vendredi 23 février 2018

MURDER BALLADS


MURDER BALLADS

Nick Cave and the Bad Seeds

1 - Song of Joy (Nick Cave) 6:47
2 - Stagger Lee (Nick Cave) 5:15
3 - Henry Lee (Nick Cave) 3:58
4 - Lovely Creature (Nick Cave) 4:13
5 - Where the Wild Roses Grow (Nick Cave) 3:57
6 - The Curse of Millhaven (Nick Cave) 6:55
7 - The Kindness of Strangers (Nick Cave) 4:39
8 - Crow Jane (Nick Cave) 4:14
9 - O'Malley's Bar (Nick Cave) 14:28
10 - Death is not the End (Bob Dylan) 4:26


Murder Ballads
Musicien : Nick Cave and the Bad Seeds
Parution : 5 février 1996
Enregistré : 1993 – 1995
Durée : 58:43
Genre : Post-Punk, Alternatif
Producteur : Tony Cohen, Victor Van Vugt, Nick Cave and the Bad Seeds
Label : Mute Records

Musiciens :
Nick Cave : chant, piano, orgue, orgue Hammond, coups de feu, arrangements cordes
Blixa Bargeld : guitare, cris, chant
Martyn P. Casey : basse
Mick Harvey : batterie, guitare, guitare acoustique, orgue, orgue éolien, chœurs, arrangements cordes, basse, orgue Hammond, ceinture métallique, percussions
Conway Savage : piano, chœurs, orgue
Jim Sclavunos : batterie, percussions, cloches, tambourin
Thomas Wydler : maracas, batterie, tambourin, chant
PJ Harvey : Chant
Kylie Minogue : Chant
Shane MacGowan : Chant
Anita Lane : pleurs, chant
Warren Ellis : violon, accordéon
Hugo Race : guitare
Terry Edwards : cuivres
Katharine Blake : Chant additionnel
Jen Anderson : violon
Sue Simpson : violon
Kerran Coulter : alto
Helen Mountfort : violoncelle
Marielle Del Conte : Chant additionnel
Geraldine Johnston : Chant additionnel
Liz Corcoran : Chant additionnel
Brian Hooper : basse

Mon avis : Comment ais-je pus passer tant d’années à coté d’un immense artiste – dans le sens noble du terme – comme Nick Cave ? C’est un peu la question que je me posais dans ma critique de Let Love In, il y a de cela quelques semaines, et auquel je n’ai toujours pas trouvé de réponses, car bon, comment dire… après cet excellent opus dont je vous ai chanter les louanges, voilà que, avec Murder Ballads, je me suis pris en pleine face un album encore plus monumental, un truc énorme, un disque que l’on peut, sans la moindre exagération aucune, qualifié de chef d’œuvre absolu dès sa première écoute, c’est pour dire ! Car oui, et je pèse mes mots, Murder Ballads est un grand disque, un des meilleurs de Nick Cave et de ses mauvaises graines – peut-être le meilleur mais en deux critiques, je n’arrête pas de le dire – et, accessoirement, sans nul doute une des plus belles réussites des années 90. Il faut dire que le sieur Cave, toujours entouré de ses compagnons, nous livre ici un exercice de style pour le moins audacieux puisque, en décidant de nous sortir un album uniquement composé de ballades traitant de meurtres, genre de chanson populaire dans les pays anglo-saxons, le résultat, oh combien somptueux, mets tout le monde d’accord, ou presque, tant la perfection est atteinte de la première a la dernière chanson. Bien évidement, a bien y regarder, la thématique de ses chansons, plutôt calmes en apparence mais aux paroles incisives, sinistres, colle comme un gant a notre brave Nick Cave qui, tel un poisson dans l’eau, est en terrain familier, posant sa voix d’outre-tombe dans des descriptions sans fioritures de meurtres et de crimes passionnels. Si l’on ajoute à cet ensemble cohérent et parfait les deux duos qui firent beaucoup pour la réussite de cet album, je veux bien évidement parlé de Henry Lee – avec PJ Harvey qui vivait alors une histoire d’amour avec Nick Cave – et, surtout, Where the Wild Roses Grow – avec Kylie Minogue, énorme succès de cette année 1996 et vous comprendrez, sans nul doute, a quel point ce Murder Ballads est l’un des albums majeurs du sieur Nick Cave et de ses mauvaises graines, incontestablement !


Points Positifs :
- Incontestablement un des meilleurs albums de Nick Cave voir, tout bonnement, le plus aboutit. Il faut dire que Murder Ballads, vrai-faux concept album, est un opus monumental quasiment parfait de bout en bout, bref, un chef d’œuvre !
- Le genre des ballades meurtrières est absent dans l’hexagone mais très populaire dans les pays anglo-saxons et, force est de constater que celui-ci colle parfaitement a un artiste comme Nick Cave qui, de par son style, sa musique, s’y trouve parfaitement a l’aise, ce qui se remarque de bel manière de part l’ambiance générale de l’album.
- Les deux duos, bien sur : Henry Lee et le magnifique Where the Wild Roses Grow.
- Même si les deux duos avec Kylie Minogue et PJ Harvey se démarquent du lot, les autres titres sont loin d’être en retraits et Song of Joy, Stagger Lee, The Curse of Millhaven, Lovely Creature ou la reprise de Dylan, Death is not the End, méritent largement le détour !
- O'Malley's Bar et ses 14 minutes de folie !
- Une pochette plutôt simple mais qui colle bien au contenu.

Points Négatifs :
- Histoire de pinailler, disons que j’ai légèrement moins accroché a The Kindness of Strangers et Crow Jane ; mais c’est vraiment pour pinailler…

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...