dimanche 18 mars 2012

Préhistoire Magazine n°4 : Le Stégosaure



Dans l’ensemble de la presse, force est de constater que tous les sujets n’ont pas droit aux mêmes traitements : en effet, si la presse féminine ou les revues consacrées à l’automobile tiennent le haut du pavé, si la presse informatique ou celle consacrée aux jeux vidéo arrive tout prêt derrière, de même que celle qui traite de l’actualité, de l’histoire, des sciences ou de la musique, et si, les chasseurs et les pécheurs ont de quoi s’y retrouver, et on pourra dire la même chose des enfants, certains domaines sont moins abordés. Bien évidemment, il serait fastidieux de tous les énumérer ici, surtout que ce n’est pas forcément le sujet, et parmi ceux-ci, donc, la préhistoire me semble être un exemple parfait de sujet intéressant, qui intéresse bon nombre de personnes, mais qui ne brille pas par la diversité des titres qui lui sont consacrés. Ainsi, pour les amateurs, deux solutions existent : soit les revues scientifiques généralistes avec quelques dépêches vite expédiées dans la rubrique news, soit la presse enfantine, qui, comme son nom l’indique, plait aux enfants, mais laissera probablement de marbre les plus grands. Hors, depuis quelques mois, les amateurs de préhistoire possèdent eux aussi leur revue, et franchement, c’est une bonne nouvelle, son nom : Préhistoire Magazine.

Préhistoire Magazine n°4 : Le Stégosaure, un « reptile à toit » du Jurassique
Février, mars, avril 2012

Au sommaire :
- Les Insectes géants du Carbonifère.
- Le Stégosaure, un « reptile à toit » du Jurassique.
- Baluchithérium, un Rhinocéros hors du commun.
- L’Australopithèque, l’ancêtre de l’Homme ?
- L’Institut de Paléontologie Humaine.
- Les Hommes Fossiles en Os et en Chair.
- Les Dames du Temps Jadis.
- Evo, un Jeu de Société Préhistorique.

Préhistoire Magazine en est déjà à son quatrième numéro, et je ne connais ce trimestriel que depuis quelques mois, lorsque j’avais découvert, par hasard, le numéro précédant dans un Relais H de la Gare de l’Est ; vu que cela avait dut arriver en fin de mois, je ne l’avais pas pris à l’époque et, avais finis par oublier son existence, et ce, jusqu’à y a peu de temps où, en cherchant le dernier numéro de la Nouvelle Revue de l’Histoire, j’eu l’agréable surprise de tomber sur ce petit magazine – par le format – où trônait fièrement, en couverture, mon dinosaure préféré : le Stégosaure ! Du coup, comme pour beaucoup de monde, mes débuts de mois sont plus faciles que les fins de mois, je me suis laissé tenter par celui-ci, histoire de voir ce qu’il valait. Et donc, le résultat était-il à la hauteur de mes espérances ? C’est ce que je vais essayer de vous expliquer ci-dessous :

Déjà, je ne suis pas un chaud partisan des petits formats ; autant, pour les romans, je ne peux me passer des livres de poches, autant, avec les revues, j’ai un peu de mal lorsque celles-ci n’ont pas leur format « habituel ». Bien évidemment, ce n’est qu’un détail mineur, sans grande incidence sur la qualité de l’ensemble, de même, un tel format ne m’est pas inconnu, pour avoir acheté, dans le passé, quelques revues plus ou moins identiques. Par contre, ce que je ne comprends pas trop, c’est pourquoi celles-ci sont plus cher que les autres, au demeurant plus grandes ? J’ai beau chercher, je ne vois aucune raison valable pour justifier un tel écart de prix parfois conséquent au demeurant. Ces considérations étant dite, force est de constater que ce Préhistoire Magazine n’en possède pas moins certaines qualités : certes, les sujets sentent un peu le « déjà-vu », il ne faut pas s’en cacher, mais cela peut se comprendre pour deux raisons : tout d’abord, que l’on veuille ou non, et quel que soit le sujet par ailleurs, il est fort difficile d’être franchement original et il est normal, surtout lorsque l’on est un passionné, d’être blaser lorsque, pour la énième fois, on se tape un dossier sur les Stégosaures ou les Insectes géants ; ensuite, il y a un problème éditorial qui se comprend : pour appâter le client, surtout avec une nouvelle revue, on ne peut se permettre que de traiter de sujets obscurs, et, pour pouvoir placer ceux-ci, justement, la présence de dossiers qui plairont au plus grand nombre – comme le Stégosaure, ici – sont nécessaires afin d’attirer un maximum de clients. Et puis, après tout, ce qui compte avant tout, c’est la qualité de ces dossiers, le fameux nerf de la guerre de toute bonne revue qui se respecte.

Et ici, je suis un peu plus mitiger : certes, les différents articles proposés sont intéressants et la qualité est au rendez-vous, de même, il est intéressant que les éditorialistes de ce Préhistoire Magazine aient consacré des dossiers a des sujets moins connus comme l’époustouflant Baluchithérium, par exemple, le plus grand mammifère terrestre que la Terre n’ai jamais porté et qui n’avait pas grand-chose à envier aux grands dinosaures. Cependant, l’écriture même de ces articles est pour le moins curieuse par moments et se trouve gâcher, selon moi, par de nombreuses répétitions d’un paragraphe a l’autre, ce qui donne un peu l’impression que les auteurs ne se sont pas relus ?! Mais bon, cela est peut-être dut au fait que la revue est encore jeune et que, avec l’expérience, la suite ne pourra aller qu’en s’améliorant. Du moins, je l’espère vivement. Quoi qu’il en soit, si Préhistoire Magazine n’est pas l’excellente revue qu’un tel sujet méritait, elle pourra éventuellement intéresser les amateurs du genre qui ne seront pas trop regardants sur ses quelques défauts. Et puis, dans ce désert navrant qu’est la presse consacrée à la préhistoire dans notre beau pays, sachons donner sa chance a une revue encore jeune et qui mérite sa chance, en espérant, bien entendu, que la suite sera encore meilleure. 

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...