lundi 3 mai 2010

LE PETIT NICOLAS


LE PETIT NICOLAS

Nicolas mène une existence paisible. Il a des parents qui l'aiment, une bande de chouettes copains avec lesquels il s'amuse bien, et il n'a pas du tout envie que cela change... Mais un jour, Nicolas surprend une conversation entre ses parents qui lui laisse penser que sa mère est enceinte. Il panique alors et imagine le pire : bientôt un petit frère sera là, qui prendra tellement de place que ses parents ne s'occuperont plus de lui, et qu'ils finiront même par l'abandonner dans la forêt comme le Petit Poucet...

Non, je ne vous parlerais pas dans cet article de notre Empereur, l’autre « Petit Nicolas » (oui, je sais, celle là était facile), mais de l’adaptation cinématographique des célèbres (sauf pour moi) péripéties du jeune Nicolas (cela m’évite de répéter « petit » une fois de plus), l’œuvre culte de René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. Bon, avant de m’aventurer plus loin, je dois avouer une chose : si pour des générations de jeunes français, Le petit Nicolas fut une œuvre culte de leur jeunesse, cela ne fut absolument pas le cas pour moi. Oui, cela peut paraître incroyable (c’est du moins ce que me dit ma femme), mais je n’ai jamais rien lu de lui. Alors le personnage ne m’était peut être pas totalement inconnu, et encore, j’en ai des souvenirs sur le tard. Bref, n’aurait été le raz de marée médiatique de l’année dernière, où l’on voyait du Nicolas partout (le personnage pas le mari de Carlita) avec des expos, le film, l’adaptation en dessin animé pour la télé, bref, n’aurait été le retour a la mode de ce brave petit gars et celui-ci aurait continué, à mes yeux, a être un quasi inconnu. Mais ce fait d’être un parfait novice en la matière a peut être joué vis-à-vis du film : n’étant pas fan, ne connaissant pas l’œuvre, j’avais un regard plus neutre, forcement.

Mais alors, que dire de cette adaptation cinématographique qui fit couler tant d’encre lors de sa sortie ? En fait, pas grand-chose car que peut on véritablement attendre d’un tel film ? Avant sa sortie, on (c'est-à-dire les médias) ne parlait que de lui, comme si c’était un chef d’œuvre absolu qui allait sortir. Ensuite, ce furent les critiques, pas vraiment tendres de la part des professionnels (mais je vous demande : ils s’attendaient a quoi aussi ?!) et plus sympathiques, sans être extraordinaires de la part du public. Certes, il est toujours difficile d’être convaincu par l’adaptation d’une œuvre qui a bercé son enfance, et cela explique probablement les critiques, pas vraiment tendres a l’égard du film, cependant, il me semble évidant qu’à un moment donné, il faut savoir admettre qu’un film comme celui-ci ne pouvait pas être exceptionnel, qu’il se contenterait d’être sympathique, qu’il plairait aux petits et aux grands qui, justement, le regarderaient ensemble et passeraient un bon moment mais qu’il serait vite oublier. Il déplairait aux fans hardcore, comme d’habitude, les autres, eux, se passeront d’un tel extrémisme. Ainsi voila, je l’avoue (encore une fois, bigre, je me dévoile aujourd’hui), j’ai passé un bon moment en regardant ce film, les enfants étaient contents, on a rigolé a de multiples reprises (et oui) et j’ai même apprécié le petit clin d’œil aux Choristes (c’est pour dire !). Bref, c’était un film familial et… c’est tout. Point barre.

Le petit Nicolas n’est évidement pas un grand film, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il en soit un. Pour moi, il a remplit parfaitement ses objectifs : faire passer un bon moment agréable a la famille, et c’est déjà pas mal. Ceux qui en attendaient plus ne devraient peut être pas demandé la Lune, même si, en tant que fan d’autres œuvres, je peux comprendre leur déception.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...