mardi 1 novembre 2016

MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS


MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS

Jake Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père Abe. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île au Pays de Galles, où ses parents l'avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine, la directrice d'un pensionnat pour enfant « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d'enfants doués de capacités surnaturelles, comme Emma Bloom, une fille plus légère que l'air, qui était obligé de porter des chaussures en plomb, Olive Abroholos, une jeune femme qui pouvait produire un feu avec ses mains ou Millard Nullings un garçon complètement invisible. Abe avait aussi un don, les protéger des « monstres ». Un soir, Jake trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s'enfuit avec ses yeux. Bouleversé, Jake part en quête de la vérité sur l'île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n'y a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils reclus, cachés de tous ? Et s'ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse...


Miss Peregrine et les Enfants particuliers
Réalisation : Tim Burton
Scénario : Jane Goldman, d'après Miss Peregrine et les Enfants particuliers de Ransom Riggs
Musique : Mike Higham et Matthew Margeson
Production : Chernin Entertainment et Tim Burton Productions
Genre : Fantastique
Titre en vo : Miss Peregrine's Home for Peculiar Children
Pays d'origine : Etats-Unis, Royaume-Uni, Belgique
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 29 septembre 2016
Durée : 127 mn

Casting :
Eva Green : Miss Alma LeFay Peregrine
Asa Butterfield : Jacob « Jake » Portman
Ella Purnell : Emma Bloom
Samuel L. Jackson : M. Barron
Chris O'Downd : Franklin Portman
Terence Stamp : Abraham « Abe » Portman
Judi Dench : Miss Esmeralda Avocet
Lauren McCrostie : Olive Abroholos Elephanta
Finlay MacMillan : Enoch O'Connor
Cameron King : Millard Nullings
Allison Janney : Dr. Golan
Pixie Davis : Bronwyn Bruntley
Georgia Pemberton : Fiona Frauenfeld
Milo Parker : Hugh Apiston
Raffiella Chapman : Claire Densmore
Hayden Keeler-Stone : Horace Somusson
Joseph et Thomas Odwell : Les Jumeaux
Louis Davison : Victor Bruntley
Rupert Everett : Ornithologue John Lemmon
Kim Dickens : Maryann Portman
O-Lan Jones : Shelly
Jennifer Jarackas : Tante Susie Portman
George Vricos : Oncle Bobby
Callum Wilson : Abe Portman, jeune
Nicholas Oteri : Jake Portman, 6 ans
Aiden Flowers : Jake Portman, 10 ans
Jack Brady : M. Clark
Philip Philmar : M. Archer
Scott Handy : M. Gleeson
Helen Day : Miss Edwards
Shaun Thomas : Dylan
Justin Davis : Worm
Tim Burton : un homme au parc d'attractions de Blackpool

Mon avis : Fan du sieur Tim Burton quasiment depuis ses débuts, je dois reconnaitre que c’était avec des sentiments contradictoires que je me suis rendu au cinéma afin de voir son dernier long métrage en date, Miss Peregrine et les Enfants particuliers, adaptation cinématographique du premier volet d’une trilogie fantastique pour adolescent qui a connu un succès certain ces dernières années. Sentiments contradictoires car bon, comment dire, si je suis fan de Burton, force est de constater que la plupart de ses dernières productions ne m’ont guère enchanté, en tous cas, bien moins que ses premières, plus particulièrement le très poussif Dark Shadows, grande déception devant l’éternel a mes yeux… Et puis, il y avait cette histoire d’école pour enfants particuliers, des enfants possédant des pouvoirs et contraints de vivre cachés d’un monde qui les hait… mouais, on sent l’inspiration de l’auteur des romans qui a allègrement pioché du coté des X-Men, et là, c’était a quitte ou double : soit ça marchait, soit c’était la catastrophe ! Fort heureusement, malgré un début plutôt banal, assez rapidement, on se sent pris au jeu de cette intrigue pour le moins sympathique ; certes, dans l’ensemble, comme le roman original est destiné a un jeune public, le manichéisme est de rigueur et les caractères de chaque protagoniste est plutôt bien établi, surtout pour les méchants de l’histoire, mais bon, malgré cela, l’intrigue, captivante, reste suffisamment efficace pour attirer notre attention, surtout que, bonne surprise, elle s’améliore au fur et a mesure des minutes pour atteindre des sommets insoupçonnés vers la fin ! Bien évidement, les pouvoirs assez divers et spectaculaires de tous ces enfants particuliers n’y sont pas pour rien, de même, les méchants – excellent Samuel L. Jackson qui se permet le luxe d’y apporter une touche d’humour – sont plutôt charismatiques, particulièrement les créatures, fort bien réussies par ailleurs. Ajoutons à cela un méli-mélo de boucles temporelles, un spectaculaire affrontement final dans un parc d’attraction et des effets spéciaux de qualité et vous comprendrez que, sans crier non plus au génie, j’ai été plutôt conquis par ce Miss Peregrine et les Enfants particuliers. Alors certes, comme il s’agit d’une adaptation, peut-être que Burton n’a pas eu les coudées franches sur certains points et qu’il manque peut-être un peu de sa folie et de son univers habituel, mais bon, quelque part, ce n’est pas si gênant que cela, surtout que cela nous a permis d’éviter des délires a la Dark Shadows. Quoi qu’il en soit, avec Miss Peregrine, le sieur Burton renoue indéniablement avec le succès et nous fait passer un fort bon moment en adaptant une œuvre que je connaissais fort mal ; tenez, tout cela m’a presque donner envie de lire la trilogie… après tout, pourquoi pas ?!


Points Positifs :
- Fortement inspirer des X-Men, saupoudré de la touche Burtonienne, cette adaptation d’un roman pour adolescent qui a connu le succès ces dernières années, s’avère être une fort bonne surprise et plaira a la fois aux plus jeunes comme aux plus agés.
- Sympathique au possible, plaisant et captivant, Miss Peregrine et les Enfants particuliers n’est pas le film le plus original qui soit, certes, mais n’en reste pas moins un fort bon divertissement comme on aimerait en voir plus souvent.
- Les pouvoirs de ces fameux enfants particuliers, bien sur ! Avec une petite mention de sympathie pour la petite fille forte comme dix hommes ou Emma Bloom, plus légère qu’une plume.
- Comme souvent chez Burton, on retrouve ce genre d’antihéros peu sur de lui et solitaire qui ne se découvre qu’au fil des événements. Traditionnel mais toujours efficace.
- Elle est franchement pas mal Eva Green en maitresse de pensionnat stricte et autoritaire.
- J’avais un peu peur de la prestation de Samuel L. Jackson, or, il s’avère que le bougre est plutôt crédible dans son rôle et qu’en plus, il apporte une certaine dose d’humour et de second degré qui apporte un petit plus a son personnage.
- La bataille finale, dans le parc d’attraction, ne serais-ce que pour les squelettes.

Points Négatifs :
- Que l’on veuille ou non, Miss Peregrine et les Enfants particuliers reste une œuvre destiné a un jeune public a la base et cela se ressent lors de certaines scènes.
- Peut-être ais-je louper un truc mais bon, je n’ai pas bien compris comment il s’en sort le grand père à la fin ?!
- Une fois de plus, la 3D n’apporte strictement rien à ce film. Plus le temps passe et plus je me dis que celle-ci n’est qu’une gigantesque arnaque, rien de plus !

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...