mardi 30 novembre 2010

La Nouvelle Revue de l’Histoire n°51 : Les années 30


Comme tous les deux mois, je viens consacrer un petit article a la parution du nouveau numéro de la Nouvelle revue de l’Histoire, qui, après avoir fêté son cinquantième numéro en septembre dernier, nous revient donc avec le… cinquante et unième ! Bigre, c’est fou ce que j’ai l’air vachement motiver sur ce coup. Mais place au sommaire :

La Nouvelle Revue de l’Histoire
Numéro 51, novembre/décembre 2010

Au sommaire :

LES ANNÉES 30 : Rêves et révolutions
- Le style des années 30
- La littérature s’engage en politique
- La France troublée dans une Europe en feu
- Les démocraties en crise
- Les mystères du fascisme
- Doriot et le PPF : espoirs et déceptions

Comment a survécu l’aristocratie britannique
Entretien avec Yann le Bohec : Le miracle romain
Le choc des deux glaives au moyen âge
Charles V le sage
Boni de Castellane, un dandy de la belle époque
Les crises surmontées de 1904 à 1914
Alain Daniélou, le découvreur de l’Inde

Bon, je l’avoue, ce numéro de la NRH fut loin de m’emballer comme ses prédécesseurs ; déjà, lorsque je le vis chez mon libraire, avec la photo d’André Malraux qui en plein conflit espagnol portait pour la photo un mauser 96, puis le sujet principal portant pour la énième fois sur l’entre deux guerres (cette fois ci, c’est les années 30, mais bon, jetez donc un coup d’œil au dossier et vous verrez que l’on déborde un peu, voir beaucoup sur la décennie précédente), la première chose qui me soit venue a l’esprit fut : « encore ! ». Et oui, encore l’entre deux guerres, encore le fascisme, le nazisme, le communisme, encore et toujours les mêmes têtes (Lénine, Blum, Hitler, Mussolini, Staline, etc. etc. etc.), encore un dossier sur les écrivains engagés, sur les opinions du temps… Encore, encore et encore ! Et là, je dis stop ! Le dossier en lui-même n’est pas mauvais, le contraire serait même exact, mais a force d’y avoir droit a presque chaque numéro, un immense sentiment de lassitude ne peut que me gagner et du coup, j’avoue que je n’ai même pas encore finie de le lire, par manque d’envie. Mais c’est là l’un des problèmes selon moi de la NRH qui tourne parfois un peu trop en rond sur la même période, allant, en gros, entre 1900 et 1945. Un exemple tout bête ? L’un des articles de la revue n’est il pas intitulé Les crises surmontées de 1904 à 1914 ? Quand je vous disais que l’on tournait un peu trop en rond…

C’est d’ailleurs dommage car la qualité est toujours au rendez vous avec la NRH, mais le fait de ne quitter que ponctuellement une période, la première moitié du vingtième siècle, commence sérieusement a me lasser. J’espère que le prochain numéro saura nous entrainer a une autre époque, car bon, comment dire, il me semble que dans l’Histoire Humaine, il y a un peu de quoi faire, non ?

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...