lundi 29 novembre 2010

THE DARK KNIGHT


THE DARK KNIGHT

Une bande de cambrioleurs masqués dévalisent une banque commandée par la mafia. Chacun des cambrioleurs doit se débarrasser d‘un de ses complices, jusqu’à qu’il n’en reste plus qu’un : le commanditaire du casse, dénommé le Joker. Cette nuit-là, un homme déguisé en Batman interrompt un rendez-vous entre Jonathan Crane, alias l'Épouvantail et des gangsters. Le vrai Batman fait son apparition et appréhende tous les criminels ainsi que les imposteurs. Cependant, il souffre des morsures de chiens des malfaiteurs, ce qui l'amène à revoir la conception de son costume. Batman et le lieutenant Jim Gordon réfléchissent aux moyens d’éradiquer la mafia omniprésente dans la ville. Un nouveau procureur Harvey Dent rejoint leur cause. Celui-ci pourrait devenir le héros public que Batman ne peut être.

Si le personnage de Batman m’est connue depuis ma plus tendre enfance, comme cela doit être le cas pour la plupart des habitants de cette planète (dans la guéguerre que ce livre DC et Marvel dans le monde des comics depuis plus d’un demi-siècle, reconnaissons que les premiers ont sur livrer deux icones totalement intouchables : Batman et Superman), s’il m’est a l’occasion arriver de lire certaines de ses BD, de le voir en dessin animé voir même de tâter quelques uns de ses jeux vidéos, j’ai toujours eu un peu de mal avec les adaptations ciné du chevalier noir ; passer le grand Tim Burton, le reste n’était plus que du grand guignolesque en barre, du purs navets sans grand intérêt si ce n’était que de douter de la sexualité du sieur Bruce Wayne et de son acolyte Robin. Et puis, il y a quelques années maintenant, a l’époque où je fréquentais un forum sur les super héros (un certain Royaume X-Men, ah, comme le temps passe vite), sortis en salle une énième adaptation de Batman en salles, le désormais célèbre Batman Begins, de Christopher Nolan, qui nous invitait à découvrir les origines de la chauve sourie la plus célèbre de Gotham. Film superbe, tant par son scénario, ses acteurs (Christian Bale, Morgan Freeman, Michael Caine, Gary Oldman et Liam Neeson en Ra's Al Ghul), ses effets spéciaux et son dynamisme, Batman Begins jetait aux oubliettes tous ses prédécesseurs, ceux de Burton compris, réussissant le tour de force de rendre un film de super héros, a l’époque a la mode, tout simplement excellant, ce qui, il faut le reconnaître, est loin d’être évidant. Et puis, quelques années plus tard sortie sur les écrans la suite, ce Dark Knight qui devint immédiatement un classique mais que, curieusement, je n’avais jamais eu l’occasion de voir jusqu’à hier soir. C’est pour dire si, Batman Begins étant jusque là ma référence, j’attendais avec intérêt de pouvoir voir ce que ce Dark Knight, vanté par la critique et le public depuis des années, avait véritablement dans le ventre.

Bon, tout d’abord, j’ai un regret, celui de ne pas avoir vu ce film lors de sa sortie : a l’époque, j’étais encore a fond (si l’expression conviens) dans l’univers des supers héros, le précédant Batman était encore dans ma mémoire et je pense, que dis-je, je suis sur que je l’aurais apprécié a sa juste valeur. Le temps ayant passé, des années en fait, je me suis petit a petit éloigner de l’univers des supers héros, au point d’avoir, au jour d’aujourd’hui, un peu de mal avec eux : voir des types costumés en collant se baladant au milieu des grattes ciels et combattants des individus déguisés de la même façon (c'est-à-dire, un peu ridicule sur les bords) et affublés de surnoms grotesques pour la plupart, ce n’est plus vraiment ma tasse de thé. Mais bon, reconnaissons le, Batman est a part de part sa classe naturelle, son charisme, son univers, et puis, vu ce que Christopher Nolan avait réalisé sur Batman Begins mais aussi et surtout, vu tout le bien que j’avais put entendre au sujet de Dark Knight depuis des années ainsi que sur la performance d’ Heath Ledger dans le rôle du Joker qui, a entendre beaucoup, était exceptionnelle, et qui était décédé peu de temps avant la sortie du film (voir l’un de mes premiers articles de la rubrique « cimetière »), je ne pouvais ne pas passer a coté d’un tel film, ne serais ce que pour me faire ma propre opinion. Et justement, je m’attendais à mieux.

