mardi 15 décembre 2015

OXYGÈNE


OXYGÈNE

Jean Michel Jarre

1 - Oxygène (Part I) (Jean Michel Jarre) 7:40
2 - Oxygène (Part II) (Jean Michel Jarre) 8:09
3 - Oxygène (Part III) (Jean Michel Jarre) 2:55
4 - Oxygène (Part IV) (Jean Michel Jarre) 4:15
5 - Oxygène (Part V) (Jean Michel Jarre) 10:24
6 - Oxygène (Part VI) (Jean Michel Jarre) 6:21


Oxygène
Musicien : Jean Michel Jarre
Parution : 1 décembre 1976
Enregistré : Août 1976 – Novembre 1976
Durée : 39:44
Genre : Musique électronique, Ambient, New Age
Producteur : Jean Michel Jarre
Label : Disques Dreyfus

Musiciens :
Jean-Michel Jarre : ARP 2600, A.K.S Synthesizer, EMS VCS3, R.M.I. Harmonic Synthesizer, Farfisa Organ, Eminent, Mellotron, Rhythmin' Computer (appelé ensuite Korg Minipops-7 rhythm machine)

Mon avis : Depuis octobre dernier, l’envie m’a pris, après bien des années, de me replonger dans la discographie d’un musicien hors-norme et que les jeunes générations ont probablement occultés, je veux bien évidement parler de Jean-Michel Jarre. Car mine de rien, même si cela fait fort longtemps que j’ai une préférence pour le genre pop-rock, l’éclectisme de mes gouts musicaux et si vaste que, grosso modo, je peux parfaitement passé du classique a l’électronique en passant par quasiment tous les genres… sauf le rap variété de ces dernières années, mais ceci est une autre histoire. Et justement, dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, Jean-Michel occupe une place importante a mes yeux car il fut un temps, dans les années 80, où je ne jurais que par lui et que, mine de rien, réécouter ses albums m’a rappeler a quel point j’avais apprécié ces derniers mais aussi, ne l’oublions pas, a quel point ceux-ci ont marqué leur temps et, accessoirement, bien d’autres musiciens. Mais si avec Révolutions et Rendez-Vous, j’étais en terrain familier, ces deux opus étant tout bonnement ceux que j’avais le plus écouter étant adolescent, pour Oxygène, les choses étaient un peu différentes, non pas que je ne connaissais point cet album puisque je le possédais alors (version K7 bien sur) mais tout simplement parce qu’a l’époque, j’avais moins accrocher avec celui-ci qu’avec les autres. Hérésie bien entendu après coup, et ce, pour deux raisons : l’importance d’Oxygène, bien sur, l’album qui lança la carrière du sieur Jarre, mais aussi et surtout de par ses immenses qualités, le musicien français ayant, dès ce premier essai, transformer le coup de fort belle manière en atteignant une espèce d’excellence qui fut sans nul doute le point d’orgue de sa carrière – et même s’il fit encore de fort belles choses par la suite. Car dès cet Oxygène, tout Jean-Michel Jarre est déjà là et on pourrait presque dire que la suite ne sera que des variantes de cet espèce de monument de la musique électronique quasiment parfait de bout en bout – ce qui est plutôt amusant lorsque l’on pense aux conditions spartiates des enregistrements de ce dernier… Inspiré par divers groupes de musique électronique comme Kraftwerk, Tangerine Dream ou Vangelis, le fils de Maurice Jarre livre là sa propre vision de la chose, des titres aux ambiances planantes et futuristes a la fois, que l’on peut écouter d’une oreille distraite (comme je le fais actuellement) ou en fermant les yeux et en imaginant partir pour un autre monde (comme je l’ai fait il y a une heure), un monde qui sonnera probablement de façon pour le moins étrange aux plus jeunes d’entre nous gavés de pseudo rap de variété et de soupe insipide mais qui, pour les plus agés, rappellera une époque désormais lointaine où écouter de la musique était autre chose que de voir un gus chanter avec des femmes qui se trémoussent a coté de lui, où écouter de la musique pouvait nous amener dans des univers totalement incroyables et où, avec peu de moyens, on pouvait créer des chef d’œuvres intemporels qui eux, auront marquer l’Histoire (avec un H majuscule) de la musique, chose qui, malheureusement, n’arrive plus depuis pas mal de temps…


Points Positifs :
- Ce n’est même pas une surprise pour les fans de Jean-Michel Jarre mais il faut le rappeler pour les autres : Oxygène est certes son premier véritable album mais c’est également sa plus belle réussite, son chef d’œuvre absolu derrière lequel il courra tout au long de sa carrière. Par la suite, il fit encore de fort belles choses mais jamais aucune n’arriva à la perfection d’Oxygène.
- Même si j’ai une nette préférence pour Oxygène (part II) et, a un degré moindre, Oxygène (part IV), il faut reconnaitre que c’est l’album dans son intégralité qui est quasiment parfait de bout en bout.
- A album légendaire il faut une pochette légendaire et force est de constater que celle d’Oxygène est tout aussi culte que son contenu.
- Quand on pense aux conditions d’enregistrement, c’est-à-dire, Jarre tout seul chez lui dans sa cuisine avec les synthés et les autres instruments, et que l’on voit le résultat final, il y a de quoi être admiratif de la chose.

Points Négatifs :
- Bon, pour être tout à fait franc, Oxygène ne possède pas véritablement de points faibles si ce n’est, histoire d’en trouver un, Oxygène (part III) qui est vachement court, mais bon, c’est histoire de chipoter.
- Il faut tout de même être fan du genre (électronique, ambiant, etc.) pour apprécier a sa juste valeur un album comme Oxygène ; si ce n’est pas le cas, inutile de perdre votre temps.

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...