dimanche 7 août 2011

LES TUCHE


LES TUCHE

A Bouzolles, tout le monde connaît la famille Tuche. Jeff, Cathy et leurs trois enfants vivent du système D. Respectueuse de la philosophie Tuche, « l’homme n’est pas fait pour travailler », toute la famille s’emploie à être heureuse malgré le cruel manque de revenus. Leurs vies étaient toutes tracées. Ils seraient toujours pauvres, mais heureux. Mais un bouleversement va mettre en péril ce fragile équilibre. Les Tuche vont devenir riches, très riches. 100 millions d’euros gagnés à L’Euroloterie vont tout changer. Quitte à changer de vie, autant changer de lieu. Quoi de plus logique pour les Tuche que d’aller vivre à Monaco, là où Cathy a toujours rêvé d’habiter. Ils devront se faire accepter, s’intégrer dans leur nouvelle patrie, changer leurs habitudes sans changer leurs sentiments. La partie n’est pas gagnée pour cette famille qui a comme adage « Tuche pour un, Un pour Tuche ».

Par curiosité, car je me suis posé la question ce jeudi, je me suis demander quand est ce que j’avais été au cinéma pour la dernière fois, et sincèrement, j’avoue que je ne m’en souvenais pas le moins du monde. Bon, déjà, une certitude : ce n’était pas cette année, ensuite, impossible de me rappeler le dernier film que j’avais put avoir vu sur grand écran avec ma femme (d’un autre coté, vu que je n’y vais pas seul, c’était forcement avec elle) ce qui signifiait que c’était forcement il y belle lurette. Mon blog ayant tout de même parfois son utilité, j’ai effectué une petite recherche sur mes critiques cinés, remontant dans le temps et me rendant compte que, la dernière fois que j’avais put mettre les pieds dans une salle obscure, c’était en novembre 2010 pour un film qui ne m’avait, par ailleurs, pas laisser un immense souvenir : Elle s’appelait Sarah. Bref, environ dix mois que je n’avais pas mis les pieds au ciné, et la, en quarante huit heures, deux fois ; mais si la prochaine critique que je vais vous proposer (aujourd’hui ou demain, c’est selon ma vitesse de frappe et mon inspiration), Super 8, peut selon mes critères, justifier un déplacement au ciné, il me parait indéniable que le film qui nous préoccupe maintenant, Les Tuche donc, est d’un tout autre calibre. Enfin, il ne joue pas du tout dans la même catégorie.

Ceci étant dit – pour la petite histoire mais aussi pour éviter que cette critique ne fasse que quelques lignes – que pourrais-je dire au sujet de cette comédie française qu’est Les Tuche ? Tout d’abord, il me semble qu’avec une affiche dans ce genre la et un titre aussi, hum, comment dire, remarquable, on sait par avance que tout cela ne volera pas bien haut. Ensuite, il y a les acteurs avec, en tête de liste, l’inimitable Jean-Paul Rouve mais aussi Isabelle Nanty, histoire que la fête soit plus folle. Et puis le synopsis, excusez du peu ; tenant a peine sur un misérable timbre poste, celui-ci a pour sujet les péripéties d’une indécrottable famille de chômeurs et qui sont fiers de l’être qui, du jour au lendemain, se retrouvent millionnaires et partent vivre a Monaco – soupirs de dépits – et cela, tout simplement parce que madame adore la Princesse Stéphanie. Forcement, ceci étant dit, que peut-on attendre de ce film ? Franchement, rien ou, du moins, pas grand-chose. D’ailleurs, peut être vous posez vous quelques questions a mon sujet : il est bizarre ce Feanor tout de même qui, de temps en temps, nous sort tout de même de sacrets navets sur son blog ; et quelque part, vous n’auriez pas tord, surtout, oh combien, vis-à-vis d’un tel… euh, faute de mieux, appelons cela un film.

Et pourtant, et pourtant… Oui, je sais, Les Tuche ne révolutionnera absolument pas l’histoire du cinéma, ni tout simplement les comédies – françaises – tout court ; ce film est moyen, très moyen, les situations sont convenues au possible, il n’y a aucune surprise, les personnages sont caricaturaux comme jamais, les blagues vues et revues, il y a tout plein de bons sentiments y compris et surtout le fameux « l’argent ne fait pas le bonheur » qui, a force d’être utiliser Ad vitam æternam donne plus la nausée qu’autre chose, bref, ce long métrage possède a mes yeux, quasiment tous les défauts possibles et inimaginables qui me font fuir en temps normal et pourtant… et pourtant, j’ai rigoler. Oui, je l’avoue, j’ai ri, et pas qu’une seule fois, comme ca, par hasard, non, j’ai franchement ri, plusieurs fois, voir même, en certaines occasions, franchement. Mais alors, Les Tuche est-il finalement un bon film ? Nullement, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dis, cela serait vous mentir. Mais alors, est ce moi-même qui suis devenu fou pour pouvoir l’apprécier ? Non plus, tout simplement, oui, Les Tuche est un film débile, sans grand intérêt et accessoirement, a vite, très vite oublier, d’ailleurs, si je devais lui donner une note, elle serait franchement basse, mais au moins, pendant une heure et demi, il m’aura fait me marrer franchement, il m’aura détendu, je ne me serais pas prit la tête, j’aurais même vu quelques acteurs de Plus belle la vie ainsi que quelques tètes connues venues en guest, bref, il aura rempli son rôle, c'est-à-dire, me divertir, et franchement, c’est déjà pas mal.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...