mardi 6 juillet 2010

SHREK 4, IL ÉTAIT UNE FIN


SHREK 4, IL ÉTAIT UNE FIN

Après avoir vaincu un méchant dragon, sauvé une belle princesse et le royaume de ses parents, que peut encore faire un ogre malodorant et mal léché ? Domestiqué, assagi, Shrek a perdu jusqu'à l'envie de rugir et regrette le bon vieux temps où il semait la terreur dans le royaume. Aujourd'hui, telle une idole déchue, il se contente de signer des autographes à tour de bras. Trop triste... C'est alors que l'habile et sournois Tracassin lui propose un contrat. Shrek se retrouve soudain transporté dans un monde parallèle totalement déjanté où les ogres sont pourchassés, où Tracassin est roi, où Fiona et son bien-aimé ne se jamais rencontrés... Shrek va-t-il réussir à déjouer le sortilège, à repasser de l'autre côté du miroir, à sauver ses amis, à retrouver son monde et reconquérir l'amour de sa vie ?

Le premier était excellant, le deuxième était superbe, tout simplement mon préféré, le troisième une immense déception. Donc, après ce troisième volet plus que calamiteux, j'ai eu un peu peur de ce qu'allait donner un Shrek 4 et j’avoue que je m’étais demander s’il était bien nécessaire de poursuivre dans une franchise que je voyais coulé dans la médiocrité, ce qui, au vu des deux premiers films, était tout de même dommageable. Ce fut donc, forcement, avec une méfiance certaine que j’aie donc accompagné tout à l’heure mes enfants au cinéma pour une petite sortie en famille par cette belle journée d’été. Une méfiance compréhensible, au vu donc de la très mauvaise expérience vécue lors du précédant volet ; déception on ne peut plus grande que les deux premiers m’avaient tellement plu, que celle-ci n’en avait été que plus grande. Or, a ma grande surprise, mais je ne vais pas m’en plaindre, je suis sorti du cinéma avec le sourire, ce que, je l’avoue, je ne m’y attendais pas vraiment.

Car Shrek 4, sans atteindre le niveau des premiers films de la saga, s’en sort indéniablement très bien. Très beau visuellement, avec une intrigue plutôt bien ficelée et un chouia captivante (au moins ce qu’il faut pour les plus jeunes et pour ceux qui ne veulent pas trop ce prendre la tête), l’on passe un assez agréable moment devant ce film d’animation que l’on nous a présenté comme étant le dernier de la saga (cela reste à voir, mais au pire, il reste le film avec le Chat Poté, prévu depuis belles lurettes). Bien évidement, au bout de tant d’années, le spectateur est en terrain connu, ce qui le permet de rentrer tout de suite dans le vif du sujet, et cela tombe très bien puisqu’il n’y a aucun temps morts et des une entrée en matière rapide, rappelant ce qu’est la vie de notre ogre vert préféré, l’on rentre dans le vif du sujet avec ce pacte établi entre Shrek et le nain Tracassin, et l’arrivée dans cet autre monde, où le « géant vert » n’a jamais put libérer la douce et belle princesse Fiona de sa malédiction, faute tout bonnement d’avoir exister. Et c’est parti pour une folle course contre la montre où Shrek, pour que tout rentre dans l’ordre, devra obtenir un baiser d’amour de sa belle avant vingt quatre heures.

Certes, on a beaucoup moins de références aux contes par rapport aux autres films, et pour ce qui est des clins d’œil aux autres œuvres cinématographiques, légion au début de la saga, elles ont quasiment disparue, ce que je trouve dommageable. Quant au fait de faire référence au premier film, avec l'histoire de Fiona enfermée dans sa tour, si je trouve que c’est une bonne idée (oui, bon, rien de bien transcendant non plus), j’aurais quand même bien voulu revoir des personnages majeurs comme Farquadd ou Charmant, qui, il me semble, avaient parfaitement leur place dans ce dernier opus des aventures de Shrek.

Avant de conclure, un petit mot vite fait sur la 3D. En toute franchise, autant celle-ci peut parfaitement se justifier dans des œuvres comme Avatar, autant là, et même si elle était plutôt bien réussie, l’intérêt de son utilisation ne m’est pas vraiment apparu comme une nécessité absolue ; il y a bien une ou deux scènes assez spectaculaire mais c’est tout, d’où ma perplexité quant au fait d’avoir réalisé Shrek 4 en 3D. Mais bon, vu qu’elle est à la mode de nos jours, il est difficile de ne pas y avoir droit a chaque fois. Mais gare a la surenchère inutile tout de même.

Bref, au final, Shrek 4, il était une fin est un bon film, plutôt sympathique, qui clôt les aventures de l’ogre le plus connu au monde avec panache et humour. Inférieur aux deux premiers volets de la série, il n’en reste pas moins comme une fin acceptable, qui vous fera passer un agréable moment et vous réconciliera avec un univers et des personnages qui semblaient à bout de souffle après un troisième film plus que poussif. A regarder, donc, si les précédant volets vous avaient enchanté, sinon, il y a probablement mieux par ailleurs.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...