mardi 14 février 2012

Historia n°700 : Ces grands hommes qui ont fait l’Histoire



Ce n’est évidemment pas tous les jours que l’on fête un numéro 700 (bon, pour être tout à fait exact, c’est pareil pour n’importe quel numéro, que ce soit le 658, le 437 etc.) et même si un tel chiffre n’est pas aussi marquant que peut l’être un 100, un 500 ou un 1000 (quoi que, à celui-là, il faut y arriver !), force est de constater que c’en est pas moins un événement que l’on peut qualifier d’exceptionnel pour une revue. Et pour ce qui est des revues historiques françaises, nul doute qu’Historia occupe une place à part : déjà, c’est la plus ancienne, ensuite, la qualité de celle-ci est incontestable et ce, même si ce n’est pas forcement ma préférée. Et donc, ce numéro 700, qui date déjà de la lointaine année 2005, je viens de finir de le relire et, histoire de marquer le coup, en plus du sommaire habituel que je vous propose toujours dans ma rubrique Presse, j’ai également souhaité publier l’édito – ci-dessous – de celle-ci :

Un numéro 700, ça se fête ! Cocktail et mondanités, ce n'est pas l'esprit de la maison. A Historia, nous préférons partager ce moment avec nos lecteurs. Avec bonne humeur et simplicité. D'où ce dossier consacré aux grands personnages de l'Histoire. Son principe ? Celui du célèbre jeu des 7 familles : stars, spirituels, politiques, artistes, savants, conquérants et voyageurs. Au sein de chaque famille, six membres retenus par ordre de notoriété et présentés par un auteur de renom. Soit 42 figures illustres. Et forcément des oubliés de marque. Lesquels ? A vous de nous le dire sur notre site http://www.historia.fr/ ou en nous écrivant. Nous avons imaginé ces pages comme un remerciement ludique à  votre fidélité depuis quatre-vingt-quinze ans. Notre vœu le plus cher : que vous nous renouveliez ce bail. Au commencement, nous nous appelions Lisez-moi Historia. C'était en 1909. Une idée d'avant-garde d'un éditeur libraire, Jules Tallandier. « On a toujours aimé les lectures unissant à  l'agrément de la forme l'attrait de révélations saisissantes ou piquantes sur des personnages du passé », proclamait ce premier numéro. Loin, très loin des cénacles austères et des écrits d'initiés. Près d'un siècle plus tard, ce credo n'a pas pris une ride.

Historia n°700 : Ces grands hommes qui ont fait l’Histoire
Avril 2005

Ces grands hommes qui ont fait l’Histoire
Les stars
1. Napoléon
2. De Gaulle
3. Louis XIV
4. Kennedy
5. Ramsès II
6. Mandela
Les politiques
1. Henri IV
2. Talleyrand
3. Clemenceau
4. Louis XI
5. Catherine de Médicis
6. Aliénor d'Aquitaine
Les voyageurs
1. Marco Polo
2. Christophe Colomb
3. Magellan
4. Alexandra David-Neel
5. Charcot
6. Théodore Monod
Les artistes
1. Léonard de Vinci
2. Mozart
3. Victor Hugo
4. Michel-Ange
5. Homère
6. Molière
Les spirituels
1. Jésus
2. Moïse
3. Mahomet
4. Bouddha
5. Luther
6. Confucius
Les conquérants
1. César
2. Alexandre le Grand
3. Genghis Khan
4. Attila
5. Cortés
6. Neil Armstrong
Les savants
1. Pasteur
2. Einstein
3. Galilée
4. Pythagore
5. Isaac Newton
6. Marie Curie

Egalement au sommaire :
- L’inédit du mois : Les bons comptes de la favorite.
- Evènement : Course au large.
- Actualité : Seznec, vers la réhabilitation ?
- Le Louvre décentralisé à Lens en 2009.
- Camilla ne sera jamais reine d’Angleterre.
- Moments d’Histoire : Les Charitables, croque-morts de Béthune.
- France-Turquie : une alliance de revers.
- Paris 1855, capitale mondiale du progrès.
- Les socialistes font cause commune du peuple commune.
- L’art de l’Histoire : Caillebotte, photographe haussmannien.
- L’esprit des lieux : L’œil de Gambetta sur Cahors.

