vendredi 15 janvier 2010

BRIDGET JONES : L’ÂGE DE RAISON


BRIDGET JONES : L’ÂGE DE RAISON

Bridget Jones a enfin trouvé l'amour. Elle vit une passion idéale avec le séduisant Mark Darcy. Pourtant, l'apparente dévotion de celui-ci ne suffit pas à calmer les angoisses chroniques de la jeune femme. D'abord, il y a Rebecca, cette bombe abominablement jeune et horriblement séduisante, qui rôde. Et puis, il y a également l'ancien patron de Bridget, Daniel, toujours aussi honteusement irrésistible. Ajoutez à cela sa carrière de journaliste à mener aux quatre coins du globe sans oublier les conseils douteux de ses proches et vous avez une idée de l'ampleur de la catastrophe qui s'annonce. Pour sauver le bonheur qu'elle n'a même pas encore réussi à se construire, Bridget va devoir affronter le monde entier... en commençant par elle-même !

Encore un bon petit film de bonnes femmes histoire de ne pas changer dont je vais vous parler sur ce blog ; à croire que, ces temps ci, j’y suis abonné. Bon, avant de commencer, je tenais à signaler un fait qui n’est pas nouveau mais qui m’a toujours passablement énervé au sujet de la programmation très souvent irrationnel de nos chaînes de télévision. Prenez n’importe quel film en x parties, que cela soit, par exemple une trilogie ou bien, qu’il y ait eu une suite de réalisée. La logique voudrait bien entendue que, lors d’un passage sur petit écran, l’on nous propose le premier avant le deuxième (et éventuellement le troisième s’il existe), ce qui me semble sensé. Or, si cela arrive, bien souvent, ce n’est pas le cas et l’on se retrouve avec ce qu’il faut bien appeler une totale aberration comme par exemple la diffusion du deuxième volet de telle trilogie sans que les autres ne paraissent à l’écran. Ainsi, par expérience personnelle, j’ai put constater que, pour ce qui est des premiers Star Wars, L’Empire contre attaque fut celui des trois qui fut le plus diffusé à la télévision française, devant Le retour du Jedi et, loin derrière, La guerre des étoiles, pourtant plus ancien. Pour quelle raison ? Allez donc savoir ce qui passe bien souvent par la tête de nos programmateurs TV ? Personnellement, c’est à n’y rien comprendre…

Tout cela pour vous dire, donc, que cette semaine, télé droite (TF1 pour les intimes) nous proposa le sympathique Bridget Jones : L’âge de raison, accessoirement deuxième volet de l’adaptation cinématographique du best seller du même nom. Le premier volet ? Et ben, comment dire, peut être est il rester perdu dans les limbes de la tour de TF1 mais quoi qu’il en soit, aucune trace de lui. Bon, je sais que je chipote, ce n’est pas bien grave, ces films ont été vus et revus maintes fois et sont connus par cœur, mais tout de même, je ne peux laisser passer un manque flagrant de respect envers le téléspectateur…

Ce long coup de gueule passé, rentrons donc dans le vif du sujet, c'est-à-dire, Bridget Jones (n’y voyez donc la aucune allusion a connotation sexuelle bandes de petits pervers). Bon, alors, que vaut-il véritablement ? Et bien, vous vous en doutez, il ne faut pas s’attendre a un chef d’œuvre du septième art, mais juste a un agréable divertissement qui, dans sa catégorie, fonctionne parfaitement et remplie amplement son rôle : le spectateur, connaissant logiquement le premier volet, retrouvera avec plaisir des protagonistes toujours aussi loufoques, des situations cocasses et passera un bon moment de détente, incontestablement. Cela, il le doit à un humour toujours aussi présent et, surtout, a un trio d’acteurs qui s’en donnent a cœur joie, Colin Firth, Hugh Grant et surtout la délicieuse Renée Zellweger, tout simplement parfaite dans ce rôle de jeune trentenaire en recherche de l’âme sœur. Cependant, il faut bien reconnaître en toute objectivité que ce Bridget Jones : L’âge de raison est inférieur au premier volet, Le journal de Bridget Jones, que l’on s’amuse peut être un peu moins en le regardant et que, si jamais vous voulez véritablement rire de bon cœur, autant vous jeter sur les romans (que, personnellement, j’avais lu à l’époque… et oui, il n’y a pas que la SF/Fantasy dans la vie) qui sont largement supérieurs. Mais, même ainsi, sans atteindre des sommets, il est évidant que si vous souhaitez vous détendre un bon coup, si les péripéties sentimentales de la sympathique Bridget vous font craquer, n’hésitez pas une seconde, ce film est fait pour vous. Après, il y a beaucoup mieux, c’est sur, mais les petits films dans le genre, cela ne fait pas de mal de temps en temps…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...