mardi 3 septembre 2013

SANCTUAIRE – LE PUITS DES ABÎMES


SANCTUAIRE – LE PUITS DES ABÎMES

Intrigué par un curieux écho sonar, un sous-marin américain, l’USS Nebraska, s’aventure dans une étroite cavité abyssale. Les membres de l’équipage y découvrent l’épave d’un sous-marin soviétique et les vestiges de l’entrée immergée d’un sanctuaire antédiluvien. Tandis qu’une première équipe de reconnaissance disparaît à l’intérieur du sanctuaire, le comportement des hommes à bord se fait de plus en plus violent. Les analyses du médecin révèlent la sécrétion insensée d’une hormone agressive. A tel point que, dans un accès de folie, le chef machiniste saborde ses propres moteurs, mettant définitivement en péril le submersible. Pendant ce temps, une seconde équipe part récupérer les disparus à l’intérieur du sanctuaire. Mais dès leurs premiers pas, ils ont la conviction de ne pas être seuls...

Eh ben, on pourra dire qu’il m’aura fallu du temps pour me décider à le lire ce second tome de cette excellente série qu’est Sanctuaire : celui-ci, acheter début du mois d’aout ne fut lu que ce matin et ce, alors que lorsque je découvris cette série, ou plutôt, que j’avais dévoré avec un enthousiasme certain le premier volume de la saga, USS Nebraska, mi-juillet dernier, je n’avais qu’une seule hâte, découvrir la suite le plus rapidement possible. Alors bien entendu, lorsque je suis revenu de vacances et que j’ai repris le travail, j’avais décidé d’attendre de rattraper toutes mes critiques en retard avant de me lancer dans la lecture de ce second tome de la série de Xavier Dorison et Christophe Bec, puis, ensuite, par la force des choses et surtout pour des raisons personnelles, le cœur n’y était plus vraiment. Mais bon, comme je l’ai dit il y a de cela quelques jours, aout est désormais derrière moi et si je n’oublie pas, il faut bien continuer à vivre, et pour cela, rien de tel – et ce, avant les deux ou trois prochaines semaines qui sont pour le moins chargées – que de, enfin, me décider à me plonger dans ce Puits des Abîmes !

Mes amis, bien trop de temps s’est écoulé depuis la lecture du premier tome de Sanctuaire mais ce qui est sûr, c’est que malgré cela, et tout juste quelque minutes pour me remémoré un peu quelques détails du scénario ainsi que certains personnages, ce fut avec un plaisir certain que j’ai enfin put découvrir la suite de ce qui est bel et bien une excellent bande dessinée. Bien évidemment, et comme je l’avais déjà dit lors de ma précédente critique, avec des auteurs comme Xavier Dorison (Troisième Testament et les Sentinelles) et Christophe Bec (Prométhée) aux commandes, il était évidant que ce Sanctuaire avait de fortes chances de posséder un maximum d’atouts pour en faire une grande BD, et justement, histoire de faire le lien avec la critique du premier tome, scénaristiquement parlant, c’est du tout bon ! Angoissant a souhaits comme on peut l’imaginer pour l’équipage d’un sous-marin coincé dans une caverne sous-marine et qui doit subir tout un tas de phénomènes pour le moins étranges, sans oublier, bien sûr, ceux qui explorent les ruines du mystérieux temple cyclopéen et qui tombent comme des mouches ; captivant car il est fort difficile de ne pas se passionner pour un synopsis, certes pas franchement original, mais qui n’en reste pas moins diaboliquement bien écris, ce second tome de Sanctuaire, comme son prédécesseur, est tout simplement parfait pour ce qui est de son intrigue, surtout au vu des événements qui s’enchainent a une vitesse folle. Cependant, car il y a un mais, et comme je l’avais déjà souligner lors de la critique du premier volume, pour ce qui est des dessins, c’est une toute autre histoire : en temps normal, et comme ce fut le cas pour les premiers tomes de Prométhée, sans etre fan, j’apprécie plutôt le trait réaliste de Christophe Bec, cependant, ici, est-ce les couleurs et l’encrage qui les desservent, ou bien, tout simplement, le fait que le dessinateur ne maitrisait pas encore totalement son style, mais force est de constater que pour ce qui est des dessins, ceux-ci ne sont pas à la hauteur du scénario. Oh certes, n’exagérons pas, ceux-ci sont loin d’etre mauvais, loin de là, mais bon, je m’attendais tout de même à bien mieux, surtout pour ce qui est des protagonistes qui ont la fâcheuse tendance à tous se ressembler ce qui fait que, la plus part du temps, on ne sait pas qui est qui et on les confonds tous. Mais bon, ce n’est pas propre à ce tome et c’était déjà le cas dans le premier ; d’ailleurs, je pense ne pas me tromper en supposant qu’il en sera de même dans le suivant.


Enfin bon, malgré ce détail plutôt gênant qui apparait du coup comme un point faible quand a la qualité générale de l’ensemble, force est de constater que malgré cela, nous avons tout de même une excellente bande dessinée : on s’en doutait dans le premier tome, nous avons désormais la confirmation. Le scénario de Sanctuaire, et je pèse mes mots, est tout simplement parfait, dans le genre, et sans failles, et en toute sincérité, je ne peux que tirer mon chapeau bien bas au sieur Dorison ; dommage que les dessins de Bec ne soient pas, eux, du même acabit, mais bon, comme il est coutume de le dire, mieux vaut un bon scénario avec des dessins moyens que le contraire… enfin, je ne voudrais pas non plus paraitre trop dur à l’encontre de Bec, surtout que c’est un auteur que j’apprécie bien mais bon, vous voyez ce que je veux dire. Quoi qu’il en soit, un second volume tout simplement excellent et qui laisse présager d’un final grandiose ; et oui, Sanctuaire est composé que de trois tomes, ça aussi c’est une bonne nouvelle !

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...