mardi 2 mai 2017

L'ENFANT ET LE MAUDIT – TOME 1


L'ENFANT ET LE MAUDIT – TOME 1

Étendue sur un tronc d'arbre, une petite fille se réveille doucement. Alors qu'elle s'étire, elle regarde l'intérieur du seau qu'elle a rempli précédemment. Dedans se trouvent deux couronnes de fleurs qu'elle a fabriquées. La fillette se rend compte que la journée est vite passée et que, si le professeur la trouve ici, elle se fera gronder. Doucement, derrière elle, une silhouette sombre s'approche. Il s'agit d'une créature monstrueuse à la peau charbonneuse, très grande, avec des cornes sur la tête et une queue fourchue sortant de son manteau. Loin d'être effrayée, la petite fille reconnaît le professeur. Ce dernier lui dit que rester trop longtemps ici est dangereux. Tous les deux se rendent ensuite dans un village et y récupèrent de la nourriture. Ils ne croisent personne, si ce n'est une silhouette aperçue au loin par la fillette. Une fois rentrés, le professeur rappelle à la petite fille qu’elle ne doit en aucun cas le toucher lui ou quelqu'un d'autre venant de l'Extérieur, car celle-ci s'en retrouverait maudite...


L’enfant et le maudit – Tome 1
Scénariste : Nagabe
Dessinateur : Nagabe
Genre : Shônen
Type d'ouvrage : Fantastique, Fantasy
Titre en vo : Totsukuni no Shoujo – Siúil a Rún vol. 1
Parution en vo : 10 mars 2016
Parution en vf : 09 mars 2017
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Komikku éditions
Nombre de pages : 202

Mon avis : A la fin de l’année passée, la sortie du premier tome de Somali et l’esprit de la forêt avait éveillé ma curiosité, même si, après coup, je dois reconnaitre que j’avais été plutôt déçu par la chose : destiné sans nul doute à un public plus jeune, je n’avais guère adhéré au manga tout en lui reconnaissant, tout de même, quelques qualités. Curieusement, ou pas, depuis quelques temps, une autre œuvre qui possédait quelques points communs avec Somali et l’esprit de la forêt, avait, elle aussi, éveiller mon attention : L’enfant et le maudit. Un postulat de départ semblable avec une jeune fille accompagnée d’un être étrange, et un coté conte de fées qui aurait put me faire dire que je risquais, la aussi, de ne pas accrocher, or, si je ne suis tout de même pas convaincu de poursuivre l’aventure de L’enfant et le maudit, force est de constater que, contrairement a Somali, au moins, ici, la qualité est supérieure ! Car autant une certaine niaiserie typiquement nippone transparaissait de Somali et l’esprit de la forêt, autant dans L’enfant et le maudit, si le public visé reste plutôt jeune, le ton est plus réussi, plus féerique, plus propre, en quelque sorte, a accrocher un lectorat plus mature. En effet, si nous avons bel et bien affaire à un conte de fées sans surprises et si l’on n’échappe malheureusement pas a quelques stéréotypes propres aux productions japonaises, force est de constater que l’ensemble possède une certaine noirceur qui change pas mal la donne : la fillette, rejetée par les siens, risque sa peau, et dans ce monde pour le moins singulier, le seul être qui lui veut du bien est cette étrange créature « maudite » qui s’avère être bien plus humain que la soldatesque. Bien évidement, l’une des grandes forces de ce manga, si ce n’est sa grande force est le trait du mangaka, le sieur Nagabe : un style a priori naïf qui alterne entre traits quasiment épurés et d’autres plus sombres – la dualité entre la jeune fille et la créature maudite. Le résultat, sans révolutionner le genre, est plutôt réussi, accroche indéniablement le regard et, ma foi, mérite le détour. Au point de faire de L’enfant et le maudit un incontournable ? Probablement pas, mais bon, si vous avez l’occasion de lire ce premier tome, vous pouvez vous laisser tenter…


Points Positifs :
- Les dessins, bien entendu ! Car si le style du sieur Nagabe est plutôt simpliste pour ne pas dire naïf, celui-ci rend plutôt bien la dualité qui existe dans ce monde singulier où coexistent des êtres normaux et d’autres que l’on qualifie de maudits. Cela transparait surtout dans la manière dont sont représentés les deux héros de ce manga : la fillette et la créature, la première étant presque transparente tandis que le second est d’une noirceur inquiétante.
- Un postulat de départ loin d’être original mais qui fonctionne plutôt bien, surtout au vu de la dualité existant entre ces deux mondes irréconciliables.
- Une certaine noirceur se dégage de ce premier tome, ce qui n’est pas plus mal.

Points Négatifs :
- Comme je l’ai souligné, on ne peut pas vraiment dire que L’enfant et le maudit brille par son originalité – il suffit de se souvenir de Somali et l’esprit de la forêt, œuvre qui possède bien des points communs.
- Si un public plus adulte peut plus ou moins accrocher a ce sympathique conte de fées, force est de constater que cela reste une œuvre avant tout destinée a un jeune public et que certains risquent de trouver tout cela d’une niaiserie insupportable.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...