samedi 8 août 2015

LE SENTIMENT DU FER


LE SENTIMENT DU FER

J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouillé dans les affaires de l’État. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà̀, au moment de l’Émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barrabille que l’un d’entre eux, sans même pointer son joli minois dans notre belle cité, nous a tous jetés dans une sacrée flanche ! Jugez-en par vous-même. En cinq nouvelles comme autant d’étapes dans l’histoire cruelle et tumultueuse du Vieux Royaume, le monde créé par Jean-Philippe Jaworski dans Janua Vera et Gagner la guerre — déjà̀ des classiques de la Fantasy.


Le sentiment du fer
Auteur : Jean-Philippe Jaworski
Type d'ouvrage : Fantasy
Première Parution : 5 mai 2015
Edition Française : 5 mai 2015
Titre en vo : Le sentiment du fer
Pays d’origine : France
Langue d’origine : Français
Traduction : Néant
Editeur : Hélios
Nombre de pages : 208

Liste des Nouvelles :
Le sentiment du fer
L’elfe et les égorgeurs
Profanation
Désolation
La troisième hypostase

Mon avis : S’il y a bien un auteur français que j’apprécie énormément, même si je n’ai pas lu beaucoup de ses œuvres, c’est bien Jean-Philippe Jaworski : ayant découvert celui-ci il y a deux ans par le biais de l’excellent Janua Vera et de l’exceptionnel Gagner la guerre, je n’avais, depuis, qu’une seule hâte, replonger dans l’univers du Vieux Royaume. Il faut dire que celui-ci, loin des clichés habituels de la Fantasy est pour le moins alléchant, surtout que, mine de rien, le sieur Jaworski possède un don certain de conteur : entre un univers riche et crédible, des personnages hauts en couleurs et pas toujours fréquentables – Benvenuto Gesufal en étant l’exemple parfait – et des dialogues d’une richesse incroyable (mais aussi par moments plutôt complexes), je ne pouvais qu’aimer ces deux œuvres… Ainsi, vous pouvez imaginez ma joie en découvrant la sortie de ce Sentiment du fer, recueil de nouvelles paru aux éditions Hélios et qui me permettaient, après deux ans d’attente, de retourner dans le Vieux Royaume… Bien évidement, je ne nierai pas que j’aurai préféré un roman, de même, en le comparant a Janua Vera qui était lui aussi un recueil de nouvelles, je le trouvais un peu court, mais bon, pourquoi bouder son plaisir… même si celui-ci ne doit pas durer longtemps ?! Car du plaisir, comme je m’y attendais, j’en ai ressenti, et pas qu’un peu ; il faut dire que les cinq nouvelles qui composent ce recueil sont d’excellentes factures et même si, suivant les gouts de chacun, toutes ne sont pas du même niveau, retrouver le Vieux Royaume est un cadeau qui ne se refuse pas, surtout qu’ici, comme le lecteur attentif le remarquera, l’élément fantastique est bien plus présent que dans les ouvrages précédents. Certes, la chose peut étonner, surtout quand, dans Désolation, Jean-Philippe Jaworski rend hommage à un certain Tolkien – de fort belle manière d’ailleurs. Mais voir elfes, nains, nécromants et autres zombis tenir la dragée haute aux protagonistes traditionnels de l’auteur peur surprendre, je le conçois… Quoi que, ceux-ci ne sont pas entièrement absents et c’est tant mieux : ainsi, entre un détrousseur de cadavres qui ment comme un arracheur de dents (au point que cela en devient drôle) dans Profanation et, surtout, un assassin aux faux airs de Benvenuto Gesufal dans Le sentiment du fer (la nouvelle qui a donner le titre de ce recueil), ceux qui se ont extasiés avec Gagner la guerre seront aux anges. Dommage tout de même que tout cela soit bien trop court car bon, comment dire, cinq nouvelles, c’est peu, bien trop peu, et au final, je n’ai pas put m’empêcher de ressentir une certaine déception ; mais bon, la chose est compréhensible, après tout, j’avais tant attendu pour replonger dans le Vieux Royaume que cette toute petite incursion, malgré le plaisir que j’ai ressenti, m’aura tout de même frustrer…


Points Positifs :
- Le plaisir, bien sur, de retrouver l’univers du Vieux Royaume que l’on avait découvert dans Janua Vera puis Gagner la guerre.
- Jean-Philippe Jaworski est non seulement toujours aussi bien inspiré mais en plus, c’est fou ce que le bougre écrit bien ; certes, par moments, la richesse du vocabulaire peut perturber mais bon, cela rend les intrigues plus vivantes.
- Toutes les nouvelles sont bonnes, cependant, j’ai une petite préférence pour la première, Le sentiment du fer, même si le héros possède bien des points communs avec un certain Benvenuto Gesufal – ou alors, c’est pour cela…
- Le coté Fantasy du Vieux Royaume est plus marqué dans cet ouvrage.
- Un bel hommage aux nains de la Moria de Tolkien dans Désolation, et puis, chapeau bas pour la structure du récit et la révélation finale… eh oui, le dragon n’est pas celui que l’on croit !

Points Négatifs :
Le sentiment du fer est court, beaucoup trop court, et, du coup, cela fruste un peu le lecteur qui avait tant attendu de retourner dans l’univers du Vieux Royaume et qui, du coup, le quitte si rapidement…
- Je reconnais que par moments, le style de Jean-Philippe Jaworski n’est pas évidant et que cela peut en perturber plus d’un.
- L’ensemble est de qualité, je le reconnais, cependant, j’avais préféré le contenu de Janua Vera

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...