vendredi 5 décembre 2008

REQUIEM CHEVALIER VAMPIRE : DRAGON BLITZ


REQUIEM CHEVALIER VAMPIRE 5 : DRAGON BLITZ

A sa mort, Heinrich pensait trouver la paix et non le chaos de Résurrection, un monde où les terres et le temps sont inversés, et où il découvre qu’il est un vampire. Adoubé chevalier sous le nom de Requiem, il est plongé dans un conflit cosmique entre des dieux étranges dont il est peut être la clé.

Tient, cette fois ci, c’est autour d’Otto d’être le protagoniste principal des premières pages, le fameux « flash back ». Nous le retrouvons donc, quelques années après la guerre dans des montagnes en Amérique du sud, poursuivie par d’anciennes victimes, bien décidées à se venger. Mais le vieux SS à plus d’un tour dans son sac et manque de peu de s’en sortir, ne serais ce l’intervention de la sœur de Rebecca (ah bon, elle à une sœur ?) qui parvint finalement à ses fins. Belle entrée en matière pour ce cinquième volume du cultissime Requiem, ce « Dragon Blitz », ou l’on aura évidemment droit à des dragons (c’est fou ce que la faune de Résurrection est variée), mais le terme « Blitz » faisant bien entendu référence aux bombardements de la Grande Bretagne par la Luftwaffe entre 1940 et 1941. Après tout, vu le nombre de nazis qui rodent dans cette BD, rien d’étonnant a cela. Le point d’orgue de ce cinquième tome est l’affrontement entre Requiem et son ancien ami, Otto, qui semblait devenir de plus en plus ineductable, vu le contentieux de ce dernier envers Rebecca. Après avoir réussi à libérer celle-ci des geôles de Dracula, Requiem et sa compagne s’enfuit à bord d’un avion, au beau milieu d’une attaque de dragons et de démons, tout en étant poursuivis par un Otto furibard qui cherche absolument à les abattre. L’occasion pour nous d’assister à un long affrontement aérien, plutôt agréable pour les yeux mais qui n’apporte pas grand-chose à l’intrigue si ce n’est que Thurim prend le control pour la première fois du corps de son « hote ». Au même moment, les goules pirates, entraînées par leur nouvelle chef, l’ancienne présidente de la planète Vénus, une féministe de la pire espèce qui soit imaginable, fondent sur un convoi d’opium noir destinée aux vampires. Et franchement, ce fut à mes yeux le moment le plus drôle de ce tome : Vénus est vraiment hilarante, avec tous ses sous entendus et son dégoût des hommes ; et il est assez rare de rigoler en voyant des types se faire tuer (sauf dans Hokuto no Ken, mais ceci est une autre histoire). Passé cet intermède lourd de conséquences pour la nation vampirique qui a de plus en plus de mal à tenir les masses de morts vivants subalternes en respect, nous retrouvons Requiem et Rebecca qui font la connaissance d’un vampire plutôt curieux, Sabre, qui les accompagne sur le chemin de retour vers Necropolis, la capitale du royaume. Etrange personnage que ce Sabre, véritable obsédé sexuel, il semblerait avoir été créer par les auteurs comme élément comique, mais quelque chose me dit qu’il n’est pas tout clair. On verra bien…

Ce Dragon Blitz, tout en gardant tous les éléments qui ont fait la force de la série, détonne un peu de part son coté bien plus humoristique que d’habitude (et par ses nombreux clins d’oeil que je vous laisse retrouver). Mais celui-ci n’est pas désagréable au final, et n’était pas absent des précédents volumes. Bien plus notable est le fait que cette fois ci, une certaine pause s’est installée dans les révélations, comme si l’on en avait trop reçu jusqu’à présent et que les auteurs souhaitaient se consacrer au développement de l’histoire (des liens se sont rompus, d’autres apparus), et à la description de nombreux lieux encore inconnus (à ce propos, un grand bravo au « train » de Résurrection, et aux habitants de Necropolis). Excellant tome malgré tout, on l’on commence à comprendre que cette série sera bien plus longue que l’on aurait pu le penser au départ.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...