dimanche 15 mars 2009

LES AUTRES DIEUX ET AUTRES NOUVELLES


LES AUTRES DIEUX ET AUTRES NOUVELLES

Démons ! Ils sont légion dans l'univers de Lovecraft. Ils peuplent les rêves, la nuit, les cités obscures, nos rues, nos maisons. Depuis le grand lézard aquatique jusqu'à ces créatures hybrides, momies à têtes d'animaux qui hantent les catacombes pharaoniques... Même les chats, ont une aura étrange. On raconte qu'à Ulthar, ils se sont livrés à un sordide festin... Au-delà des monstres, il y a ce chemin qui mène vers l'Inconnu Le palais des Soixante-Dix Délices est l'une de ces merveilles. Situé dans la ville fabuleuse de Celephais, il égale en beauté les temples de Sarnath, la magnifique. Comment parvenir dans ces citadelles qui touchent au monde des Dieux et parfois aux marches de l'enfer ? Point n'est besoin d'être sorcier. Lovecraft nous montre le chemin...


Les Autres Dieux et autres nouvelles
Auteur : Howard Philipps Lovecraft
Type d'ouvrage : Fantastique, Horreur
Première Parution : 1920-1926
Edition Française : 1 janvier 1999
Titre en vo : Dagon
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Paule Pérez
Editeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 123

Liste des Nouvelles :
Herbert West, réanimateur
Les chats d’Ulthar
Les autres dieux
L’étrange maison haute dans la brume
Celephais
La malédiction de Sarnath
La tombe
Prisonnier des pharaons

Mon avis : Les nouvelles que l’on trouve dans ce recueil, au nombre de 8, sont issues du célèbre Dagon, œuvre magistrale de part sa densité (30 nouvelles couvrant 32 ans de la vie de l’auteur), même s’il faut bien reconnaître que celles-ci ne font pas partis (loin de là) des titres majeurs que Lovecraft ait put écrire. Ah ! Lovecraft ! Ma première rencontre avec le célèbre auteur du mythe de Cthulhu date de 1995, alors que j’avais finis mon service militaire et que j’entrais dans la vie active : immédiatement, je tombais sous le charme de ces œuvres indicibles et de cette mythologie effrayante ou l’espoir n’existe pas et la folie toujours présente. Les autres dieux et autres nouvelles, ouvrage qui nous intéresse ici, fait partie de la collection Librio, excellente initiative où l’on pouvait trouver des textes majeurs pour pas grand-chose (10 francs à l’époque, une misère : 1€50). Certes, Dagon est plus complet, mais à défaut de le posséder, et vu que je souhaitais lire un ouvrage très court (une centaine de pages), mon choix se porta sur ces nouvelles, qui occupèrent ma soirée d’hier, me permettant de me replonger avec plaisir et angoisse dans l’univers de l’un mes auteurs préférés, un peu trop négligé depuis quelques années. Alors certes, toutes les nouvelles que l’on retrouve ici ne sont pas du même niveau d’intérêt, et, l’on passe allégrement des histoires typiquement Cthulhuiennes à d’autres, plus proches de La quête onirique de Kadath l’inconnue, œuvre de semi-Fantasy, plus éloignée du style horrifique habituel. Et, comme je l’ai écris précédemment, on est loin de ce que Lovecraft ait put produire de meilleur, cependant, malgré cela, ces nouvelles sont loin d’être bonnes à jeter, bien au contraire. C’est donc avec un certain plaisir que j’ai put me replonger dans le magistral et inquiétant Herbert West, réanimateur, sorte de Frankenstein pervers prêt à tout pour démontrer que la mort peut être surmontée, le subtil Les chats d’Ulthar, très court mais parfaitement réussi, le superbe La tombe, dans la plus pure tradition des œuvres du maître, comme Je suis d’ailleurs par exemple, mais aussi L’affaire Charles Dexter Ward, et, pour finir, Prisonnier des pharaons, qui nous dépayse un peu, nous entraînant dans les mystères insondables de l’ancienne Egypte. Les autres nouvelles sont, à mon avis, légèrement inférieures, mais valent néanmoins le détour, donnant à l’ensemble un intérêt certain qui me donne envie, après coup, de me replonger à l’occasion dans les autres œuvres de Lovecraft, et, un jour, de me procurer ce fameux Dagon, qui possède quelques petites perles que je n’ai pas encore (honte à moi) eu l’occasion de lire.


Points Positifs :
- Huit nouvelles de Lovecraft, le maitre de l’indicible, pour moins de deux euros, une somme modique surtout pour un contenu plutôt intéressant.
- Si l’ensemble est parfois inégal, force est de constater qu’il y a quelques petites perles comme Herbert West, réanimateur, La tombe et, bien entendu, Les chats d’Ulthar.
- Prisonnier des pharaons pour son côté dépaysant.

Points Négatifs :
- Bien évidement, si certaines nouvelles sortent du lot, il faut reconnaitre qu’une bonne moitié de celles-ci, sans être mauvaises, sont inférieures qualitativement parlant a celles citées précédemment.
- Nous sommes bien entendu loin de ce que Lovecraft a put publier par ailleurs et de ses plus belles œuvres, mais bon, ne crachons pas dans la soupe, surtout au vu du prix !

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...