vendredi 29 septembre 2017

LA GRANDE GUERRE DES MONDES – TERREUR MARTIENNE


LA GRANDE GUERRE DES MONDES – TERREUR MARTIENNE

Été 1916. La première vague d’invasion martienne s’abat sur Verdun et sème la désolation. Einstein, avec l’aide de C. Flammarion et du Pr. Challenger, doit exploiter les secrets d’une épave récupérée par les Allemands. L’horrible nature des pilotes apparaît, ainsi que la certitude d’une nouvelle invasion. Mais une surprenante nouvelle provoque le départ du Pr. Challenger pour Saint-Pétersbourg…


La Grande Guerre des Mondes – Terreur Martienne
Scénario : Richard D. Nolane
Dessins : Zeljko Vladetic
Couleurs : Aurore Folny
Couverture : Pierre Loyvet
Editeur : Soleil
Genre : Uchronie
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 13 septembre 2017
Nombre de pages : 52

Mon avis : Indubitablement, La Chose sous les tranchées, premier volet de la dernière œuvre en date du sieur Richard D. Nolane, je veux bien évidement parler de La Grande Guerre des Mondes, avait été une fort sympathique surprise. Il faut dire que cette invasion martienne, bel hommage a La Guerre des Mondes de HG Wells, en pleine Première Guerre Mondiale possédait un postulat de départ pour le moins étonnant, car bon, mettre face a face les poilus face aux tripodes martiens, il fallait oser ! Pourtant, non seulement cela fonctionne mais en plus, Nolane, connaisseur du sujet, s’en donne a cœur joie pour nous livrer une bande dessinée qui, certes, n’est pas un chef d’œuvre, mais qui n’en reste pas moins un fort agréable divertissement qui ravira les amateurs du genre, c’est-à-dire, cette SF de la fin du XIXème siècle et dont les têtes d’affiches étaient ni plus ni moins que HG Wells, bien sur, mais aussi Jules Verne. Du coup, ce fut avec un certain intérêt que je me suis plongé dans la lecture du second tome de cette Grande Guerre des Mondes, cette Terreur Martienne qui, par ailleurs, porte fort bien son nom : ainsi, dans ses pages, les troupes françaises et allemandes se font le tout naturellement du monde massacré par cette tête de pont martienne qui apparait comme étant presque invulnérable. Ici, Nolane se contente, dans les grandes lignes, de reprendre le synopsis du célèbre roman de Wells où, pour rappel, pendant une grande partie de ce dernier, les troupes anglaises subissaient le joug de l’envahisseur, jusqu’à ce que Londres finisse en flammes… L’effet de surprise, bien entendu, est passé, cependant, cela n’enlève rien au plaisir de la lecture, l’auteur étant suffisamment habile pour maintenir notre attention tout au long de ce second tome. Personnages réels côtoient des figures de la littérature populaire, on connait enfin l’apparence de ces fameux martiens – là aussi, pas de grande surprise – et s’il fallait trouver un défaut a ce second volume, ce serait son rythme, moins intense que celui de son prédécesseur. Mais bon, si vous avez apprécié les débuts de ce cycle, n’hésitez pas une seconde, Terreur Martienne prolongera le plaisir et même si tout n’est pas parfait, ma foi, tout cela reste fort sympathique…


Points Positifs :
- Après un premier tome pour le moins réussi, c’est avec plaisir que l’on retrouve ce fort habile mélange de La Guerre des Mondes et de La Première Guerre Mondiale. Intrigue, personnages, ambiance, les amateurs du genre seront en terrain familier et, ma foi, plutôt bon.
- Suite logique et sans grande surprise de son prédécesseur où, force est de le constater, les troupes terriennes, désormais alliées par la force des choses, subissent bien des pertes de la part de cette tête de pont martienne. Cependant, cela est plutôt convenu et en aucune manière gênant, loin de là.
- Une multitudes de personnages réels, quelques autres issus de la culture populaire et tout un tas de références à quelques œuvres cultes des débuts de la science fiction.
- Pour ce qui est des dessins, il n’y a rien à redire et Zeljko Vladetic livre une prestation fort correcte dans l’ensemble.
- Encore une fois, une couverture fort réussie !

Points Négatifs :
- Un rythme moins soutenu dans ce second volet, il faut dire que les protagonistes parlent énormément, ce qui n’est pas illogique, et que comme l’effet de surprise est passé…
- Si dans l’ensemble, les dessins de Zeljko Vladetic sont fort appréciables, il subsiste par moments quelques petites imperfections ici et la.
- Si l’on ne possède pas une culture générale importante sur cette période historique, sur l’age d’or de la SF voir même sur le paléocontact, alors, on passera a coté de tout un tas de références.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...