dimanche 28 août 2016

EI8HT – EXILÉ


EI8HT – EXILÉ

De la fumée sort d'un vaisseau écrasé au milieu de nulle part. Un homme en sort, l'esprit embrumé par le crash. Il ne se rappelle pas de son nom et n'a que des bribes de souvenirs. De temps à autre, il se remémore un élément comme par exemple qu'il avait un accord avec un scientifique. En échange d'une certaine mission, il aurait en retour la garantie qu'une jeune femme serait soignée. Joshua, c'est son nom, doit utiliser une machine et voyager dans le temps afin d'atteindre la Mélasse, un lieu où il doit exécuter un type dont il a vu le visage sur une photo. Observant ce qui est autour de lui, l'homme remarque la présence d'une sorte de radio-transmetteur sur son poignet. Alors qu'il essaie de l'activer, il entend une voix toute brouillée lui parlant d'un dinosaure. Joshua en aperçoit un tout petit justement. Alors qu'il le suit, il tombe sur une jeune femme accompagnée de deux gros-bras. Ceux-ci le saisissent et l’assomment...


Ei8ht – Exilé
Scénario : Mike Johnson, Rafael Albuquerque
Dessins : Rafael Albuquerque
Encrage : Rafael Albuquerque
Couleurs : Rafael Albuquerque
Couverture : Rafael Albuquerque
Genre : Science-Fiction
Editeur : Dark Horse
Titre en vo : Ei8ht – Volume 1
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 20 octobre 2015
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 08 juillet 2016
Nombre de pages : 128

Liste des épisodes
Ei8ht 1-5

Mon avis : Enième nouvelle série venue d’outre-Atlantique, Ei8ht n’est que la continuation de ce qui se passe de plus en plus dans le monde des comics, c’est-à-dire, que si l’on doit chercher de l’innovation et de l’originalité, c’est du coté des petits éditeurs qu’il faut se tourner, et ce, tandis que les deux gros, Marvel et DC, ne font que s’enliser, encore et encore, dans des reboots et des events sans grand intérêt. Et donc, tandis que les super-héros ont de moins en moins le vent en poupe, ce n’est nullement le cas du médium comics en tant que tel, bien au contraire, ce dernier ne faisant que se diversifier, abordant de nombreuses thématiques et genres, et ce, par le biais d’auteurs qui, responsables de leurs œuvres, peuvent livrer le meilleur d’eux-mêmes. Bien évidement, parmi toutes ces nouveautés, tout n’est pas du même niveau qualitatif et si Saga est sans nul doute le maitre étalon du genre, actuellement, certaines œuvres sont un peu en dessous, ce qui, après lecture de ce premier tome de Ei8ht, me semble être une évidence. Alors certes, n’exagérons rien, malgré ce que je viens de dire, les débuts de Ei8ht ne sont pas un plantage complet, bien au contraire : le concept graphique avec ce choix de couleurs différent pour chaque période temporelle (futur, présent, passé et Mélasse pour ce qui est hors du temps) est plutôt une trouvaille intéressante, de même, c’est avec grand plaisir que l’on retrouve un Rafael Albuquerque – American Vampire – aux dessins, celui-ci étant par ailleurs fortement investi dans cette œuvre puisqu’il coécrit le scénario de cette dernière en compagnie de Mike Johnson. Ajoutons à cela une intrigue plutôt captivante et qui use fort habillement de tous les paradoxes des voyages dans le temps et on se dit que ce premier volume de Ei8ht avait tout pour faire une entrée fracassante dans le petit monde des comics ! Or, et comme je l’avais dit, ce n’est pas vraiment le cas, et ce, malheureusement, par la faute d’une certaine facilité scénaristique, de quelques incohérences ainsi que de quelques situations et/ou personnages qui flirtent allègrement avec le déjà vu : ainsi, entre des rebelles qui se cachent tout prêt de la forteresse du tyran local, le fait que l’on puisse rentrer dans celle-ci comme dans un moulin (dans la forteresse, pas dans le tyran bien sur) et un grand méchant nazi délocalisé dans cette fameuse mélasse et qui devient très rapidement calife a la place du calife avant de passer (déjà) l’arme a gauche, on ne peut s’empêcher de se dire que tout ces petits détails, mis a bout, font baisser la qualité générale de l’ensemble… Oui, dommage car tout n’est pas à jeter dans ce premier tome de Ei8ht et oui, malgré ses défauts, on sent tout de même le potentiel de cette série et rien ne dit que le tir ne sera pas rectifier par la suite !? Espérons-le car rien que pour les dessins, les couleurs et tous ces paradoxes temporels, cette œuvre le mérite bien !


Points Positifs :
- Si l’on ne devait retenir qu’une seule chose de cette série, ce serait sa partie graphique, franchement excellente ! Bien entendu, on ne présente plus le sieur Rafael Albuquerque, oh combien doué aux dessins, mais son choix de donner a chaque période temporelle (passé, présent, etc.) une couleur dominante principale est une bonne idée qui nous permet de ne pas nous perdre dans ce scénario qui ne cesse d’alterner entre divers lignes temporelles.
- Amateurs de récits de voyages dans le temps et de paradoxes temporels, Ei8ht est fait pour vous, indéniablement ! On y retrouvera avec plaisir tous les éléments du genre avec ces protagonistes qui se rencontrent à plusieurs moments de leur vie, ces actions réalisées à une époque et qui ont des incidences dans une autre, etc.
- Mine de rien, l’intrigue est plutôt captivante et même si tout n’est pas parfait, tout cela se lit avec grand plaisir, surtout que, scénaristiquement, tout est lié mais a des époques différentes, ce qui donne un synopsis a tiroirs mais bigrement réussi.
- L’idée de la Mélasse, un univers hors-du-temps où échouent tous les naufragés temporels.

Points Négatifs :
- Malheureusement, on n’échappe pas a quelques facilitées scénaristiques franchement gênantes ainsi que quelques incohérences et autres sensations de déjà-vu : ainsi, la forteresse du grand tyran local où l’on rentre et sort comme dans un moulin, les rebelles cachés pas très loin des méchants, ces mêmes rebelles qui tiennent plus d’une bande de va-nu-pieds et qui mettent a mal une armée, etc.
- La Lance – un ancien nazi – et son souverain, mais surtout le premier, possédaient un sacré potentiel, or, qu’arrive-t-il ? Le premier se retourne soudainement contre le second – on se demande pourquoi a ce moment là et pas avant – devenant calife a la place du calife et, pire que tout, se fait tuer comme un con (c’est le cas) assez rapidement… Mouais, plutôt bof tout cela…
- Euh, les méchants possédaient la machine temporelle du nazi depuis longtemps et il aura fallut que notre héros débarque dans la Mélasse pour que, soudainement, tout ce petit monde se dise qu’utiliser ces vaisseaux temporels pourrait être une bonne idée ?!

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...