Voilà, c’est dit et je sens que je vais immédiatement me faire tout un tas d’amis… Bon, que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : The Dark Knight est un excellant Batman, dans la lignée de son prédécesseur ; le spectateur, qui a vu Batman Begins est donc en terrain connu, tant par l’ambiance que par les acteurs. Mais selon moi, il n’est ni supérieur, ni inférieur a celui-ci ; certes, il dure plus longtemps, mais bon, on ne juge pas de la qualité d’une œuvre a sa longueur, certes, il fourmille d’action et est d’une violence rare, mais bon, quelque part, un peu comme l’autre et si celui-ci l’est plus, c’est tout bonnement parce que le personnage du Joker est ainsi : un psychopathe que ne se complait que dans le chaos, tuant sans but véritable tandis qu’au moins, un individu comme Ra's Al Ghul en avait un peu plus dans ses intentions et ses idées… ce qui ne fait pas du Joker un personnage moins intéressant, au contraire, mais personnellement, je préfère les « méchants » plus ambigus, un peu a la « Magnéto » dans les X-men. Alors, puisque l’on on est au Joker, comment puis-je nier la performance du regretter Heath Ledger dans un rôle qui lui valu un oscar a titre posthume ? Hum, évidement il est bon, cela, je ne le nie pas le moins du monde, son Joker est fort bien retranscrit a l’écran, je n’en doute pas, cependant, comment dire… a force d’entendre a droite et a gauche, depuis des années, que Ledger était génial dans ce rôle, que cela annonçait le début d’une très grande carrière, et bien, hier soir, en regardant le film, je me suis un peu focaliser sur lui et du coup, si je l’ai trouver bon en meurtrier psychopathe, et ben, je ne l’ai nullement trouver si exceptionnel que cela (quand je vous disait que j’allais me faire des amis). Et alors, je ne peux m’empêcher de me dire, connaissant un peu le monde où l’on vit : « mais cette fameuse performance, aussi bonne fut-elle, n’a-t-elle pas été légèrement rehaussé par un peu tout le monde a l’époque suite a son décès ? Cet oscar du meilleur second rôle, Heath Ledger l’aurait-il obtenu pour un film de super héros s’il était encore parmi nous ? Sincèrement, j’en doute, et pas qu’un peu, au point de me faire tout un tas, mais alors, tout un tas de nouveaux « amis » qui ne vont pas vraiment me vouloir du bien en lisant tout cela…

Excellant film de super héros mais bon film d’action avant tout, The Dark Knight, malgré ses innombrables qualités dans son genre, n’est pas, selon moi, le chef d’œuvre absolu que l’on nous bassine sur les toits depuis quelques années maintenant. Certes, il se laisse regarder, certes, il est difficile de décrocher une fois rentrer dans l’intrigue, certes, on va en prendre plein la vue, mais finalement, comme dans un tas d’autres films d’actions. Dans le genre super héroïque, il est évidant qu’il se démarque, par ses qualités intrinsèque que je ne nie pas nullement, mais aussi, reconnaissons le, parce que les habituelles productions du genre sont assez médiocres dans l’ensemble. Et puis, maintenant que je l’ai finalement vu, je pense que je garde une certaine préférence pour son prédécesseur, Batman Begins, mais bon, après tout, cela n’engage que moi.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...