samedi 24 février 2018

ALBEDO 0.39


ALBEDO 0.39

Vangelis

1 - Pulstar (Vangelis) 5:45
2 - Freefall (Vangelis) 2:20
3 - Mare Tranquillitatis (Vangelis) 1:45
4 - Main Sequence (Vangelis) 8:15
5 - Sword of Orion (Vangelis) 2:05
6 - Alpha (Vangelis) 5:45
7 - Nucleogenesis (Part 1) (Vangelis) 6:15
8 - Nucleogenesis (Part 2) (Vangelis) 5:50
9 - Albedo 0.39 (Vangelis) 4:30


Albedo 0.39
Musicien : Vangelis
Parution : 1976
Enregistré : 1976
Durée : 42:30
Genre : Rock Progressif, New Age, Musique électronique, Ambient
Producteur : Vangelis
Label : RCA, Windham Hill

Musiciens :
Vangelis : synthétiseurs, claviers, guitare basse, percussions, gamelan, arrangements
Keith Spencer-Allen : voix sur le titre Albedo 0.39, ingénieur du son

Mon avis : Je ne vais pas vous mentir, si je connais depuis ma petite enfance le sieur Vangelis, si bon nombre de ses compositions me sont familières, je veux bien évidement parler de ses contributions a des bandes originales de films a succès – qui a dit Blade Runner, pour ne citer qu’un exemple – si j’ai eu l’opportunité, il y a une éternité, d’écouter la BO des Chariots de Feu (mon père la possédait en K7) ce n’est qu’avec cet Albedo 0.39 que, enfin, je me suis véritablement attaqué au bonhomme. Pourtant, et comme vous avez put le comprendre, celui-ci n’est pas n’importe qui, mais bon, dans le genre musique électronique, pour la part, autant j’ai suivis la carrière de Jean Michel Jarre depuis les années 80, autant avec Vangelis, eh bien, comment dire, c’était de loin, de très loin même… Mais bon, comme dirait l’autre : mieux vaut tard que jamais et, justement, voilà que la chose est faite avec cet album qui, sans être le meilleur de la longue discographie du magicien des synthés, n’en reste pas moins emblématique de son travail et de son talent. Car oui, incontestablement, Albedo 0.39 est un bon album, du moins, pour tout fan de musique électronique qui se respecte et son écoute, pour des oreilles familières du genre, sonnera de manière fort agréable. Pourtant, par certains cotés et malgré la qualité générale de l’ensemble, certains morceaux, certains passages, certains sons, semblent un peu datés : certes, c’est un peu le lot de bien des albums de musique électronique de l’époque mais, a titre de comparaison, Oxygène, du sieur Jarre, s’en sort bien mieux et conserve encore de nos jours ce coté quasiment parfait qui en fait un incontournable. Bref, un bon opus dans l’ensemble que cet Albedo 0.39 mais qui, a mes yeux, n’est pas un grand album. Alors peut-être ne suis-je pas suffisamment connaisseur du sieur Vangelis, peut-être mon écoute de cet opus ne s’est pas faite dans de bonnes conditions mais bon, quoi qu’il en soit, je pense ne pas me tromper en affirmant reconnaitre un incontournable, ce qui n’est, visiblement, pas le cas ici…


Points Positifs :
- Un ensemble de titres cohérents et qui nous invitent, parfois de fort belle manière, a un magnifique voyage dans l’espace. La thématique, présente de bout en bout, est pour beaucoup pour la réussite de l’album.
- Contrairement a un Jean Michel Jarre qui, dès la même année, nous sortait un disque purement électronique – Oxygène – dans Albedo 0.39, Vangelis use encore d’instruments traditionnels et ne reste pas limité a un genre, ce qui n’est pas désagréable.
- Pulstar pour son dynamisme ainsi que les titres les plus longs, plus aboutit.

Points Négatifs :
- Un son un peu daté par moments, dans certains morceaux, ce qui nuit un peu a l’appréciation de ces derniers. Bien évidement, c’est un problème plus ou moins récurant avec bon nombre de genres musicaux de l’époque, particulièrement pour ce qui est du progressif et de la musique électronique.
- Incontestablement, Vangelis est un grand, je le conçois, et certaines de ces bande originales sont là pour le confirmer, cependant, avec Albedo 0.39, nous sommes encore a milles lieux de ce qu’il fera par la suite…

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...