dimanche 16 mars 2014

BEFORE WATCHMEN – MINUTEMEN


BEFORE WATCHMEN – MINUTEMEN

Au début des années 1940, une mode des aventuriers costumés a frappé les États-Unis incitant plusieurs individus à se déguiser afin de rendre la justice. Parmi eux, le Comédien, le Hibou, le Spectre Soyeux, Capitaine Metropolis, le Juge Masqué, l’Homme Insecte, la Silhouette et Bill Dollar se sont regroupés en une organisation, les Minutemen, pour le meilleur et surtout pour le pire.


Before Watchmen – Minutemen
Editeur : DC Comics
Scénario : Cooke Darwyn
Dessins : Cooke Darwyn
Encrage : Cooke Darwyn
Couleurs : Phil Noto
Genre : Super-héros, Action, Aventure, Fantastique
Titre en vo : Before Watchmen – Minutemen
Pays d’origine : Etats-Unis
Nombre d’épisodes : 6
Pages : 176
Parution : aout 2012/janvier 2013
Langue d’origine : anglais

Mon avis : Les habitués de ce blog avaient peut-être remarqué que ce n’est que depuis quelques mois que je me suis franchement replongé dans l’univers des comics, genre qui peut etre de qualité par moments, je ne le nie pas, mais qui a le don de m’agacer, surtout pour ce qui est de son genre principal, je veux bien évidement parler des super-héros et de cette détestable habitude qu’on les principales maisons d’éditions nord-américaines, DC et Marvel, de ne jamais prendre de risques avec leurs franchises principales, n’osant jamais innover et en revenant toujours à cet éternel statuquo. Mais ce constat, fort dommageable au demeurant, n’empêche pas que de temps en temps, certains titres se démarquent des autres, y compris parmi les publications les plus connues mais si, dans la très longue histoire des comics, on ne devrait retenir qu’un seul titre, nul ne doute que Watchmen est celui-là : œuvre de Alan Moore et Dave Gibbons, ce véritable monument de la bande dessinée, tous genres confondus, aura mis tout le monde d’accord depuis sa sortie dans les années 80 ; scénario, dessins, réflexion fait autour de l’univers des super-héros, cette œuvre, culte, eut pour mérite le fait que son éditeur, DC, eut la bonne idée de ne jamais revenir sur la série et ce… jusqu’à y a peu de temps en fait, accessoirement, a la grande colère de Moore qui ne souhaitait pas se voir associer à une telle idée et qui regrettait que d’autres touchent à ses personnages. Ayant suivi la polémique de loin, je reconnais que mon opinion, au départ, était plutôt contre une telle idée que je jugeais plutôt mercantile, pourtant, après avoir entendu bon nombre de critiques pour le moins positives au sujet de la mini-série consacrée aux Minutemen, la première équipes de héros masqués de l’univers des Watchmen, je dois avouer que j’eu envie de voir de quoi il en retournait, et, ma foi, je ne fus en aucune façon déçu parce que j’ai lu ! Certes, ce n’est pas du même niveau que Watchmen, chef d’œuvre absolu du genre, mais malgré ce constat, comment ne pas reconnaitre que Darwyn Cooke s’en soit diablement bien tant au scénario qu’aux dessins, ceux-ci possédant un air rétro qui colle décidément bien à l’intrigue de ces Minutemen. Véritables anti-héros pétris de défauts et possédant pas mal de casseroles en leurs seins, cette équipe sent décidément autant le souffre que celle qui lui succédera quelques décennies plus tard, et franchement, lire leur histoire, l’officielle et la cachée, par le biais des souvenirs du premier Hibou, est un véritable régal. Fortes têtes, vices cachés ou inavouables, jalousies, égocentrisme : ici, plus que l’envi de faire véritablement le bien, en dehors du Hibou ou de Silhouette principalement, c’est la reconnaissance et la gloire qui attire avant tout cette équipe. Une équipe qui finira bien évidement mal, après bien des déboires, et dont on prend un immense plaisir à suivre son histoire tout au long de six épisodes tous plus bons les uns que les autres et qui, s’ils ne sont pas bien évidement du niveau de Watchmen, n’en restent pas moins supérieurs a quasiment toute la production actuelle de comics.


Points Positifs :
- Bien évidement, dans Before Watchmen, si un titre devait se démarquer, ce ne pouvait etre que ces Minutemen, les précurseurs de qui vous savez.
- Un scénario captivant au possible et qui se lit avec grand plaisir, chaque protagoniste ayant droit à ses moments de gloires, ou plutôt, devrais-je dire, de déboires. Mais justement, c’est fou ce qu’une équipe pleine de défauts est mille fois plus intéressante qu’une où ses membres sont tout beaux, tout gentils.
- Le style de Darwyn Cooke et ses allures rétro colle franchement bien à l’ensemble et rehausse encore plus l’intérêt que peut avoir cette BD.
- Eh oui, on peut toucher à un monument, Watchmen, et réussir son coup ; rien que pour ces Minutemen, je ne peux que remercier DC pour cette décision.
- La Silhouette, j’ai franchement adoré ce personnage aussi torturé par la vie qu’elle est charismatique ; bigre, à croire que le Hibou, c’est moi !?

Points Négatifs :
- Franchement, il n’y en a pas… euh, c’est inférieur à Watchmen ? Oui mais tout est inférieur à Watchmen !
- Tellement bon que je n’aurai pas été contre le fait que ce soit plus long.

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...