mercredi 26 décembre 2012

AKIRA 9 – VISIONS



AKIRA 9 – VISIONS

Kay suit le colonel à son refuge où l'attend, blessée, son amis Chiyoko. Mais les hommes de Tetsuo les suivent, les harcèlent, et un long combat s'engage. Lady Miyako veut absolument récupérer Kay. Pourquoi?... Elle demande à Kaneda et son ami Kai d'aller la chercher. Ils la ramèneront sérieusement blessée. En mer, l'armée U.S. veut envoyer des forces spéciales pour tuer Akira, au grand dam des scientifiques. En attendant le lieutenant Yamada reçoit un parachutage d'armes chimiques. Mais Ryu, qui ne l'a pas quitté, craint pour la population et ne compte pas le laisser s'en servir. Tetsuo devine leurs intentions et se téléporte sur le porte-avions...Attention les dégâts. Quant à son bras droit, voyant que la population se détourne de plus en plus de leur Empire au profit de Lady Miyako, il organise un grand rassemblement pour tenter de les ramener de leur côté, par la force et la terreur s'il le faut...

Il y a quelques jours à peine, je vous disais lors de ma critique du septième tome d’Akira, que je comptais bien avancer le plus possible dans la lecture de la saga pendant mes congés de fin d’année, et ce, pour deux raisons : le temps libre que j’avais devant moi pendant ceux-ci, bien entendu, mais aussi que pour ce qui est du boulot, janvier, non seulement, reprendra fort, mais en plus, d’un point de vu plus personnel, entre nouvelles sorties, romans à finir et autres films à voir, force est de constater que mon temps libre consacré à ce blog sera bien plus limité que ces derniers temps. Ajoutons à cela ce qui, sur ce blog, va régulièrement avec le mois de janvier comme les nouveautés Playmobil, tant attendues, mais aussi, l’anniversaire du Journal de Feanor, et vous comprendrez, il me semble, à quel point il me tarde d’en finir avec cette relecture d’Akira. Bien évidemment, en disant cela, je ne remets absolument pas en cause mon ressentit à l’égard de cette œuvre, car si certes, je suis pressé d’avancer dans la saga, ce n’est pas par manque d’intérêt, mais davantage par questions logistiques ; après tout, pour ce qui est de mon opinion vis-à-vis de ce manga, c’est presque comme au premier jour (le plaisir de la découverte, bien entendu, en moins), bref, un véritable régal. Mais si je vous dis tout cela, c’est que, justement, et alors que nous ne sommes que le mercredi 26 au soir, en théorie, je devrais sans trop de difficultés lire et publier les critiques des quatre volumes que je m’étais fixer pour cette semaine – quand j’en aurais finis avec ce billet, il ne m’en restera plus qu’un – et, sur ce point-là, c’est tout bonnement parfait puisque tout roule comme je l’espérais.

Enfin bon, tout cela n’est que considérations sans grand intérêt et qui ne nous disent absolument rien quand à l’intérêt de ce neuvième tome d’Akira, je l’entends bien. Mais, justement, si je me suis permis de me perdre un peu en divagations qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’œuvre en elle-même, mais aussi, et j’en ai parfaitement conscience, n’intéresseront pas grand monde pour ne pas dire personne, c’est que, justement, en achevant la lecture de ce Visions, du nom de cet énième volume de la saga, je dois avouer que je ne savais pas trop quoi ajouter de plus à ce que j’ai pu vous dire précédemment au sujet de celle-ci – sans oublier le fait que j’ai publié une autre critique quelques heures auparavant. Mais alors, cela signifie-t-il que, subitement, la qualité n’est plus au rendez-vous et que, désormais, l’intrigue perd en intérêt ? Rassurez-vous, que nenni, et puis, si cela avait été le cas, ne vous inquiétez pas, j’aurais trouvé l’inspiration bien plus facilement ; après tout, ne dit-on pas qu’il est plus facile de dire du mal que du bien ? Non, ce neuvième tome, une fois de plus, maintient la qualité de la série au plus haut point, alors certes, on ne peut en aucun cas affirmer que celui-ci restera dans les annales, car cela serait fortement exagéré, on ne pas peut non plus prétendre que celui-ci regorge de grands moments, inoubliables et qui marqueront durablement la saga dans son ensemble – quoi que, sur ce point, les dernières pages, où Tetsuo se rend sur la Lune et y provoque un cataclysme, est pourrait parfaitement en faire partie… et puis, Akira parle enfin ! – non, ici, l’intrigue poursuit tranquillement son court, d’abord par le biais de Kaneda et Kai qui s’en vont à la rescousse de Kay et du Colonel qui sont aux prises avec l’un des mutants de l’Empire – celui avec des lunettes que l’on voit depuis quelques temps – puis avance davantage du côté américain, ceux-ci étant visiblement pressés d’en finir avec la menace du jeune mutant. Et pendant que Tetsuo se confronte pour la première fois aux scientifiques qui souhaitent étudier Akira et que le lieutenant Yamada et Ryu sont en désaccord, l’un des points forts de l’album est le spectacle donné par l’Empire de Tokyo dans les ruines du stade olympique : complètement hors sujet par moments, avec son chauffeur de salle et son groupe de rock ringard au possible, celui-ci finit par etre assez humoristique, chose que l’on ne voyait plus guère dans la série depuis un bon bout de temps.


Au final, ce neuvième album d’Akira, sans en aucun cas démériter et sans etre franchement inférieur à ses prédécesseurs, ne restera pas dans les annales, non pas par une baisse quelconque de la qualité, comme je vous l’ai dit auparavant, mais davantage dut au fait que, finalement, quand on y pense, l’intrigue n’avance pas trop – on sent que cela va bientôt bouger et que le final risque d’etre apocalyptique – et que les événements qui surviennent ici ne sont pas, avouons-le, parmi les plus forts de la série… quoi que… quoi que, entre le final sur la Lune et le combat de nos héros contre le mutant a lunettes voir même le petit tour de Tetsuo dans le porte avion américain, certains ne sont pas si inintéressants que cela !?

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...