samedi 31 décembre 2011

2011, une année qui s'en va



Nous sommes le 31 décembre 2011, à quelques heures de la nouvelle année et, comme de coutume depuis trois ans maintenant, je tenais, pour ce dernier post avant la tant attendue et fatidique année 2012 (une histoire de calendrier maya qui prendrait fin le 21 décembre prochain ce qui, soupirs, entrainerait la fin du monde), à revenir sur les événements marquants des douze mois écoulés. Bien évidemment, je dois reconnaitre que cela n’a rien de bien original ; après tout, il est de coutume, dans les derniers jours d’une année, de rappeler les événements qui l’ont marqué (il suffit de regarder la télévision ou de lire la presse pour le constater, ou de voir mon article publié tout à l’heure, sur les découvertes archéologiques majeures de 2011). Cependant, plutôt que de tourner autour du pot, et de répéter malicieusement ce que j’avais écrit l’année dernière, autant revenir sur cette année 2011 qui n’en a plus pour très longtemps :

Evénement personnel de l’année :

Bon, bon, on pourra dire que autant 2010 avait été une année riche en événements majeurs – ne serais ce que l’obtention de la garde de mon fils ainé et mon mariage pour ne citer que les deux plus importants – et que mon choix final avait été plus que cornélien (comment choisir ? Bah, je l’ai fait tout de même), 2011 ne restera pas comme étant une année très marquante. Certes, je ne peux pas dire qu’il ne s’est rien passé du tout, cela serait vous mentir et de toute façon faux en plus, bien évidemment, d’être tout bonnement impossible. Cependant, faisant suite à une année tellement riche en événements majeurs, 2011, du coup, apparait bien plus calme, la vie se contentant de suivre tranquillement son court. Du coup, il m’est difficile de trouvé un événement franchement marquant mais bon, comme pour moi, ce fut une toute première fois, j’estime que mon accident de ski (ridicule au demeurant) sera le grand moment de 2011.

Le Journal de Feanor en 2010 :

Que pourrais-je dire sur ce blog pour cette année 2011 ? Ayant depuis longtemps trouvé sa vitesse de croisière comme je le disais déjà il y a un an, le fait le plus marquant, finalement, aura été que, suite à mon accident de ski qui m’aura laissé quelques semaines à la maison, j’en aurais profité (sur un bras ou presque) pour lancer Le Journal de Feanor vers un record inaccessible, selon moi, celui du plus grand nombre de post annuels depuis sa création. Et si cela n’arriva qu’il y a quelques jours à peine et que franchement, je n’y croyais pas, force est de constater que mon record absolu de 100 articles en un mois, datant de mars dernier, y contribua énormément. Du coup, plus que le fait que j’ai décidé de titré mes billets (mais pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ?) ou les multiples travaux et rénovations en cours depuis les touts débuts, c’est ce fait, finalement marquant, qui restera comme l’événement de cette année 2011.

BD de l’année :

Je vous le disais il n’y pas si longtemps, lors de la critique de l’avant dernier tome de la série Millénaire, cette année aura été, depuis la création de ce blog, la plus marquante tant en qualité qu’en quantité pour ce qui est de la bande dessinée. Du coup, jamais je ne me suis retrouvé avec un nombre aussi élevé d’œuvres qui, en toute franchise, auraient mérité le titre de BD de l’année. Ainsi, que ce soit Servitude, Millénaire bien entendu, Arawn, Le Pape terrible, Reconquêtes, Portugal et quelques autres, il m’était difficile de faire mon choix. Du coup, je me suis souvenu de ce que j’avais dit en janvier dernier, suite à la lecture d’une saga tout bonnement exceptionnelle : La Brigade Chimérique ; il y a presque un an, donc, je lui décernais déjà le titre de BD de l’année, et même si depuis, d’autres l’auraient mérités, force est de constater que La Brigade Chimérique, elle, fait un très beau vainqueur.

Livre de l’année :

Hum, là aussi, le choix n’aura pas été si simple mais pas forcément pour les mêmes raisons que précédemment. Certes, la qualité, une fois de plus aura été au rendez-vous de mes lectures, ainsi, que ce soit des petits bijoux comme Les scarifiés, Des milliards de tapis de cheveux, le cycle des Mythagos, ou celui du Codex Merlin, une nouvelle fois, la littérature de l’imaginaire m’aura accompagner une bonne partie de l’année. Pourtant, et pour la première fois depuis les débuts de ce blog, le Livre de l’année ne fera pas parti du genre fantastique puisque deux ouvrages, Le nom de la rose et Les piliers de la terre, lus en fin d’année, m’auront davantage marqué. Mais comme il fallait que je fasse un choix et comme je connaissais l’intrigue du premier cité par le biais du film, ce sont finalement Les piliers de la terre qui obtiendront le titre de Livre de l’année 2011.

Film de l’année :

Des films en 2011, j’en aurais vu des tas : des bons, des mauvais, des chefs d’œuvres, des navets, des nouveautés et d’autres, bien plus anciens mais quoi qu’il en soit, pour ce qui est du septième art, il est indéniable que cette année aura été bien fournie – y compris pour ce qui est critiques, ce qui ne fut pas toujours le cas les années précédentes, malheureusement. Par contre, parmi tout ce que j’ai pu voir au cours des douze derniers mois, et malgré la qualité flagrante de bon nombre d’œuvres, aucun film, sincèrement, ne m’aura vraiment marqué plus qu’un autre. Du coup, comme il fallait bien faire un choix, et même si j’ai longtemps hésité avec celui qui eut droit aux honneurs de ma centième critique cinématographique, l’exceptionnel La grande illusion, mon choix, finalement, se sera porté sur Amours chiennes, vu il y a quelques mois et dont on me disait le plus grand bien depuis quelques années déjà.

