence entre l’humanité et les robots et comment la vie peut évoluer, sans oublier, bien évidement, les magnifiques dessins de Masamune Shirow, tout cela est indéniablement gâché par une complexité monumentale, une lourdeur pas avenante pour un sou et une somme de textes qui font que, dès les premières pages, on se surprend a souffler de dépit et a se rendre compte qu’on a passer un temps fou a essayer de déchiffrer et de comprendre si peu de choses. Bref, pour certains, toute cette complexité fait parti du jeu et apporte un plus a l’ensemble, pour les autres, harassés par des tonnes et des tonnes de textes et de délires métaphasiques de l’auteur parfois inutiles, ils se diront que le jeu n’en vaut décidément pas la chandelle et préférerons la simplicité sans prise de tête d’un Gunnm ou la magnificence évidente d’un Akira


Points Positifs :
- Peut-être l’un des mangas qui a le plus marqué le genre cyberpunk avec un univers cohérent, d’une richesse impressionnante, une ambiance fort bien décrite et un travail en amont de la part de l’auteur qui est plutôt louable et remarquable. Cela nous change de certaines bande dessinées écrites a la va-vite et bien plus pauvres dans l’ensemble.
- S’il y a une chose que l’on ne peut retirer a Masamune Shirow, c’est son indéniablement talent artistique car le bougre dessine fort bien et parcourir cette édition – agrémentées de quelques pages colorées – est un pur régal.
- Un scénario général bien plus intelligent qu’on pourrait le penser de prime abord. Il faut dire que la lecture nous amène à nous poser des questions sur ce qu’est la vie, comment on peut la qualifier, comment elle peut évoluer, comment peut-on considéré les robots et autres cyborgs, etc.
- Motoko Kusanagi n’est pas l’héroïne de manga la plus originale qui soit, cependant, elle n’en reste pas moins plutôt charismatique et parfaitement emblématique de son époque.
- Une édition française quasi-parfaite !

Points Négatifs :
- Une complexité de lecture de tous les instants ! Il faut dire que j’ai rarement eu l’occasion de lire une bande dessinée aussi pénible a lire alors que cela ne se justifie nullement, ce qui est dommage car l’idée générale est plutôt bonne et certaines histoires assez réussies, cependant, l’auteur a eu l’idée saugrenue de vouloir tout expliquer, le moindre détail et se perd en plus dans des délires plus ou moins assumés, ce qui alourdit les pages par des tonnes et des tonnes de textes souvent inutiles…
- Pour une version intégrale, pourquoi les quelques scènes coquines ont été censurées ? Ah un moment donné, soit on nous présente une œuvre dans son intégralité, soit on ne prétend pas qu’il s’agit d’une intégrale !

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...