samedi 19 janvier 2013

La Nouvelle Revue de l’Histoire n°64 : La fin des Habsbourg



Avant chaque nouveau numéro de la Nouvelle Revue de l’Histoire, c’est toujours le même cinéma qui recommence : espoirs que, pour une fois, on ait droit à un sujet original, craintes, surtout, d’avoir à se taper pour la trente sixième fois un sujet en rapport de près ou de loin avec la première moitié du vingtième siècle et plus précisément l’entre deux-guerres, tout cela, en sachant que de toutes façons, même si le dossier principal n’a rien à voir avec cette période historique, on y aura tout de même droit. Du coup, vous imaginez ma joie en découvrant le sujet de ce premier numéro de l’année 2013, consacré aux Habsbourg, non seulement parce que celui-ci me plait, mais aussi… enfin, vous avez compris… hein quoi, comment, la dynastie des Habsbourg prend fin au vingtième siècle ? Oui mais bon, que voulez-vous…

La Nouvelle Revue de l’Histoire n°64 : La fin des Habsbourg
Janvier/Février 2013

La fin des Habsbourg
- L’assassinat de l’Autriche-Hongrie
- Les Habsbourg : une chronologie
- L’impératrice Marie-Thérèse
- Joseph II, le despote éclairé
- La Hongrie rebelle
- Sissi, reine des hongrois
- François-Ferdinand, l’héritier problématique
- L’armée multinationale à l’épreuve de la guerre

Editorial : Un samouraï d’occident
- L’Europe au défi de son histoire : entretien avec Pierre Manent
- Camille Jullian et Vercingétorix
- Henri VIII et le schisme anglais
- Mémoires d’un janissaire
- Louis XV expulse les jésuites
- Une histoire des gauches en France
- De Paris à la Decima MAS
- Pino Rauti, ultime « chemise noire »
- L’Afrique – Mythes et mensonges : entretien avec Bernard Lugan

Bon, avant toute chose, si les deux précédant numéros avaient été loin de m’enchanter – Les droites radicales en Europe ne m’intéressaient pas le moins du monde et Le conflit du trône et de l’autel avait été une franche déception – force est de constater que ce tout premier numéro de l’année 2013 dépassa mes espérances ; oh certes, tout n’est pas parfait mais au moins, pour une fois, je ne me serais pas ennuyer avec une désagréable impression de déjà vu, quant à la déception, eh ben, elle n’aura pas été présente, bien au contraire. Cela, bien entendu, dut a un dossier consacré aux Habsbourg, plutôt intéressant car sujet rarement abordé dans les magazines spécialisés, et plutôt bien écris ; même s’il aurait gagné à etre plus complet de mon point de vu. Et donc, du coup, du moins pour ce qui est du dossier principal de ce soixante quatrième numéro, le contenu de celui-ci fut aussi bon que la couverture qui annonçait la couleur en arborant fièrement un François Joseph que les inconditionnels d’une certaine Sissi connaissent bien, du moins, sous une version plus jeune et fortement romancée. Celle-ci, au demeurant, a droit à son propre chapitre, ce qui, de mon point de vu, est plutôt une bonne chose car l’on a trop tendance à oublier – mais est-ce la faute des films qui lui sont consacré – son importance historique, ne serais-ce que pour son lien avec la très rebelle Hongrie.

Mais si le dossier principal est à la hauteur de nos espérances, quant-est-il du restant de la revue ? Eh bien, il y a du bon et du beaucoup moins bon : tout d’abord, et de façon un peu curieuse, un article consacré à Henri VIII qui revient sur son conflit avec la papauté qui finit par aboutir à la religion anglicane et qui avait parfaitement sa place dans le numéro précédant (d’ailleurs, je vous avais dit à l’époque que notre sympathique Henri VIII était le grand absent du dossier consacré aux conflits entre trône et autel), c’était pour le bon, principalement. Le moins bon, lui, nous renvoi aux habituels travers de la NRH, c’est-à-dire, l’habitude de retrouver tout le temps des articles sur des sujets qui ne changent pas : nous avons donc ici droit pour la énième fois à Vercingétorix, a des considérations sur l’avenir de l’Europe mais aussi… bâillement… un petit retour du côté de la seconde guerre mondiale. Dommage car ces articles prennent une place non négligeable au détriment de sujets plus intéressants de mon point de vu comme le court article consacré aux janissaires et celui sur l’expulsion des jésuites. Enfin bon, tout n’est donc pas parfait, certes, mais dans l’ensemble, et surtout grâce à son dossier principal, ce soixante quatrième numéro de la Nouvelle Revue de l’Histoire n’en reste pas moins un bon cru, comme on aimerait en voir plus souvent ; espérons juste que le prochain soit du même acabit, voir mieux. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...