lundi 22 janvier 2018

SAINT SEIYA – NEXT DIMENSION – TOME 1


SAINT SEIYA – NEXT DIMENSION – TOME 1

Capturée par les hommes d’Hadès, Athéna est retenue prisonnière à Elysion. Seiya et les autres chevaliers, après de nombreux ennemis, arrivent enfin devant le Dieu de la mort mais sont impuissants face à lui. Ce dernier, au moment où il s’apprête à achever la déesse, voit un souvenir lui revenir : avant la dernière guerre sainte, Pégase était son ami... A cette époque, le grand Pope avait pressenti qu’un nouveau conflit allait avoir lieu et fit donc évoluer Dohko et Shion de chevaliers de bronze à chevaliers d’or. Annonçant aux deux promus que l’âme d’Hadès allait se réincarner dans peu de temps, Dohko s’était mis en tête de tuer l’humain dans lequel l’âme viendrait se glisser. Shion n’étant pas de cet avis fut même prêt à affronter son ami mais leur dispute ne dura guère qu’un instant. Peu de temps passa lorsque les deux chevaliers d’or croisèrent la route d’Alone, un jeune homme à l’apparence pure qui serait la réincarnation d’Hadès. Si Dohko hésita avant de frapper, il stoppa son geste en voyant un homme, le chevalier Pégase, s’approcher...


Saint Seiya – Next Dimension – Tome 1
Scénariste : Masami Kurumada
Dessinateur : Masami Kurumada
Genre : Shōnen
Type d'ouvrage : Aventure, Action, Mythologie
Titre en vo : Saint Seiya – Next Dimension vol 1
Parution en vo : 06 avril 2009
Parution en vf : 25 novembre 2010
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Panini Comics
Nombre de pages : 208

Mon avis : Pour ceux de ma génération, il est indéniable qu’une œuvre comme Les Chevaliers du Zodiaque aura marquer bon nombre d’entre nous, d’abord, par le biais du dessin animé, bien entendu, puis, quelques années plus tard, grâce a la publication du manga original, œuvre, comme chacun sait, du sieur Masami Kurumada. Cependant, si Saint Seiya – le véritable nom de ce manga – a depuis longtemps acquis un coté culte aux yeux des quadragénaires, force est de constater que tant la bande dessinée que sa version animée ne sont pas exempt de défauts, comme vous avez put le constater si vous avez eu l’occasion de lire mes nombreuses critiques du manga et publiées l’année dernière. Pourtant, après le vingt-huitième et dernier volume de la saga, Masami Kurumada et d’autres décidèrent de ne pas en rester là, de proposer moult suites, préquelles plus ou moins contestables et dont l’une d’entre elles, justement, nous occupe aujourd’hui : Saint Seiya – Next Dimension. Bon, déjà, pourquoi ce choix de ma part ? Tout simplement parce que dans cette suite, le sieur Kurumada est aux manettes et que l’on peut donc qualifier ce manga de suite officielle. Du coup, poussé par la curiosité, je me suis dit que je pourrais tenter l’expérience, ne serais-ce que par voir par moi-même si oui ou non, ce Next Dimension allait valoir le coup, si j’allais retrouver – qui sait – un peu de la magie d’autrefois, et ce, même si je dois reconnaitre que je n’en n’attendais ni monts ni merveilles. D’ailleurs, heureusement que je n’attendais pas grand-chose de cette suite car bon, comment dire… je ne sais pas ce que vaudra la suite de Next Dimension mais si elle est du même acabit que ce premier volume, alors là, j’abandonnerai rapidement les frais tant j’ai été dubitatif en lisant les débuts de cette suite annoncé en grandes pompes de l’un des manges les plus cultes des années 80. Ainsi, entre le fait que le choix de Kurumada de coloriser son manga desserve plus ce dernier qu’autre chose, de nous pondre un protagoniste principal – Tenma – qui a la même tronche que Seiya et qui est lui aussi, forcément, Chevalier de Pégase, de ridiculiser Dohko et Shion, d’oser nous sortir une narration d’un autre age et un synopsis qui en plus d’accumuler les raccourcis et les lieux communs, sent le réchauffé, il est clair que même le fan le plus ultra de ces bons vieux Chevaliers du Zodiaque ne peut qu’être horrifier par la chose ! Alors bon, m’étant procurer également le second tome de Next Dimension, je vais tout de même le lire, histoire de voir s’il y a un mieux, mais bon, si ce n’est pas le cas – et pourquoi ça devrait changer – la suite se fera sans moi et, sincèrement, ce ne sera pas une grande perte !


Points Positifs :
- Le Chevalier de la Coupe. J’aime bien son look et puis, au moins, il est nouveau lui.
- Pour les fans les plus extrémistes de Saint Seiya, le plaisir de retrouver leur univers et leurs personnages préférés.

Points Négatifs :
- J’ai rarement eu l’occasion de lire une suite ou le début d’une quelconque œuvre qui commençait aussi mal et bourré de tant de défauts que je ne vois même pas comment les choses peuvent s’améliorer par la suite. Il faut dire qu’a la lecture de ce premier tome de Next Dimension, je ne peux m’empêcher de me dire que, décidément, lorsqu’une œuvre a connu, en son temps, un certain succès, il vaut mieux la laisser tranquille et ne jamais revenir dessus…
- Une narration d’un autre age, un scénario bourré de raccourcis et de scènes archivues auparavant et qui n’apportent strictement rien a une œuvre aussi culte que Saint Seiya – et qui, a la base, il faut le reconnaitre, était loin d’être parfaite.
- Tenma a la même tronche que Seiya et est lui aussi Chevalier de Pégase. Pour l’originalité, on repassera…
- Masami Kurumada est tout heureux, en préambule de ce premier volume, de nous annoncer que son manga est en couleur. Mouais, il aurait mieux fait de s’abstenir car cela dessert plus celui-ci qu’autre chose. Enfin, je m’attendais a pire tout de même sur ce point.
- Un grand n’importe quoi pour ce qui est de Dohko et Shion : de Chevaliers de Bronze, ils sont promus automatiquement Chevaliers d’Or, apprennent qu’il va y avoir une nouvelle Guerre Sainte, semblent tomber des nues après cela puis toutes les trois pages, agissent comme des demeurés et sont, accessoirement, complètement ridiculisés par un Kurumada en pilotage automatique !
- Alone, mais qu’elle tête a claques !
- Encore une fois, l’originalité est au rendez vous avec… Pandore. Eh oui, on prend les mêmes et on recommence…

Ma note : 1,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...