jeudi 22 août 2013

FAIS PAS CI, FAIS PAS ÇA – SAISON III


FAIS PAS CI, FAIS PAS ÇA – SAISON III

D'un côté les Bouley : un couple qui refuse le modèle autoritaire de leurs parents, ils ont construit ensemble une famille recomposée. De l'autre côté, les Lepic, persuadés que les problèmes de la jeunesse actuelle sont essentiellement dus à la démission des parents, prônent un retour au mode d'éducation stricte qu'ils ont reçue et l'appliquent à leurs quatre enfants. Fais pas ci, Fais pas ça, une comédie inspirée de faits réels qui suit les aventures de deux familles incarnant deux méthodes d'éducation opposées...Comme chaque année, chez les Lepic, les parents de Renaud arrivent pour fêter Noël. Mais Bon Papa aurait caché des choses à Bonne Maman... Chez les Bouley, Valérie débute son congé maternité. Son gynécologue lui demande de rester zen, mais rien ne va l'y aider : Denis se fait renvoyer de la maison de retraite, et Tiphaine est en pleine histoire d'amour...


Dans un monde idéal, mais comme chacun sait, les mondes idéaux, cela n’existe pas, bref, imaginons tout de même qu’une telle utopie existe, eh ben, je vous aurai parlé sur ce blog depuis longtemps de cette excellente série… française (et oui) qu’est Fais pas ci, Fais pas ça, car bon, comment dire, si je n’ai pas mémoire d’avoir regardé celle-ci lors des débuts du Journal de Feanor, en 2008, depuis, je suis devenu un inconditionnel de cette petite série sans prétention, au point d’avoir vu les saisons 2, 3, 4 et 5 un nombre plutôt conséquent de fois (enfin, sauf la dernière, diffusée qu’une seule fois sur le petit écran) et ce, sans jamais m’en lasser – pour la petite histoire, je n’ai jamais eu l’occasion de regarder la première saison, au demeurant, différente dans sa conception de la suite et qui lorgnais du côté de la télé-réalité, mais bon, avec un petit peu de chance, ce n’est que partie remise. Bref, dans un monde idéal donc, je vous en aurais parlé, chacune des saisons ayant eu droit à sa propre critique, or, comme vous l’avez compris, ce ne fut pas le cas. Les raisons sont finalement à la fois simples et peu compréhensibles : tout d’abord, pendant de longues années, les séries étaient un peu les parents pauvres de ce blog, et ce n’est que depuis l’année dernière que celles-ci ont droit à leurs critiques – ah, si je pouvais revenir en arrière et changer les choses… Et même ainsi, alors qu’en 2012, j’aurais pu aborder le cas Fais pas ci, Fais pas ça (la série étant rediffusée grosso modo tous les ans), je n’en fis rien ; pourquoi ? Excellente question si ce n’est le manque de temps, l’oubli ou je ne sais quel prétexte absurde. Enfin bon, cette injustice flagrante (car c’en est une) se devait d’etre réparée et finalement, après tant d’années, ce qui est probablement la série la plus drôle du moment, du moins à mes yeux, est enfin mise à l’honneur sur mon blog !

Rediffusée cet été, sur France 2, en attendant la sixième saison qui arrivera sur nos petits écrans bientôt, cette année, j’ai un petit peu pris le train en marche, loupant au passage les deux premières saisons de la série – enfin, pour la première, c’est devenu une habitude – et c’est donc par la fort bonne troisième saison que j’ai retrouvé, il y a de cela quelques semaines, mes deux familles préférées que sont les Lepic et les Bouley : d’un côté, les petits bourgeois cathos un peu coincés mais tellement drôles, de l’autre, les bobos gauchistes et écolos (enfin, vous en connaissez des bobos de droite ?) tout aussi amusants. Deux familles que tout oppose mais finalement plutôt liées, deux familles fort bien représentatives d’une certaine France d’aujourd’hui, deux familles à qui il arrive tout un tas d’événements du quotidien et qui les mettent dans des situations abracadabrantesques  dont on ne se lasse pas. Bien évidemment, je pourrais en dire beaucoup sur ces deux familles respectives, sur les travers de chacune d’entre elles et de leurs membres, que ces personnages à la fois tellement banals mais tellement attachants et dont on ne se lasse pas. Car il faut dire que l’une des grandes forces de cette série, l’un des points qui fait que celle-ci captive autant son petit noyau de fidèles, ce sont justement les acteurs principaux : Bruno Salomone, Guillaume de Tonquédec, Valérie Bonneton et, a une moindre mesure (mais ce n’est que mon avis), Isabelle Gélinas, s’en donnent toujours autant à cœur joie dans leurs pitreries et force est de constater que même si parfois ils en font des tonnes dans le grand guignolesque et les situations ubuesques, la mayonnaise prend toujours aussi bien, surtout que, sous le couvert de l’humour, bien souvent, des sujets autrement plus sérieux sont abordés : un exemple justement lors de cette troisième saison étant le quatrième épisode de celle-ci intitulé Le miracle de la vie et qui traite de la mort de façon fort judicieuse, et ce, même si l’humour est toujours présent.


Bien évidemment, vous parler de cette série saisons par saisons n’est pas chose aisée, surtout que, par la force des multiples rediffusions, j’en possède une vision plus globale – et, accessoirement, vu le retard pris avec mes critiques, alors que je vous parle de la saison III, j’en suis déjà à la fin de la quatrième. Et comme par-dessus le marché, c’était la toute première fois que je mettais à l’honneur cette série sur ce blog, cette critique n’aura probablement pas été aussi parfaite que je l’aurai escompté, vu que je me serais attardé un peu trop sur le synopsis général de celle-ci au lieu de me concentrer uniquement sur la troisième saison. Mais bon, et en essayant de faire mieux la prochaine fois – et en théorie, sauf gros retard, ça ne devrait plus trop tarder – je tennais néanmoins, en guise de conclusion, de rappeler que cette troisième saison de Fais pas ci, Fais pas ça est franchement excellente, que la qualité déjà entraperçue dans la deuxième saison est toujours là, les acteurs étant même un peu, selon moi, un poil au-dessus. Centré sur deux périodes – la fin de la grossesse de Valérie Bouley et la période de Noël, puis, quatre mois plus tard, le lancement de la carrière de coach de Denis Bouley – cette troisième saison est un véritable concentré de situations cocasses et souvent cultes (le spectacle de Noël, le pseudo buzz sur le net de Denis, le frère de Renaud Lepic, l’épisode du cercueil gardé à la maison, la chanson sur la malbouffe de Fabienne Lepic pour ne citer que ceux qui m’ont le plus marqués) dont je ne me lasse pas le moins du monde et que j’ai pris énormément de plaisir à revoir en ce mois de juillet. Bref, la preuve que les français aussi savent faire de bonnes comédies, et comme je vous l’ai dit en préambule, sans grands moyens et sans prétentions, ce qui est notable en soit… 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...