lundi 30 novembre 2009

DE CAPE ET DE CROCS : LE SECRET DU JANISSAIRE


DE CAPE ET DE CROCS : LE SECRET DU JANISSAIRE

Deux fiers bretteurs - l'un loup, l'autre renard - découvrent, grâce à une carte cachée dans une bouteille, l'existence du fabuleux trésor des îles Tangerines. De geôles en galères, nos deux gentilshommes s'embarquent pour une incroyable aventure avec pour compagnon le terrible Eusèbe, lapin de son état... À bord d'un vaisseau turc, un coffre. Dans le coffre, un écrin, dans l'écrin, une bouteille, dans la bouteille, une carte, et sur cette carte... l'emplacement du fabuleux trésor des îles Tangerines !... Il n'en faut pas plus à deux fiers gentilshommes, fins bretteurs et rimailleurs, pour se jeter dans une aventure qui, de geôles en galères, les mènera jusqu'aux confins du monde.

Il y a quelques années, je découvrais, intrigué, une BD au nom plutôt curieux, De cape et de crocs, dont les protagonistes principaux étaient un loup et un renard. Attiré par celle-ci, je m’empressais de me procurer tous les albums jusqu'alors parus et, immédiatement, en fait, des les premières pages du tome un, je fut conquis et devint un fan inconditionnel de celle-ci. Cela faisait longtemps que le dernier volume du cycle, Le maître d’armes, était sorti, ce qui fait que, depuis les débuts de ce blog (presque deux ans), je n’avais pas encore eu l’occasion de relire la saga, ni, du coup, de vous proposer mon avis à son sujet ; c’est chose faite désormais puisque, pour fêter la sortie du neuvième tome, que j’ai commandé pour noël prochain, je me suis replonger des hier dans la relecture de l’intégralité de la saga, et je dois sans peine avouer que ce fut avec un certain plaisir que j’ai retrouver cet univers si particulier et attachant. Mais place au premier tome, Le secret du janissaire.

De cape et de crocs fait parti de ces BD qui semblent faites pour certaines personnes, et, dans le cas présent, pour moi : franchement, à mes yeux, tout me plait dans celle-ci, que ce soient les personnages, l’intrigue, les lieux, l’époque, son humour, etc. Tout m’attire dans cette œuvre de deux auteurs que je ne connaissais pas du tout avant de la découvrir, Alain Ayroles au scénario, Jean-Luc Masbou aux dessins, mais qui sincèrement, ont sus crées un univers a la fois captivant et attachant qui a fait que, de ce qui aurait put être a la base un petit cycle sans grande prétention soit devenu, au moins aux yeux des fans, un véritable petit bijou inoubliable où les références sont légions, ne serais ce que pour le choix des deux héros, renvoyant au Roman de Renard, mais aussi à Molière, La Fontaine , Shakespeare, Cyrano de Bergerac et bien d’autres auteurs de l’époque, mais aussi au cinéma et à d’autres bandes dessinées, comme cela arrive souvent. D’ailleurs, les deux auteurs ne s’en cachent même pas, comme ont peut le voir dans les remerciements du premier tome et, surtout, des la première page qui débute par une représentation des Fourberies de Scapin. Bref, d’entré de jeu, le ton est donné et l’on se doute, avec plaisir que au sus de l’intrigue, il faudra être plus que vigilant pour repérer les multiples clins d’oeils, y compris par les dessins, qui jalonneront la saga. D’ailleurs, a ce propos, les éternels insatisfaits qui renâcleront à suivre les péripéties d’un loup et d’un renard devraient peut être y réfléchir à deux fois : ce n’est pas parce qu’une œuvre ait pour héros des animaux que celle-ci soit destiné aux enfants, bien au contraire ; cela a l’air évidant pour certains, mais pas pour tout le monde, malheureusement. Car De cape et de crocs mérite amplement que l’on plonge dans cette saga et le premier tome, Le secret du janissaire frappe très fort : bien évidement, dans celui-ci, l’univers est présenter, de même que les personnages et l’intrigue principale, mais, contrairement à bien d’autres œuvres où, en toute franchise, il ne se passe pas grand-chose dans un premier tome, ici, pas de temps morts, on rentre tout de suite dans le vif du sujet et l’on part, confiant devant le potentiel de la BD, pour les divers volumes qui suivront. Car, entre des héros aux personnalités (pour ne pas parler de l’apparence) bien marqués, le fier et sanguin Don Lope de Villalobos Y Sangrin et le romantique et poète Armand Raynal de Maupertuis, autour duquel gravitent une foule de protagonistes secondaires mais qui, quelque soit leur importance dans le récit possèdent chacun, sans distinction, une forte personnalité bien travailler et un charisme certain, comme le Raïs Kader, Eusèbe le lapin, Hermine la gitane qui fait tourner la tête à Don Lope ou, du coté des « méchants », Le Capitan Mendoza (pour ne citer que les plus importants, mais dans cette série, le moindre figurant mérite le détour et je n’exagère pas), le lecteur aura de quoi faire, pour son plus grand plaisir. Alors, dans ce premier tome, Le secret du janissaire, on rigole beaucoup, on s’amuse à chercher les multiples références parsemées d’ici de la, on s’attache immédiatement aux personnages et l’on se prépare a partir pour une fabuleuse chasse au trésor… euh, enfin, serais ce vraiment une banale chasse au trésor ? Hum, vous vous doutez bien que tout ceci ne sera pas aussi simple mais je n’en dirais pas plus pour ceux qui ne connaissent pas encore la série. Quoi qu’il en soit, un excellant cycle, à découvrir de toute urgence et qui vous fera passer de très très bons moments…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...