mardi 8 janvier 2013

LES DERNIERS ARGONAUTES – LE SILENCE DES DIEUX



LES DERNIERS ARGONAUTES – LE SILENCE DES DIEUX

Un beau jour, les Dieux ont cessé de parler aux Hommes, les abandonnant aux désastres et au désespoir. Un seul homme peut mener à bien la quête qui restaurera l’équilibre du monde : Jason, le héros légendaire qui, jadis, emmena les Argonautes chercher la toison d’or. Mais les temps ont changé; Jason est devenu un vieil homme hanté par de terribles souvenirs. Il va cependant accepter de partir pour une ultime aventure à la tête d’une bande de héros que rien ne semble prédestiner à entrer dans la légende… Cette trilogie d’Heroic Fantasy nous emmène dans un monde inspiré des mythes grecs, pour un récit à la fois épique et poétique, riche en action et en émotion.


Mine de rien, ces derniers temps, j’ai pris pas mal de retard avec les nouveautés BD ; ainsi, entre pas mal de sorties que j’ai loupée, faute de moyens (je n’ai pas non plus un compte en banque extensible à souhait, et puis, c’était les fêtes de fin d’année), mais aussi, faute de temps, car certaines acquisitions trônent tranquillement dans ma bibliothèque dans l’attente que je les lise, on ne peut pas dire que je me sois franchement tenu à jour depuis, grosso modo, le mois de novembre dernier. Certes, depuis lors, j’ai pu vous parler de quelques petites nouveautés, mais au vu de tout ce qui a pu paraitre – a un tel point que je ne savais même plus où donner de la tête – ce n’était qu’un stricte minimum. Quoi qu’il en soit, je compte bien, en ce début d’année 2013 – enfin, dans les premiers mois car pour janvier, je suis déjà à sec et nous ne sommes que le huit du mois – rattraper mon retard, ce qui, à n’en pas douter, ne sera pas une mince affaire, mais bon, avec du temps, tout est possible.

Et parmi ces bande dessinées en retard, l’une d’elles était ce premier volume d’une toute nouvelle série (encore une, et après, vous vous étonnez que je n’ai pas assez de temps ni d’argent pour tout compléter) de chez Glénat et intitulé Les nouveaux argonautes. Et pour ce qui est du retard, vu que celle-ci date tout de même de la rentrée dernière (septembre), on pourra dire que j’aurais mis du temps à me le procurer ; pourtant, malgré cela, je dois avouer que je n’en étais pas moins impatient de voir ce que cette BD pouvait bien avoir dans le ventre ?! Car pour moi, qui dit Argonautes me renvoi immédiatement à l’un de mes films préférés de tous les temps, je veux bien évidement parler du célèbre Jason et les argonautes, sorti sur les écrans en 1963 et avec l’inoubliable Todd Armstrong dans le rôle du héros, le génial Ray Harryhausen aux effets spéciaux et des scènes, ah, des scènes, tout bonnement cultes comme celle où Talos, le géant de bronze, s’en prend aux argonautes, mais aussi et surtout, le combat final contre les squelettes ! Mais si le film et la légende de Jason est plus ou moins connue du grand public, je n’ai pas pu m’empêcher, en lisant cette énième version du mythe, de penser à une autre œuvre, Le Codex de Merlin du regretté  Robert Holdstock, où un Merlin bien plus jeune, des siècles avant sa rencontre avec Arthur Pendragon, faisait équipe avec un certain Jason vieillissant. Car ici, vous l’avez compris, Jason n’est plus qu’un vieil homme, meurtri par les ans et surtout par le meurtre de ses deux fils perpétré par son épouse Médée, des années auparavant, un Jason aigri, loin du héros flamboyant de la légende, finalement, plutôt proche de la version d’Holdstock, mais un Jason qui devra reprendre du service à bord de l’Argo, et avec un nouvel équipage, pour une nouvelle mission : comprendre pourquoi les dieux ne s’adressent plus aux humains, et, accessoirement, trouver une solution à ce mutisme.

Et c’est donc avec ce postulat ma foi, plutôt original (personnellement, vu que ce n’est pas souvent que l’on a le droit d’avoir une bande dessinée dont l’intrigue se déroule dans la Grèce antique, je ne vais pas cracher dessus) que débute ce premier tome où, bien entendu, les auteurs mettent tranquillement en scène leurs univers et leurs personnages. De ce côté-là, peu de surprises, nous sommes en terrain convenu puisque reprenant des créatures mythologiques assez typiques (mais bon, c’est normal) quant aux nouveaux argonautes, on ne peut pas vraiment dire que ceux-ci brillent par leur originalité – un poète limite peureux, un satyre plus comique qu’autre chose, une amazone forcément farouche, un prince manchot au grand cœur, une sorcière au fort potentiel érotique qui risque de faire tourner quelques têtes et… Jason, bien entendu, dans le rôle du vieux roublard aigri qu’il est devenu – mais leurs traits de caractères les rendent finalement plutôt sympathiques ; disons qu’ils ne sont pas déplaisants et qu’on a envie de suivre leurs aventures, aventures qui semblent promettre si le reste de la saga est du même acabit que ce premier volume : se lisant plutôt bien, assez captivant, on sent bien que l’on n’a pas affaire à un chef d’œuvre, mais bon, cela reste tout de même une bande dessinée plutôt agréable et qui ne se prend pas la tête, et puis, surtout, même si les dessins peuvent en déconcerter plus d’un, personnellement, j’ai bien aimé le style de ceux-ci, et plus particulièrement le choix des couleurs, un peu sépia. Bref, un bon premier tome pour ces Derniers argonautes qui laisse présager, espérons-le, de lendemains aussi bons que ce que nous avons pu trouver dans ce Silence des dieux.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...