Ceci étant dit, qu’en est-il véritablement de la qualité de ce fameux numéro 700 au contenu si alléchant ? Car bon, après tout, ce qui compte, ce n’est surement pas un sommaire qui a de la gueule mais les articles en eux-mêmes, et là, on va s’apercevoir rapidement que, malgré ce que l’on pouvait penser, le résultat ne sera pas forcement à la hauteur de nos attentes ; du moins, ce fut mon cas, je dois le déplorer. Je passerais rapidement sur les articles divers, qui composent ce numéro 700 et qui ne m’ont pas intéressé outre mesure, sauf celui qui traite des relations pour le moins ambiguës entre François Ier et Soliman le Magnifique, qui firent scandale à l’époque (vous imaginez, un roi chrétien allié a l’ennemi mortel, le musulman !?) et qui, selon moi, mériteraient presque un hors-série tant le sujet est intéressant pour m’attarder sur le dossier de ce sept centième numéro d’Historia, leur fameux jeu des sept familles. Bon, l’idée en soit n’est pas spécialement mauvaise, je le reconnais et cela peut être un bon moyen, après tout, de permettre aux novices en Histoire de se faire rapidement une idée des figures les plus marquantes de celle-ci. Sauf que, justement, c’est là que le bât blesse puisqu’il est toujours fort périlleux de se lancer dans de tels choix, tellement réducteurs et qui, forcément, ne pourront plaire à tous les lecteurs : ainsi, selon nos origines, nos périodes historiques préférés et nos propres opinions, quelque part, chaque amateur d’Histoire a sa propre liste de grands de ce monde qui, bien entendu, ne sera pas la même que celle des autres. Mais le problème qui se pose ici, c’est qu’en plus d’un choix rédactionnel, peut être discutable mais après tout compréhensible (puisqu’il est impossible de mettre tout le monde d’accord), ce qui choque le plus et, quelque part, est tout bonnement impardonnable, c’est cette fichue habitude franco-française à privilégier leurs propres « grands hommes » ; bien évidemment, cela est de bonne guerre et la France n’est pas le seul pays à agir de la sorte (il suffit de penser aux USA par exemple et leurs sale habitude de croire qu’en dehors d’eux, rien n’existe) mais quand on voit certains noms présentés dans cette liste, et surtout, qu’on constate avec regret ceux des absents, il est difficile de ne pas estimer que sur ce coup, Historia fut bien trop chauvin : allons bon, Molière a la place de Shakespeare ? La bonne blague ! Neil Armstrong dans les conquérants, franchement, ce n’est pas un peu exagéré ? Nelson Mandela ? Non mais il fait quoi ici ? Autant de dirigeants français (8 et je ne parle pas des autres) alors que franchement, pour une liste aussi réduite, seul Napoléon et Louis XIV justifiaient leur place, c’est un peu se moquer du monde. Du coup, ce numéro anniversaire, qui avait franchement tout pour lui m’apparait au final comme une grosse déception, et ce, suite à un choix plus que discutable de la rédaction pour ce qui est des figures historiques les plus marquantes de l’Histoire. Bien évidemment, je sais pertinemment qu’un tel choix n’est jamais évidant à faire et que tout le monde peut trouver à redire, mais ici, cela me fait penser à ces émissions de télévision sensées nous présentées les plus grandes chansons de tous les temps et où, à 90%, ce sont des chansons françaises – surtout que, lorsque l’on sait que dès que l’on passe les frontières, les chanteurs et chanteuses françaises, franchement, ce n’est pas vraiment cela. Dommage pour un numéro 700, je pense qu’Historia méritait mieux que cela…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...