vendredi 30 juin 2017

RECONQUÊTES – LA MORT D'UN ROI


RECONQUÊTES – LA MORT D'UN ROI

Une horde guerrière de plusieurs tribus scythes – les sarmates, les cimmériens et les callipides – s’est constituée pour partir en guerre contre l’ennemi hittite. Cinq sorciers atlantes, ultimes survivants d’une civilisation disparue, et porteurs de pouvoirs psychiques dévastateurs, participent également à cette campagne de reconquête. Une première bataille a été remportée par l’alliance Scythe. Mais les hittites sont puissants et leur contre-attaque s’annonce redoutable. D’autant que les dissensions sont grandes au sein de la horde, voire au sein des tribus elles-mêmes ! Notamment, la reine des sarmates, Simissée, ne peut contenir un schisme : la majorité de ses guerrières quittent la horde pour refonder leur civilisation, en compagnie des deux filles d’Argypée, une guerrière jadis bannie pour avoir copulé avec le dieu Mithra. Simissée ne peut rien faire contre ça, mais elle découvre que sa scribe Thusia est la troisième fille d’Argypée ! Initialement, Thusia a infiltré la horde dans le but de cette scission… Aujourd’hui, elle avoue tout sous la torture et regrette. Un sorcier Atlante fait alors lui aussi une stupéfiante révélation : jadis, Argypée n’a jamais copulé avec Mithra, mais avec Azaes, un atlante perfide qui a abusé de ses pouvoirs à l’époque. Les trois rebelles sarmates sont donc ses filles aussi et elles ont hérité de certains pouvoirs ! Pour conserver sa vie sauve, Thusia propose alors un acte commando très risqué en territoire ennemi, en compagnie de Marak, le roi des callipides, le dernier à pouvoir « piloter » un griffon…


Reconquêtes – La mort d’un Roi
Scénario : Sylvain Runberg, François Miville-Deschênes
Dessins : François Miville-Deschênes
Couleurs : François Miville-Deschênes
Couverture : François Miville-Deschênes
Editeur : Le Lombard
Genre : Historique, Fantasy
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 02 septembre 2016
Nombre de pages : 54

Mon avis : Quatrième et dernier tome de Reconquêtes, œuvre de Sylvain Runberg et de François Miville-Deschênes, La mort d’un Roi conclu en beauté un cycle qui, ma foi, aura frôlé avec la perfection du début à la fin. Certes, certain pourront regretter, a juste titre d’ailleurs, un certain classicisme dans son traitement scénaristique, de même, d’autres pointeront du doigt un manque de charisme évidant pour la plupart des protagonistes, trop stéréotypés pour être honnêtes. Ces défauts, bel et biens présents, empêchent d’ailleurs Reconquêtes d’être un chef d’œuvre absolu, mais bon, que cela ne refroidisse nullement les appétits des lecteurs car si la perfection n’est pas au rendez vous, cette bande dessinée n’en reste pas moins bonne, très bonne même ! Ainsi, après les surprenantes révélations du tome précédant et la déroute de la Horde des Vivants, tout semble perdu pour les trois clans Scythes et les Hittites semblent avoir toutes les cartes en main pour parvenir à la victoire. C’est sans compter sans Thusia, vrai scribe babylonienne mais surtout une des filles d’une ancienne sarmate bannie par les siens et qui croyait avoir copulé avec un dieu alors qu’en fait il ne s’agissait que d’un atlante plus ou moins pervers. Après sa trahison puis ses remords, la jeune femme sauvera la situation, et ce, grâce a ses connaissances de l’ennemi ; l’idée est toute simple puisqu’il s’agit d’aller assassiner le roi Hittite, mais bon, encore faut-il y parvenir et, ma foi, la mission de Thusia et du roi Marak, a dos de griffon, vaudra le déplacement. Ainsi, dans cet ultime album, la Horde des Vivant finira par emporter la mise, certes, mais y laissera quelques plumes au passage : un de leurs rois passera l’arme à gauche, ce qui explique le titre de l’album – et oui, le roi Hittite n’était pas le seul à mourir. Pour ce qui est des personnages secondaires, nous auront droit, bien entendu, à notre petit lot de morts mais si pour la plupart, ce n’est guère une surprise, disons que les auteurs auront réussi à maintenir un certain suspens jusqu’au bout, ce qui est appréciable. Au final, La mort d’un Roi conclu plutôt bien cette belle saga historico-fantastique qu’est Reconquêtes et ravira les amateurs de cette bande dessinée, après, si on devait le comparer a son prédécesseur immédiat, il apparait un poil en retrait, mais bon, comme je l’avais dit plus haut, si Reconquêtes n’est pas un chef d’œuvre, ne serais-ce que pour ses nombreuses qualités et une certaine originalité, il me semble évidant que cette BD mérite le détour, et pas qu’un peu !


Points Positifs :
- Une bonne conclusion à la hauteur de ce que fut cette bande dessinée tout au long des quatre volumes qui la composent. Les auteurs réussissent encore à nous surprendre, on a droit a quelques coups d’éclats et la fin, douce amère, conclut fort bien cette œuvre qu’il serait dommage de ne pas connaitre.
- Bien entendu, les dessins de François Miville-Deschênes ne peuvent qu’être mis en avant tellement ceux-ci sont pour beaucoup pour la réussite de cette œuvre dans son ensemble. Une fois de plus, certaines planches sont tout simplement magnifiques !
- Si l’on se doutait que le roi Hittite allait passer l’arme à gauche, le fameux roi dont la mort donne le nom au titre de cet album est tout autre. D’ailleurs, ce décès surprend un peu lorsqu’il survient et, ma foi, est plutôt bien trouvé.

Points Négatifs :
- Dommage que la plupart des protagonistes soient trop stéréotypés, car, du coup, ils perdent énormément en charisme et le lecteur à bien du mal à être attirer par le sort d’une bonne partie d’entre eux.
- Un certain classicisme dans le traitement scénaristique par moments, ce qui fait que certains événements étaient prévisibles.
- Certes, François Miville-Deschênes dessine fort bien, il n’y a rien à redire là-dessus, cependant, au bout d’un moment, vous ne trouvez pas un peu ridicule que toutes les sarmates aient des seins aussi gros !?

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...