vendredi 27 juin 2014

LE TOMBEAU


LE TOMBEAU

Au cours de fouilles dans la ville sainte de Jérusalem, le professeur Sharon Golban, une jeune archéologue israélienne, déterre une ancienne tombe contenant les restes d'un corps crucifié. Selon toute vraisemblance, il s'agirait d'une sépulture datant du premier siècle et qui pourrait bien être celle de Jésus de Nazareth. Le Vatican a tôt fait d'être au courant de cette trouvaille exceptionnelle et dépêche sur place le Père Matt Gutierrez, un jésuite, pour enquêter sur cette affaire. S'il s'avérait que le corps découvert était bel et bien celui du fils de Dieu, ce dernier n'aurait, par conséquent, pas ressuscité des morts comme le proclament les Saintes Écritures. Matt a donc pour mission de réfuter cette hypothèse par tous les moyens possibles. Le lieu, où a été extraite la tombe, se trouve être la propriété d'un marchand palestinien. Le squelette, ainsi que Matt se retrouvent au milieu d'une polémique : d'une part, les Israéliens, aux méthodes peu orthodoxes, qui réclament au Vatican la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale officielle d'Israël en échange du corps, et d'autre part, le militant palestinien, aux méthodes aussi peu orthodoxes, qui lui aussi veut mettre la main sur le corps, afin de faire chanter le Vatican.


Le Tombeau
Réalisation : Jonas McCord
Scénario : Jonas McCord et Richard Sapir
Musique : Serge Colbert
Production : Avalanche Films
Genre : Thriller, drame
Titre en vo : The Body
Pays d’origine : États-Unis, Israël, Allemagne
Parution : 1er août 2001
Langue d'origine : anglais, hébreux, arabe
Durée : 109 min

Casting :
Antonio Banderas : Père Matt Gutierrez
Olivia Williams : Dr. Sharon Golban
John Shrapnel : Moshe Cohen
Derek Jacobi : Père Lavelle
Jason Flemyng : Père Walter Winstead
Lillian Lux : Mère
Mohammed Bakri : Abu Yusef
John Wood : Cardinal Pesci
Makram Khoury : Nasir Hamid
Vernon Dobtcheff : Monsignor

Mon avis : Certains films sont tellement décevants, pour ne pas dire mauvais, qu’avant même qu’on ait finis de les avoir vu en entier, on regrette déjà d’avoir perdu sa soirée devant une telle bouse, et, vous l’avez compris, dans le genre plantage complet, Le tombeau en est un beau petit exemple ! Remarquez, a la base, je n’en attendais pas grand-chose non plus, du coup, pas de déception au final, ce qui est déjà un moindre mal, mais bon, comment dire, quand on se retrouve face à face avec une telle daube, on ne peut rester coi et pointer du doigt, que dis-je, hurler a la face des dieux tous les défauts, et ils sont légions, de ce qu’il faut bel et bien appeler un navet. Car oui, mille fois oui, Le tombeau regorge de tous les éléments qui ont font incontestablement un sacré navet, mais avant cela, parlons de l’unique élément positif qui d’ailleurs, n’en est pas vraiment un, son synopsis de départ : à Jérusalem, la découverte d’une tombe et donc, d’un squelette, qui pourrait fort bien etre celui du Christ, bref, si c’est le cas, c’est la résurrection de ce dernier qui est remise en cause et donc, les fondements même du christianisme (et pas uniquement du catholicisme comme semblent le penser les auteurs de cette chose, mais bon…), ce qui, forcément, pousse le Vatican a agir en envoyant un prêtre, Antonio Banderas, enquêter en Israël. Ce n’est pas original pour un sou, cela a déjà été traité maintes et maintes fois dans diverses œuvres (films, romans, bande dessinées), mais, au moins, c’est un sujet qui a parfois accouché de trucs plutôt pas mal, je dois l’avouer. Hélas, ce n’est pas le cas ici, mais alors, pas du tout même puisque, Hollywood oblige, nous avons droit à un florilège de toutes les tares des films à gros budgets US : action qui prime sur la réflexion, scènes de cascades, explosions, tirs dans tous les sens, prêtre qui sait donner du point et qui est même à deux doigts de fauter avec la jolie archéologue, pseudo morale a deux balles et grand méchants bien méchants comme les américains les aimes… Mais au fait, comme Israël à participer à la production du film, ceux-ci sont… je vous le donne dans le mille… des palestiniens !!! Ah les salauds, on ne peut décidément pas leurs faire confiance ! Et si l’on ajoute à tout cela des acteurs peu motivés, des effets spéciaux tout bonnement risibles et un scénario qui part en… couilles (désolé mais c’est le cas), vous comprendrez pourquoi j’estime que Le tombeau n’est rien d’autre qu’une sacrée bouse, mais une belle !!!


Points Positifs :
- Un synopsis de départ (on aurait retrouvé le corps du Christ, ce qui remet en cause les fondements même du christianisme) loin d’etre original, certes, mais qui n’en reste pas moins accrocheur.
- Il y a Jason Flemyng, un acteur que j’aime bien, hélas, qu’est-il venu faire dans cette galère !?

Points Négatifs :
- Incroyable, tous les défauts du cinéma américain présents dans un seul film : action à gogo, explosions, tirs dans tous les sens, personnages peu crédibles et manichéens, synopsis qui tient sur un timbre-poste et qui par rapidement dans tous les sens, morale débile a deux balles, invincibilité des héros et autres débilitées dont Hollywood abreuve, années après années, un public fidèle mais décérébré…
- Comme par hasard, les méchants de l’histoire sont… des palestiniens – forcément, le film est produit en partie par une société israélienne – quant aux catholiques, le Vatican en prend plein la gueule – mais c’est normal, on est protestant aux USA !
- C’est quoi ces effets spéciaux digne d’une série Z : l’explosion vers la fin est digne d’un bon petit nanard, sauf qu’au moins, avec ceux-ci, on rigole ce qui n’est pas le cas ici.
- Quel prêtre ce Banderas : il se ballade les trois quarts du temps en civil, se bat comme un pochetron est était à deux doigts de se taper l’archéologue…
- Le pire, c’est qu’à la fin, je n’ai pas tout compris !?
- Même les diverses affiches du film sont toutes plus moches et ratées les unes que les autres, c’est pour dire !

Ma note : 1,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...