jeudi 6 décembre 2012

HAUTEVILLE HOUSE : LE TOMBEAU DE L'ABBÉ FROLLO



HAUTEVILLE HOUSE : LE TOMBEAU DE L'ABBÉ FROLLO

Avec l'aide du capitaine bonapartiste Dantès, l'agent Gavroche cambriole le coffre renfermant les chandeliers et la carte qui permettraient d'atteindre le tombeau de l'abbé Frollo afin de consulter la pierre philosophale. C'est sans compter sur la menace de celui qui tisse sa toile depuis plusieurs mois et qui pourrait bien triompher en révélant son identité ainsi que son histoire : le fantôme de Paris.


A peu près deux fois par an, environ tous les cinq ou six mois, nous avons droit à un nouveau tome d’une bande dessinée sans grande prétentions, mais qui n’en est pas moins intéressante pour ceux qui savent l’apprécier à sa juste valeur : Hauteville House. Œuvre de Fred Duval au scénario et de Thierry Gioux aux dessins, cette BD se déroule dans un univers Steampunk qui, forcément, ne peut que plaire qu’aux amateurs du genre. Bien entendu, il y aurait énormément a dire sur les forces et faiblesses de cette œuvre, car si les bonnes idées existent, si l’intrigue est parfois captivante, tout, malheureusement, n’est pas forcément parfait ; du moins, pas autant qu’on pourrait l’espérer. Cependant, comme quelque part, les auteurs ne se prennent pas vraiment la tête, comme il n’en ressort nullement le coté prétentieux que peuvent posséder tout un tas d’autres œuvres, l’on pardonne bien plus facilement les quelques faiblesses que l’on peut trouver ici ou là ; en tous cas, bien plus que par ailleurs. Mais comme je vous en ai déjà parlé par ailleurs, je vous invite, histoire de ne pas avoir à me répéter pour la énième fois, à relire la critique du tome précédant, Fort Chavagnac, qui s’attarde longuement sur les forces et faiblesses de cette bande dessinée.


Quoi qu’il en soit, avec ce Tombeau de l’abbé Frollo, nous en sommes déjà au neuvième tome, ce qui nous amène à dire que le temps passe vite, c’est un fait, mais aussi et surtout, qu’une fois de plus, une œuvre dans laquelle l’on s’était lancé pour trois ou quatre volumes s’avère, au final, ne pas avoir de fin annoncée. Car avec ce neuvième tome, nous achevons un nouveau cycle, et, qu’apprends-t-on en jetant un coup d’œil à la page de garde ? Je vous le donne dans le mille : qu’une suite est prévue ! Alors certes, l’on pourrait trouver énormément à redire quand a cette politique éditoriale qui pousse parfois le bouchon un peu trop loin (hein, quoi, comment, qui a parler de l’Histoire Secrète ?), mais avec Hauteville House, avouons que ce n’est pas très gênant en soit ; après tout, l’univers est désormais familier, les protagonistes pour le moins sympathiques et tant d’histoires peuvent encore etre racontés avec eux qu’il serait, je n’en doute pas, dommage de devoir s’en priver. Et même si je n’ai pas forcément toujours pensé la même chose, même si j’ai pu etre pour le moins dur vis-à-vis de ce second cycle, qui pour rappel, débutait assez moyennement, vu la tournure des événements, oui, je suis convaincu qu’une suite pourrait s’avérer intéressante… voir même, quand on lit les toutes dernières lignes de l’album… nécessaire. Mais chut, je n’en dis pas plus.


En tous cas, l’on ne peut que constater que ce neuvième tome de Hauteville House est une fort bonne conclusion à ce second cycle : après un départ pour le moins hésitant, l’intérêt de celui-ci est allé en augmentant et les deux derniers volumes (le huit et le neuf, donc), s’ils ne sont pas non plus des chefs d’œuvres absolus, n’en restent pas moins comme étant de fort belle qualité, tant scénaristiquement qu’artistiquement. Des révélations sont faites, dont une, pour le moins surprenante pour ce qui est de l’identité de l’un des protagonistes, l’avenir semble bien sombre, surtout de par les événements décris dans les pages de cet album, et s’il serait fort exagéré de prétendre que celui-ci est le meilleur de la série – car, tout simplement, ceux du premier cycle sont autrement plus intéressants – l’on ne peut lui enlever un intérêt et des qualités qui font que, au final, l’on n’a envie que d’une seule et unique chose : découvrir ce que les auteurs feront du troisième cycle de Hauteville House ? Car bon, cela semble promettre énormément… 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...