vendredi 26 mai 2017

METROPOLIS – TOME 4


METROPOLIS – TOME 4

Les mystérieux services secrets de l'Interland orientent l'enquête de Gabriel Faune vers l'Automate Mental 45, une sorte d'œuvre d'art mécanique qui hante les souvenirs du citoyen numéro 1 de la cité. En remettant la main sur les pièces détachées de l'objet étrange, Gabriel semble plongé dans une forme de révélation, sous les yeux étonnés de Grete qui l'a élevé pendant son enfance. Mais l'arrivée de Freud va interrompre ce moment, lorsque tous les trois réalisent que Lohmann, à nouveau sous l'emprise de M son double maléfique, est éminemment dangereux. Ils se précipitent vers l'appartement de Louise dont ils craignent qu'elle soit victime d'une vengeance de l'inspecteur de police à la double personnalité. Faune se souvient de la nuit qu'il a passée avec la jeune femme, et imagine la vengeance possible de son compagnon. Lorsqu'ils arrivent sur place, l'affrontement ne pourra plus être évité. L'enquête sur la mystérieuse explosion de la Tour de la réconciliation va prendre une nouvelle tournure, dont Gabriel est convaincu qu'elle ne correspond pas à la réalité...


Metropolis – Tome 4
Scénario : Serge Lehman
Dessins : Stéphane de Caneva
Couleurs : Dimitris Martinos
Couverture : Benjamin Carré
Editeur : Delcourt
Genre : Uchronie, Fantastique, Policier
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 18 janvier 2017
Nombre de pages : 96

Mon avis : Paru en ce désormais lointain mois de janvier 2014, le premier tome de Metropolis, une des dernières œuvres en date de l’un des rares auteurs français véritablement original, je veux bien évidement parler de Serge Lehman, m’avait immédiatement emballé de par son synopsis et ses multiples références, que ce soit aux films du grand Fritz Lang mais aussi a des figures historiques bien réelles. Ainsi, depuis lors, et après un second puis un troisième volume qui s’étaient avérés être tout aussi excellents, la série avait poursuivie son petit bonhomme de chemin et même s’il elle n’avait pas atteint les sommets qualitatifs de son ainée, La Brigade Chimérique, force est de constater qu’elle n’en était pas loin. Ce fut donc avec un intérêt et une impatience notable que j’attendais donc cette conclusion, tout en espérant que celle-ci, bien évidement, soit a la hauteur de mes espérances ; après tout, il aurait été fort dommage qu’une œuvre aussi bonne finisse en queue de poisson… Or, d’entrée de jeu, un détail me choqua : les dessins. Ayant fortement apprécié le travail du sieur Stéphane de Caneva aux crayons et celui de Dimitris Martinos aux couleurs depuis le premier volume, dès les premières planches, j’ai eu un doute que les mêmes hommes étaient toujours aux commandes, or, après vérification, c’était le cas, et là, sincèrement, j’ai eu un pas de mal a comprendre ce qui leur était arriver, car bon, comment dire… si leur travail lors des trois premiers tomes de Metropolis était sans faute, il est clair qu’il y a une baisse qualitative notable dans ce dernier volume, particulièrement au niveau des traits. Une franche déception, donc, d’autant plus regrettable qu’elle est peu compréhensible et pour le moins inattendue… Fort heureusement, le scénario, lui, sauve un peu les meubles et si l’on pouvait éprouver quelques craintes quand a la conclusion, ceux-ci finissent par être définitivement enterré tant Serge Lehman nous en a concocter une qui certes, est complexe, mais qui n’en reste pas moins fort logique quand a ses aboutissements. Bien évidement, le lecteur attentif aura put deviner certaines choses dès le premier tome mais dans l’ensemble, cette conclusion me semble pour le moins parfaite au vu du déroulement du scénario – surtout après relecture de l’intégralité de la saga, ce qui nous permet de noter tous les petits détails qui amènent a celle-ci. Bref, scénaristiquement, Metropolis finit en beauté et confirme, une fois de plus, que Serge Lehman est un superbe auteur qui possède ses thèmes de prédilections, sait de quoi il parle et nous émerveille à chaque fois. Pour ce qui est des dessins, hélas, c’est une toute autre histoire et cela est fort dommage, surtout que c’est un peu incompréhensible au final…



Points Positifs :
- Il n’est jamais facile de livrer une conclusion a la hauteur d’une saga qui avait été quasiment parfaite jusque là, surtout quand le scénario est franchement complexe et que l’on devine que les explications finales le seront tout autant. Fort heureusement, Serge Lehman réussi son coup et même si sa conclusion est à la fois simple et compliquée – une histoire d’univers parallèles – force est de constater que cette dernière est tout bonnement parfaite !
- Scénaristiquement, c’est plutôt excellent : on se dit que le héros, Gabriel Faune, n’est pas tout seul dans sa tête et on commence a douter de tout puis, finalement, on comprend qu’il n’avait pas tout a fait tort et les révélations finales concluent en beauté l’intrigue.
- Encore et toujours les très nombreuses références culturelles, artistiques, historiques, l’ambiance, digne des films de l’époque, les clins d’œil a moult figures réelles et qui raviront les amateurs éclairés.
- Le petit hommage final a la ligne claire, comme si, en arrivant dans notre monde, on passait des comics au style majeur de la bande dessinée européenne.
- Comme a chaque fois, la couverture est une réussite.

Points Négatifs :
- Je ne sais pas ce qui est arrivé à Stéphane de Caneva et à Dimitris Martinos mais pour ce qui est des dessins, il y a une baisse notable de qualité. Alors certes, dans l’ensemble, cela reste plutôt bon, cependant, au vu de l’excellence des trois premiers tomes, il est clair que l’on ne peut qu’être déçu par ce quatrième volume…
- Comme a chaque fois dans les œuvres de Serge Lehman, si l’on ne possède pas un bagage culturel conséquent, on passera a coté de pas mal de références voir d’une bonne partie du scénario. Après, a chacun de se cultiver un minimum aussi, après tout, a notre époque, ce n’est pas difficile…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...