lundi 19 mars 2012

LES PILIERS DE LA TERRE – TV



LES PILIERS DE LA TERRE – TV

Passion et complots dans l'Angleterre du XIIème siècle. Maud, la fille du monarche Henri 1er, se dispute la succession au trône avec son cousin, Stephen. Une lutte de pouvoir qui cause des tensions et déchire le royaume. L'évêque Waleran Bigot et les Hamleigh en profitent pour tirer avantage de la situation et satisfaire leurs propres ambitions. Au milieu de cette guerre, le Prieur Philip doit surmonter les innombrables obstacles pour assurer la construction de la cathédrale de Kingsbridge. Face à l’ampleur de la tâche, il peut heureusement compter sur le maître-maçon Tom Builder, son beau-fils Jack, et jeune Aliena. Ensemble, ils vont se serrer les coudes pour réaliser leur rêve…


Assez curieusement, lorsque j’y pense après coup, il est assez singulier que, en quatre années d’existence, Le Journal de Feanor n’ai eu que quelques rares billets consacrés aux séries (12 jusqu’à maintenant, 13 avec celui-ci, cela va de soi) alors que, en d’autres temps, nul doute que cette catégorie aurait été bien plus développée : ainsi, entre les nombreuses séries que j’ai pu voir dans le passé, et que je suivais régulièrement, le potentiel pour vous proposer bien plus d’articles sur celles-ci existait. Mais bon, comme chacun sait, les aléas de la vie, le manque de temps mais aussi, ne nous cachons pas, le fait que ces dernières années, bon nombre de séries proposées sur nos petits écrans – genre Experts, NCIS etc. – ne m’attiraient absolument pas, a fait que je n’ai jamais accordé une grande importance à un genre autrefois, selon moi, plus passionnant. Pourtant, a bien y regarder, depuis le début d’année, je me suis un peu rattraper sur la chose et si, bien entendu, la septième saison de notre bon vieux Dr House (c’est un vieil habitué de ce blog) peut être mise à part, entre Borgen et la troisième saison des Tudors, Le Journal de Feanor aura connu, en très peu de temps, un net regain d’intérêt pour un sujet, jusqu’à cette année, considéré par la force des choses comme mineur sur ce blog. Et aujourd’hui, donc, vous l’avez deviné, c’est d’une autre série que je vais vous parler : Les piliers de la terre.

L’amateur éclairé de littérature connait parfaitement l’ouvrage de Ken Follet dont est tiré cette série : véritable best-seller en son temps, ce triller médiéval, comme il fut alors présenter, connu un succès mérité et passionna bien des lecteurs, conquis et captivés par une intrigue, à la base, curieuse – il s’agit de construire une cathédrale – mais qui s’avère être, très rapidement, bien plus complexe que cela et qui mêle complots, trahisons, ambitions démesurées et, forcément, une belle petite histoire d’amour, longtemps contrariée, sinon, cela serait bien trop simple, comme on s’en doute. Il y a quelques mois, j’avais lu pour la toute première fois ces fameux Piliers de la terre et, éventuellement, les curieux qui souhaiteraient en savoir davantage sur ce roman pourront trouver la critique de celui-ci sur ce blog. Mais bien évidemment, ce qui compte, aujourd’hui, c’est de savoir ce que vaut la série TV, que j’ai découvert hier soir, par le biais de France 3 qui diffusait les trois premiers épisodes de celle-ci. Et comme chacun sait, l’adaptation d’une œuvre est toujours un exercice plus que périlleux.

