lundi 2 juin 2014

LES 30 DENIERS – SAVOIR


LES 30 DENIERS – SAVOIR

Yann est un ancien soldat des forces spéciales. Il a combattu en Afghanistan et a terminé sa carrière sur une opération non officielle, pour tenter de sauver la femme de sa vie, une french doctor kidnappée par les talibans. L'opération fut un échec, Kathy perdit la vie dans l'explosion d'une bombe. Désormais en retraite, Yann vit à Paris avec sa fille de 7 ans, dont il vient d'apprendre qu'elle est atteinte de tumeurs au cerveau. Résigné face à l'impuissance de la médecine, il reprend espoir lorsque son ancien supérieur, le mystérieux « Moine », le met en contact avec une jeune femme qui pratique une médecine parallèle, non officielle, mais dont les résultats semblent spectaculaires. Les premiers rendez-vous sont quasi miraculeux, la maladie recule, visiblement. Les médecins traditionnels n'en croient pas leurs yeux. Mais un événement imprévu va venir faucher les nouveaux espoirs de Yann, lorsque Sinoe la guérisseuse est assassinée, quasiment sous ses yeux. Il va alors apprendre du Moine qu'un secret millénaire était à l'origine des pouvoirs magiques de la jeune femme. Les trente deniers de Judas, selon la légende, en réalité une série de pièces de monnaie aux pouvoirs mystérieux, dont Sinoe détenait un exemplaire. Yann se lance alors dans une quête inlassable pour trouver le moyen de sauver sa fille. Il va devoir affronter d'autres détenteurs de ces objets précieux, au cœur d'enjeux de pouvoir vieux de plus de 2000 ans...


Les 30 Deniers – Savoir
Editeur : Delcourt
Scénario : Jean-Pierre Pécau
Dessins : Igor Kordey
Couleurs : Len O'Grady
Couverture : Manchu, Igor Kordey
Genre : Fantastique, Etrange, Esotérisme
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Parution : 02 avril 2014
Nombre de pages : 64

Mon avis : Il est possible que parmi ceux et celles qui connaissent ce blog depuis longtemps, certains aient remarqué que parmi les auteurs de bande dessinées, il fut un temps où le duo Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey tenait la dragée haute par ici, et ce, spécialement par le biais de leur œuvre commune la plus connue, L’Histoire Secrète, longue saga de plus de 30 tomes qui promettait énormément au départ et qui, au final, s’avéra plus etre une déception qu’autre chose – d’ailleurs, au bout d’une vingtaine de tomes, j’ai abandonné la partie. Mais si L’Histoire Secrète fut plutôt critiquable, j’avoue que j’avais bien apprécié d’autres œuvres du duo, en particulier Empire, sympa mais sans plus, et Keltos, plus intéressant mais jamais fini, hélas. Néanmoins, échaudé par les délires des sieurs Pécau & Kordey avec leurs histoires d’Archontes et de jeux de cartes, j’avoue que depuis quelques années, je me méfiais grandement d’eux, et ce, jusqu’à il y a peu de temps en découvrant leur toute dernière nouvelle série, Les 30 Deniers. A la base, je reconnais que j’étais pour le moins dubitatif : il faut dire que le synopsis de départ, avec ces deniers magiques (ceux-là même qu’aurait reçu Judas pour avoir vendu le Christ) qui ont traverser les âges et ces sociétés secrètes qui les utilisent me faisaient un peu trop penser à L’Histoire Secrète, et puis, en lisant deux ou trois critiques sur le net, je me suis laisser tenter, même si, je dois l’admettre, je n’en attendais pas grand-chose, et, ma fois, heureusement que je n’en attendais pas monts et merveilles et que j’ai compris depuis longtemps de quoi est capable, en bien ou en mal, le duo Pécau/Kordey… Oui, heureusement car ainsi, non seulement je n’ai pas été déçu mais en plus, à ma grande surprise, j’irais presque jusqu’à affirmer que ce premier opus de la saga (car oui, c’est parti pour une énième série en je ne sais combien de tomes) fut plutôt agréable : bon, certes, la mise en place de l’intrigue et de l’univers, loin d’etre original d’ailleurs, prend une partie importante de ce premier tome mais assez rapidement, j’ai été captiver par ce scénario qui ne peut que plaire qu’aux amateurs de théories du complot et de sociétés secrètes, et sur ce point, reconnaissons que le sieur Jean-Pierre Pécau possède un talent certain pour nous livrer des synopsis accrocheurs et parfois bien trouvés (il fallait oser utiliser François de Grossouvre, une des plus belles énigmes du double septennat de François Mitterrand) même si parfois, cela tend un peu vers le grand guignolesque. Ajoutons à cela un Igor Kordey qui, depuis que je l’ai découvert il y a plus d’une décennie sur les New-X-Men de Grant Morrison, est toujours égal à lui-même, c’est-à-dire, capable du meilleur comme du pire (ici, c’est plutôt correct) avec son style si particulier est l’on obtient au final une BD qui ne sera en aucune façon celle de l’année mais qui, avec ses qualités et ses défauts, donne envie de connaitre la suite ; après, le problème avec ses auteurs, c’est qu’il faut s’attendre à tout avec eux…


Points Positifs :
- Un synopsis de départ qui n’est certes pas original mais qui n’en reste pas moins intéressant, surtout que Jean-Pierre Pécau se débrouille plutôt bien avec ce genre de scénarios qui mêlent histoire réelle et histoire fictive.
- De même, c’est fou ce que Pécau maitrise son sujet et par moments, c’est un régal que de lire ses… euh… délires !? Quoi que, pas mal son idée sur la maladie de Mitterrand et l’utilisation de  François de Grossouvre.
- Un Igor Kordey plutôt en forme même si j’ai déjà vu mieux.

Points Négatifs :
- Bon, il faut reconnaitre que ce n’est franchement pas original et que ces 30 Deniers ont de faux airs de L’Histoire Secrète par moments.
- Il faut tout de même s’accrocher aux scénarios de Jean-Pierre Pécau qui partent parfois dans tous les sens, mais bon, si c’est le cas, alors cela pourra vous plaire.
- L’éternelle problématique du style tellement spécial d’Igor Kordey qui déplaira a bon nombre de personnes.
- Euh, ce qui me fait le plus peur avec ces deux-là c’est que l’on pourrait bien etre encore partie pour une saga qui n’en finit pas…

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...