lundi 1 novembre 2010

LE ROYAUME DE GA’HOOLE : LA LÉGENDE DES GARDIENS


LE ROYAUME DE GA’HOOLE : LA LÉGENDE DES GARDIENS

L’enfance de la chouette Soren est bercée par les récits épiques que son père lui fait à la tombée de la nuit. En départ de son jeune âge, le vaillant oiseau rêve déjà de se joindre à ses héros favoris, les Gardiens de Ga’ Hoole, ces guerriers ailés qui sauvèrent le Royaume des Chouettes de l’emprise maléfique des Sangs Purs. Kludd, son frère aîné, se moque de Soren car il n’aspire qu’à chasser, voler, s’attirer les bonnes grâces de son père et évincer son cadet. Sa jalousie aura des conséquences dramatiques : un jour, les deux frères tombent de leur arbre et sont capturés par les Sangs Purs. Soren révèle alors toute l’étendue de sa bravoure en organisant l’évasion d’une troupe de jeunes et courageuses chouettes. C'est le début d’une grande et merveilleuse aventure à travers les mers à la recherche des légendaires Gardiens de Ga’ Hoole...

Bon, essayer de replonger en enfance. Je sais, ce n’est pas facile mais cela est plausible. Maintenant, essayer également de faire abstraction de tout ce que vous avez pu lire ou voir depuis. Là, cela se complique un peu plus, dur de perdre toutes ses références. Mais bon, avec un effort, on ne sait jamais ? Alors, vous en êtes où ? Avez-vous retrouvé un peu de cette innocence perdue depuis si longtemps, commencez vous a imaginer que dans la vie, tout est blanc, tout est noir, qu’il y a les gentils tous gentils et tous beaux d’un coté et les gros méchants bien méchants de l’autre ? Avez-vous mis de coté tous les personnages rencontrés au fil des ans ainsi que toute leur ambigüité, leurs doutes, leur coté franc tireur pour ne pas dire obscur et qui vous avaient tant plu ? Vous y arriver ? Difficilement, très difficilement même, n’est ce pas ? Rassurez vous, ce n’est pas facile, j’ai eu le plus grand mal également. Mais si vous vous en approchez un tant soit peu, si vous êtes capable de prendre cette œuvre pour ce qu’elle est avant tout, c'est-à-dire, une belle histoire pour les enfants, alors oui, peut être apprécierez vous Le Royaume de Ga’Hoole. Sinon, ce n’est même pas la peine d’essayer, vous serez déçu.

C’est donc ainsi que j’ai pris la chose, en me disant que ce long métrage d’animation était avant tout pour les enfants (et les petits en plus) et que je me devais du coup faire abstraction de pas mal d’éléments que je n’aurais jamais accepté en temps normal. De même, l’adulte bien souvent cynique que je suis, celui qui apprécie tant les antihéros, les seconds rôles plus ambigus, ceux qui sont à la limite de la moralité et de la Loi, bref, celui qui déteste ces niais de paladins dans les jeux de rôles et qui rêve de rôtir vivant ces fichus Hobbits, et bien cet adulte ne devait plus être lui-même et retourner, ne serais ce que le temps d’un film, dans le monde merveilleux où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil… ou presque car il faut bien des méchants. Mais ca à marcher.

Oui, j’ai aimé Le Royaume de Ga’Hoole. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je ne l’ai pas trouvé niais, je n’ai pas tiqué sur les valeurs morales misent en avant et qui en temps normal m’exaspèrent par ailleurs, et j’ai même apprécié les jeunes héros (des chouettes certes, mais jeunes) alors que j’ai une sainte horreur pour toutes ces histoires a deux balles avec des enfants ou des ados sensés sauver le monde. Et oui, la magie Ga’Hoole à fonctionner, aussi inattendu que ca paraisse. Bien évidement, il faut relativiser les faits : si j’ai été au cinéma voir ce film, ce fut avant tout pour accompagner les enfants. De même, je me remet dans le contexte du moment : pour une fois, j’ai vraiment réussi a me mettre dans la peau d’un enfant de moins de dix ans, âge qui convient parfaitement a cette œuvre, ce qui ne signifie néanmoins pas que je n’ai pas remarquer tous ces petits détails, hum, comment dire, gênants pour moi en temps normal : des gamins comme héros, gentillet, quête initiatique, des gentils purs et tout beaux etc. Disons que j’en ai fait abstraction, tout simplement, et qu’à chaque fois, je me remettais dans le contexte en me disant : « c’est pour les petits ». Alors, c’est passé, et j’ai passé un bon moment, peut être aussi bon que mes enfants.

Et puis, pour un vieux briscard comme moi, regarder Le Royaume de Ga’Hoole, c’est aussi faire les comparaisons avec d’autres œuvres bien plus adultes, remarquer toutes les ficelles du genre vieilles comme le monde. Mais c’est aussi le moyen pour une fois de voir quelque chose de plus léger, de plus naïf mais dans le bon sens du terme, ce qui n’a rien de désobligeant en soit. Et puis, avouons-le, tout cela est diablement bien fait et l’on croirait presque que toutes ces chouettes sont réelles et l’envie de voler a leurs cotés n’est pas très loin du coup. Alors oui, pour une fois, essayer de faire un effort et replonger, ne serais ce que le temps d’un film en enfance, et vous verrez que peut être, comme moi, vous apprécierez Le Royaume de Ga’Hoole.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...