Eh bien, inutile de tourner autour du pot pendant des lustres et reconnaissons immédiatement que, pour ce que j’ai pu voir ce dimanche soir, il me semble évidant que l’adaptation des Piliers de la terre me semble être de qualité. Oh, que l’on ne se trompe pas, nous ne nous trouvons pas non plus devant la série de l’année, loin de là, cependant, dans l’ensemble, celle-ci apparait comme étant de bonne facture : ainsi, entre le choix des acteurs qui m’apparait comme judicieux – marrant, je me l’imaginais bien comme ça Jack, idem pour Tom le bâtisseur – et plus particulièrement, celui qui fait le rôle de Waleran Bigod, le grand « méchant » de l’histoire, charismatique en diable, les costumes, les décors et l’ambiance générale, cette série germano-canadienne (pourquoi pas ?) possède des bases solides, ce qui est un bon début. Ensuite, arrive le nœud du problème de toute bonne adaptation qui se respecte : les auteurs suivent-ils fidèlement ou pas l’original, quels sont les points communs, les différences ? Et à cette question, primordiale comme vous pouvez vous en doutez, l’on peut se réjouir que l’adaptation, dans les grandes lignes, suit celle du roman. Ici, et fort heureusement d’ailleurs, pas de délires d’un scénariste fou qui se serait cru obligé de caser des idioties scénaristiques ou de trop s’éloigner du synopsis original. Pourtant, comme il fallait s’y attendre, des différences n’en existent pas moins et si, la plus part du temps, celles-ci ne sont pas bien graves et peuvent même s’expliquer par le simple fait que, de toutes façons, une adaptation, aussi fidèle soit-elle, ne reste qu’un résumé de l’œuvre première et que l’on ne peut pas tout y caser, certaines, elles, sont, selon moi, un peu dommageables : ainsi, avait-on besoin de rendre incestueuse la relation entre Regan et William Hamleigh, déjà suffisamment compliquée dans le roman, mais aussi, et là, c’est à la psychologie des personnages et a une bonne part de tout ce qui suivra, pourquoi avoir modifier la scène où les enfants du comte Bartholomew vont lui rendre visite avant son exécution ? Dans le roman, c’est lui qui fait jurer à sa fille, Aliena, bref, qui lui impose, de ne pas trouver de repos, de tout faire pour que son frère récupère son titre ; or, ici, c’est le contraire, Aliena fait le serment sans que son père ne lui demande rien. Et si cette image de femme forte plaira au public de maintenant, elle n’était pas nécessaire pour deux raisons : à la base, Aliena est déjà une femme forte – dans la famille, c’est elle qui porte la culotte et pas son frère timoré, prétentieux et finalement inutile – ensuite, même si elle fait tout pour son frère, ce serment lui est imposé et c’est cela le drame de sa vie, de devoir aller à l’encontre de ses sentiments, de mettre sa vie entre parenthèse, uniquement pour satisfaire à ce fameux serment. Du coup, je trouve assez dommageable ce changement scénaristique qui, selon moi, ne s’imposait nullement.


Mais au final, Les piliers de la terre n’en restent pas moins une bonne série qui, s’il est bien évidement inférieur à l’original – mais bon, comment faire mieux ? – n’en possède pas moins suffisamment de qualités pour, à la fois, satisfaire les amoureux du roman, mais aussi, attiré un nouveau public, chacun y trouveront sans nul doute leurs comptes. Pour ce qui est de mon avis personnel, on pourra dire que j’ai bien aimé ces trois premiers épisodes, que je regarderais bien entendu la suite – je serais fou de ne pas le faire – mais que, peut-être que le fait d’avoir lu le roman il y a quelques mois à peine, et que tout cela soit encore un peu trop frais dans ma mémoire, aura fait que j’ai titiller un certains nombres de fois sur des détails souvent mineurs et qui ne m’auraient probablement pas gêner en temps normal. Mais quoi qu’il en soit, une bonne série, sans nul doute !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Je trouve cette adaptation inutilement violente. De plus le livre nous en apprend beaucoup sur cette époque et sa pensée alors que la série se borne aux clichés classiques. Donc au moins lire le livre et sa suite "Un monde sans fin"

Feanor a dit…

C'est malheureusement, il me semble, le lot de toutes les adaptations qui ne sont jamais totalement fidèles a l'original, surtout lorsque celui ci est un roman aussi excellent que peut l'être Les piliers de la terre.
Evidemment, je regrette fortement le fait que tout la série fasse abstraction de l'une des grandes forces du roman, c'est à dire, tout ce que celui nous apprend sur la construction d'une cathédrale. De même, le personnage de Jack perd en intérêt puisque tout son coté "poétique" est absent ici.
Pour le coté violent et spectaculaire de la série, je pense que c'est pour attirer un maximum de public plus rétif a une adaptation plus stricte du roman, quoi que, cela ne m'aurais pas gêner outre mesure personnellement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...