lundi 12 janvier 2015

LE DIEU PERDU


LE DIEU PERDU

Dans la pyramide où, jadis, l'on adorait le dieu Katak, un jeu mortel vous oppose à votre pire ennemi : Domontor, le savant fou. A travers les galeries inquiétantes de silence, les salles gardées par des pièges diaboliques où nul n'a pénétré depuis des siècles, vous vous livrez tous deux à un cauchemardesque jeu de cache-cache, à la recherche de l'idole d'or du dieu perdu. Il vous faudra beaucoup d'habileté, d'audace et de chance, pour déjouer les traquenards qui vous seront tendus, et vaincre les êtres monstrueux qui se dresseront sur votre route avant, peut-être, d'affronter Domontor. Deux dés, un crayon et une gomme sont les seuls accessoires dont vous aurez besoin pour vivre cette aventure. Vous seul déciderez de la route à suivre, des risques à courir et des créatures à combattre. Bonne chance...


Le Dieu perdu
Série : Dragon d'Or n°2
Auteur : Dave Morris et Oliver Johnson
Illustration de la couverture : Bruno Elettori
Illustrations intérieures : Leo Hartas
Titre original : The Temple of Flame
Traduction : Patrick Floersheim
Année de l’édition Anglaise : 1984
Sortie de l'édition Française : octobre 1985
Edition Française : Editions Gallimard (Folio Junior)
Nombre de paragraphes : 300

Mon avis : Après vous avoir proposé, hier, la critique du Tombeau du Vampire, premier tome de la série Dragons d’Or, LDVELH un peu oublié du grand public de nos jours, je n’ai pas put m’empêcher de me lancer sans le second opus de ce concurrent des Défis Fantastiques, le fort intéressant, selon moi, Le Dieu perdu. Il faut dire, pour la petite histoire, que ce livre jeu fut l’un des premiers du genre que je me suis procurer, et, du coup, mon premier Dragon d’Or : attiré par une couverture que j’avais et trouve toujours superbe – ces cranes enflammés qui s’échappent en volant d’une pyramide située au fin fond d’une jungle – ce Dieu perdu fut l’un des LDVELH qui m’avait le plus marqué lorsque j’avais débuté ma collection, et, sincèrement, après y avoir rejouer en ce jour, je peux vous assurer que mon avis n’a pas changer d’un iota, bien au contraire. Mais pour expliquer mes sentiments a l’égard de ce Dieu perdu, reconnaissons que le lieu où se déroule l’histoire est pour le moins original : une jungle amazonienne, des temples qui renvoient a l’Amérique précolombienne et, forcément, un bestiaire et une ambiance locale et, donc, tout un tas d’éléments qui s’éloignent pas mal des autres LDVELH qui ont plutôt tendance a se dérouler dans un monde médiéval fantastique on ne peut plus basique – grosso modo, l’équivalent de l’Europe. Et c’est donc une aventure qui sent bon les conquistadors, les grandes découvertes, la moiteur de la jungle et les vieilles idoles sacrées, auquel on a droit : une aventure dont le synopsis de base est plutôt basique – mouais, un truc de vengeance entre nous et notre ennemi juré, le sorcier Domontor – mais qui, avec ces petits relents d’Indiana Jones, possède non seulement un charme particulier mais qui, s’avère bien plus réussie qu’on pouvait le penser de prime abord… riche en scènes marquantes, adversaires nombreux et dangereux, pièges multiples, Le Dieu perdu, fort bien écrit d’ailleurs – mais ici, le sieur Oliver Johnson est venu prêter main forte a Dave Morris – est un véritable petit bijou, rempli de surprises – vous aurez même un compagnon pour le moins… simiesque – et qui, selon moi, vaut largement bien des Défis Fantastiques. Dommage que ce fichu système de combat ne vienne ternir un peu l’ensemble et qu’il soit un peu trop court car sinon, on n’aurait pas été loin de la perfection.


Points Positifs :
- Originalité ! C’est ce qui ressort d’entré de jeu en se plongeant dans Le Dieu perdu : des livres-jeux qui se déroulent dans la jungle et où l’on explore des temples perdus qui n’ont rien a envié a ceux des mayas ou des incas, il n’y en a pas des masses, bien au contraire. Franchement, ça fait un bien fou de sortir du carcan médiéval fantastique traditionnel avec ses elfes, nains et autres dragons.
- Une ambiance de circonstance fort bien rendue, un bestiaire local parfois étonnant, des pièges a la Tomb Raider ; oh oui, ça nous change !
- Domontor le dément est un redoutable adversaire mais ses sbires sont plutôt pas mal également : entre Attila Fatum et les Gardiens de Cauchemar, on aura de quoi faire.
- Plus complexe que Le Tombeau du Vampire, mais rien d’insurmontable.
- Les illustrations de Leo Hartas sont spéciales mais personnellement, j’aime bien.
- Je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours aimé la couverture du Dieu perdu : ces cranes enflammés, la pyramide, la jungle… ouais, ça annonce la couleur du contenu.

Points Négatifs :
- Encore une fois, on retrouve le gros point faible de tous les Dragons d’Or, c’est-à-dire, le système de combat qui fait complètement place au hasard : ici, l’habileté n’entre pas en compte et même face à de faibles adversaires, vous pouvez passer de vie à trépas.
- Autre point faible récurant de la série : sa durée de vie. 300 paragraphes, c’est peu même si l’aventure est captivante.
- Bon, je reconnais que malgré l’originalité du lieu où se déroule l’aventure, l’intrigue reste plutôt simpliste : on cherche un trésor tout en souhaitant se venger d’un vieil ennemi. On a déjà trouvé plus complexe… mais bien pire aussi.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...