lundi 29 novembre 2010

KORRIGANS : GUERRIERS DES TÉNÈBRES


KORRIGANS : GUERRIERS DES TÉNÈBRES

La nuit de Samain, d'après des croyances irlandaises ancestrales, ouvre des passages vers le monde des temps héroïques. Dans la province d'Ulster, la petite Luaine longe la côte avec ses parents et son grand-père sous la pluie battante. La carriole égarée est bientôt précipitée dans le vide, et la petite fille, protégée par les Korrigans des collines, assiste impuissante à l'enlèvement de sa mère et de son grand-père par les Cluricaunes. Recueillie par les créatures qui l'ont sauvée, Luaine choisit de ne plus retourner dans le monde qu'elle connaît. Par amour pour sa mère, elle entraîne ses nouveaux amis dans un combat sans merci contre le clan adverse. Pour ce nouveau volume, la chasse à l'homme continue, l'étau se resserre autour de nos trois « héros », l'ignoble Balor aidé de ses fils semble gagné du terrain... mais tout n'est pas perdu, une nouvelle alliée Medh Maeb, une guerrière magicienne au passé obscur cherchant à se venger des fils de Balor va venir en aide à Luaine et ses deux compagnons....

Hier après midi, lorsque j’ai achevée la rédaction de la critique du premier tome de la série Korrigans, la grande question qui me trottait dans la tête était la suivante : « mais que vais-je bien pouvoir ajouter pour le tome 2 et 3 vu que tout a été dit, ou presque ? ». Cette interrogation, a première vue franchement banale n’en était pas moins importante au vu qu’elle se justifiait parfaitement : bien souvent, il n’est pas évidant de trouver l’inspiration pour écrire des critiques séparées d’un cycle, surtout quant on se le tape quasiment d’un coup, mais aussi, détail important, quand celui-ci ne le justifie pas véritablement. Bien évidement, si j’avais deux ou trois mois d’écart entre chaque volumes, l’affaire aurait été plus simple, mais comme ce n’est pas le cas, mais qu’en plus, j’avais déjà lu ces fameux trois tomes et que, par-dessus le marché, on ne peut pas vraiment dire que cette série soit d’un très haut niveau, ma question me semblait fort judicieuse. Fort heureusement, a la lecture, hier soit de ces Guerriers des ténèbres, second tome de la saga, mon opinion s’en est légèrement changée et, a défaut de vous proposer une longue critique de ce volume, au moins, j’aurais deux ou trois petits trucs a vous dire, ce qui, admettons le, est mieux que rien.

Tout d’abord, passons sur les dessins de Civiello, je ne vais pas me répéter pour vous dire que ceux-ci sont sublimes, que ce type a décidément une classe folle, non, je préfère vous inviter à relire la critique du premier tome. Enfin, quoi que, il y a bien eu quelques cases que j’ai trouvées légèrement brouillonnes, surtout celles où les lutins étaient aux prises avec une espèce d’hydre dans les grottes ; mais bon, cette petite imperfection n’est décidément qu’une goutte d’eau infime dans le travail toujours aussi excellant de l’illustrateur français.

Car l’intérêt, selon moi, des Guerriers des ténèbres, c’est son scénario qui commence à devenir un peu plus digne d’intérêt que dans le premier tome : certes, il ne faut pas s’attendre a un synopsis génial, voir d’une originalité a toutes épreuves, cependant, reconnaissons, louons même l’évolution de celui-ci dans une direction légèrement plus « osée » qu’on aurait put le penser a la fin des Enfants de la nuit ; que cela soit les nouveaux protagonistes, dont la sensuelle et mystérieuse Medh Maeb, les enfants de Balor, terribles, inquiétants mais curieusement, pas si invincibles que leur apparence pourrait le laisser croire au point que l’un d’eux perdre déjà la vie, ce qui change des canons habituels du genre, mais aussi la disparition de personnages que l’on s’attendait a prendre de l’importance, l’on prend du coup plus de plaisir a la lecture de ce deuxième tome et c’en est une agréable surprise au final.

Alors certes, ce n’est toujours pas le « truc de l’année » mais bon, entre l’univers, assez attirant au départ, les dessins de Civiello et un scénario qui sans être génial ne sera pas aussi décevant que l’on pouvait le craindre au départ, ce Korrigans pourra éventuellement être un peu plus intéressant que l’on pouvait le penser, et, qui sait, trouver même son public ?

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...