Disque de l’année :

Bon, là, ce fut encore plus dur qu’avec la rubrique Cinéma. Quoi que, l’année dernière, c’était encore pire tellement le choix, en 2010, était limité (comme d’habitude pourrais-je ajouter). Au moins, cette année, des disques, j’en aurais écouté pas mal, enfin, plus que ces dernières années, en particulier lors des premiers mois de 2011. Mais comme d’habitude, aucun, véritablement, ne sortait du lot, ou plutôt si, un genre, une époque : la fin des années 70, les débuts de la New wave, Bowie, Eno, Iggy Pop etc. Pourtant, si j’ai longtemps pensé que je ferais mon choix final sur l’un de ces artistes et l’un de leurs albums, ma petite poussé de mélancolie et de saudade de la rentrée, mon retour à mes racines et à la musique que j’écoutais étant petit m’aura finalement convaincu que seuls los Machucambos méritaient le titre de disque de l’année 2011.

Jeux Vidéo de l’année :

Bon, inutile de perdre mon temps : l’année dernière, ce fut FIFA 2010, cette année, bien évidemment, le jeu de l’année fut FIFA 2011 et hop, on n’en parle plus, ou presque… euh, ça serait bien de changer pour 2012, non ?

Mort de l’année :

Grande année que 2011 pour ce qui fut des morts marquantes : après tout, lorsque l’on voit nous quitter des noms majeurs comme ceux de Ben Laden, le Colonel Kadhafi ou Kim-Jong-Il, comment ne pas se dire que chacun d’entre eux aurait pu prétendre au titre de mort de l’année ? Choix cornélien donc – et accessoirement morbide mais bon – et si, de par l’insoutenable violence de sa mise à mort, Kadhafi aurait parfaitement put prétendre remporter cette distinction, de par son importance depuis une décennie, et pour tout ce qu’il représentait (et malgré le fait qu’il n’y eut pas de corps à nous présenter, ce qui, bien sûr, pourra laisser court a toutes les théories), il me semble que la mort de Ben Laden restera comme la plus importante de ces douze derniers mois.

Equipe de foot de l’année :

Ok, c’est Barcelone, je l’ai admis il n’y a pas longtemps et je ne veux pas trop en parler… ceux qui me connaissent savent pourquoi…

Evénement sportif de l’année :

Non, j’ai encore ça comme catégorie !? Non parce que là, franchement, ça m’embête un peu vu que, en dehors du football, cette année, le sport et moi, ce ne fut pas vraiment ca… mais bon, il me faut faire un choix et… attention, sonnez trompettes : les All Blacks champions du monde de rugby ! Quoi, un peu trop facile ? Bah, tant pis…

Homme ou événement politique de l’année :

Non, non, ce ne sera pas notre Empereur cette année, et encore moins son principal opposant pour les prochaines élections présidentielles, François Hollande. Non, non, ce sera Dominique Strauss Kahn, DSK pour les intimes, bien évidement. Pour quelle raison ? Vous le savez bien voyons…

Evénement international de l’année :

Il y avait franchement de quoi faire en 2011 pour ce qui est de l’actualité internationale : entre les révoltes dans le monde arabe qui auront permis de chasser des dictateurs pour mettre à leurs places des religieux (chouette alors l’échange), la guerre contre la Lybie et la mise à mort de l’ancien ami de la France, le Colonel Kadhafi ou la crise économique qui frappe le monde et plus particulièrement l’Europe, les événements majeurs n’ont pas manquer. Mais ce qui restera, selon moi, comme le fait le plus grave de cette année 2011, ce sera malheureusement le tremblement de terre qui frappa le Japon en mars dernier et qui, ensuite, provoqua la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima dont on n’a pas finis de payer les conséquences, quoi que l’on nous dise…

Affaire de l’année :

Là, ce ne fut pas bien compliquer en fait puisque l’on retrouve, comme convenu, bien évidemment, notre DSK national, l’homme qui aimait un peu trop les femmes, l’homme qui était un peu trop, comment dire, prévenant, qui les forçait un peu, qui s’envoyait filles de joies sur filles de joies avec, entre deux parties de jambes en l’air, un détroussage, comme dirait l’autre, d’une femme de chambre (entre autres…). Mais bon, comme dirait un ancien Ministre de la culture : « il n’y a pas mort d’homme ». Non, bien évidemment, et comme en plus, Anne Sinclair regarde tout cela d’un œil bienveillant, que voulez-vous ajouter à cela ?

Bon bah voilà, il me semble que c’est tout pour cette année, il est donc temps pour moi de vous souhaiter de passer un excellent réveillon, de fêter comme il se doit (mais avec modération les amis, franchement, je vais joueur les vieux chiants mais tant pis, inutile de picoler comme des trous au point de rouler sous la table) l’année 2012 qui arrive dans quelques heures et de saluer, une dernière fois, 2011, que, personnellement, restera tout de même pour moi comme étant une bonne année. Allez,  et comme il se doit : bonne année a tout le monde !

4 commentaires:

Emeralda a dit…

Je te souhaite avec un peu d'avance, une excellente année 2012.

Tigger Lilly a dit…

Bonne année 2012, Feanor !

Feanor a dit…

Merci beaucoup. A toi aussi bonne annee 2012

Feanor a dit…

A toi aussi Tigger
bigre les commentaires publies au meme moment ;)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...