samedi 5 juin 2010

LES RACINES DE L’ORDRE NOIR : VIKINGS : TOME 1


LES RACINES DE L’ORDRE NOIR : VIKINGS : TOME 1

1944. Un commando SS explore les profondeurs des forêts à la recherche de la sépulture perdue de Rollon, le premier duc de Normandie. Mille ans après l’arrivée des Vikings en terre franque, quel trésor pousse les nazis à remuer ainsi ciel et terre ? Recruté par la résistance française, Pierre Le Bihan, brillant archéologue, doit replonger dans l’histoire de Rollon et en dénouer les mystères pour contrer la puissante SS. Aidé de Joséphine, une jeune et jolie résistante, il n’a d’autre choix que d’affronter l’occupant et de découvrir avant lui un secret dont dépend l’avenir du IIIe Reich et l’issue de la Seconde Guerre mondiale. La Saga de Rollon le Normand. 1000 ans après, l’histoire recommence.

En fait, je pense que je suis complètement fou. Oui, je le reconnais. Prenez par exemple cette BD qui en est le parfait exemple : a votre avis, pourquoi celle-ci a attiré mon attention ? Pourquoi celle-ci et pas une autre, surtout que, en toute objectivité, ce n’est pas les suites a des cycles que j’ai commencé et que je n’ai jamais achevé (du moins, pas encore) qui manquent. Pourquoi donc me lancer dans l’achat d’une bande dessinée où sur la couverture, il est marquer en gros « tome 1 » ? On ne pourra pas dire que j’ai été pris en traitre, je savais où je me lançais. Mais que voulez vous, alors que je déambulais dans les rayons, « juste pour regarder, rien d’autre » (mais oui, bien sur), un premier coup d’œil sur celle-ci ne me dit rien : « une BD sur les vikings, bof, je m’en fiche ! ». Puis, cinq minutes plus tard, je repasse devant et je m’aperçois que sur l’illustration de la couverture, derrière ces fameux hommes du nord, il y a une … croix gammée ! Ah ! Qu’est ce donc que ceci ? Un lien entre les vikings et les nazis !? Et voila que je me saisis de la chose, que je la feuillette et que je repars avec. Tout simplement.

Bref, deux choses : comme élément attirant l’œil du client, les nazis marchent bien en fait, mais bon, au moins, avec eux, on sait a quoi s’en tenir : comme « méchants » d’une histoire, il est difficile de faire « mieux » ; salauds, sadiques, avec leur théories détestables sur la supériorité de la race germanique et l’infériorité des autres, leurs lubies pour l’occultisme, la Thulé, l’Atlantide etc., ils ont tout pour faire passer un type comme Sauron pour un joyeux drille. Par contre, et j’en viens a ma deuxième chose, pour ce qui est de l’originalité, on repassera, ceux-ci étant surexploité depuis des décennies tant dans les films, les romans ou les BDs. Ainsi, pour ce qui est de ce média, on ne compte plus depuis longtemps les séries où l’on retrouve ceux-ci, d’ailleurs, un petit tour sur les bandes dessinées dont je parle sur ce blog vous confirmera un peu la chose. En fait, dans le monde de la BD européenne, le lecteur retrouve souvent deux grands courants (ce ne sont pas les seuls mais ils sont surreprésentés) : les récits de nazis et ceux de secrets et de complots de l’Eglise Catholique. Et devinez quoi ?

Vous n’avez pas compris ? Je vous le donne dans le mille : ce Viking, les racines de l’ordre noir exploite les deux thèmes ci-dessus cités, car aux nazis s’ajoute donc les habituelles petites cachoteries du catholicisme et le fameux, bâillement, « secret qui pourrait remettre en cause l’existence même de la chrétienté toute entière », rien que ca ! Bref, si l’on se doutait au départ que l’originalité n’allait pas être le point positif de cette BD, au bout de quelques pages, l’affaire s’avérait être encore plus compliquée que ca, d’où une certaine perplexité, au point où l’on se trouve de cette critique quand à la valeur et l’intérêt de la chose.

Pourtant, après coup, et même si je n’ai pas franchement été tendre avec cette œuvre jusque là, je dois reconnaître que celle-ci s’en sort ma fois assez bien. Ouh là, n’allez pas imaginer que l’on à a faire au truc de l’année, que cette histoire tirée d’un roman (qui accessoirement a assez bien marché apparemment, personnellement je ne connaissais pas mais bon je suis loin d’avoir la science infuse) du propre scénariste de la BD révolutionnera le genre ou se démarquera de part d’innombrables qualités de la production du genre habituel. Bien loin de moi une telle idée. Cependant, malgré un manque flagrant d’originalité, des personnages un peu trop caricaturaux à mon gout (Le Bihan et sa « copine » étant un comble du mauvais gout surtout la fille qui ne semble s’intéresser qu’au camembert, véridique) et des dessins qui alternent entre le correct voir l’agréable mais aussi, hélas, le plus que douteux sur certaines cases, je trouve que ce premier tome de Vikings s’en sort plutôt bien, ou, du moins, a su éveiller comme il le faut mon intérêt. Probablement que cela est dut au fait que je suis assez attirer par toutes ces histoires de conspirations, de secrets détenus par l’Eglise, le tout mâtiné d’Histoire et avec les nazis pour compléter le tout. Mais aussi, reconnaissons le, grâce a un scénario qui, a défaut d’être original ou tout simplement parfaitement réussi, possède un petit quelque chose qui fait que le lecteur est rapidement captivé et ne peut s’empêcher de désirer connaître le fin mot de l’histoire. Et ce, même si celui-ci ne révolutionnera probablement pas le genre…

Bref, vous l’avez compris, ce premier tome de Vikings est peut être sympathique mais est loin d’être franchement indispensable. Après, si vous êtes un passionné comme moi du genre abordé (ou plutôt des genres) et que vous ne vous en êtes pas encore lassé, alors jetez y un petit coup d’œil, il pourra, éventuellement, vous plaire. Maintenant, de là a vous le procurez comme moi, cela n’est peut être pas nécessaire. Après tout, douze euros et quelques, c’est une petite somme, non ?

2 commentaires:

Lord Orkan Von Deck a dit…

ça m'a l'air tout de même de valoir le coup de le lire (si je le trouve en bibliothèque)

Feanor a dit…

Je ne dis pas le contraire : le lire, oui, maintenant, l’acheter… hum, hum…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...