vendredi 12 décembre 2008

LES TRESORS DE PICSOU 7


LES TRESORS DE PICSOU 7

Un véritable cadeau de Noël avant l’heure que ce septième volume des intégrales de Don Rosa, qui une fois de plus, nous enchante avec ses histoires passionnantes et ses planches superbes où l’on à la joie de retrouver les aventures du canard le plus riche du monde, l’inimitable et inégalable, Picsou.

Tout d’abord, l’affaire commence bien puisque contrairement au volume précédant, déjà critiquer sur ce blog (http://feanor-journal.blogspot.com/2008/08/les-trsors-de-picsou-n6-c-est-avec-un.html ), nous avons cette fois ci droit à une fort jolie couverture (c’est toujours mieux qu’un Rapetou) dorée, où la plupart des personnages principaux posent. Ce n’est peut être qu’un détail qui pourrait paraître insignifiant à beaucoup d’entre vous, mais je tenais à le signaler. Mais que vaut le contenu ? Car, après tout, peu importe un joli emballage si l’intérieur est à jeter. Bien évidemment, comme il fallait s’y attendre, c’est du tout bon, comme presque toujours avec Don Rosa. Alors, si l’on n’atteint pas les sommets de ce que fut la célébrissime « Jeunesse de Picsou », certaines des neufs histoires de cette compilation s’en approche presque, de part leur qualité. Etrangement, le fait que « La prisonnière de la vallée de l’agonie blanche » soit le summum de cet album ne tient il pas au fait que cette histoire revient sur la période où Picsou et Goldie cherchaient de l’or ensemble au Klondike ? Comme quoi, personnellement, il m’est difficile de ne pas avoir une préférence pour ces histoires où Don Rosa nous révèle le passé de notre canard préféré. A ce propos, je tenais à vous mettre au défit de me trouver un autre auteur Disney qui émaille ses histoires de références aussi explicites au sexe (ou à la mort, voir « La Jeunesse de Picsou »), voire en le suggérant. Mais l’intérêt de cette compilation ne tient pas uniquement à une seule histoire, quelque soit sa qualité. Comment ne pas être passionner par la quête en deux parties où Picsou et ses neveux sont sur les traces du trésor des templiers ? Et le retour du Chevalier Noir, qui va une fois de plus donner bien du fil à retorde à nos héros ? Si les deux BD avec les 3 Caballeros sont sympathiques, elles sont loin d’atteindre le niveau de celles citées précédemment, et à ce sujet, on leur préférera la courte, mais excellente (comme quoi tout n’est pas qu’une question de taille) « A l’attaque ! » qui ouvre ce septième volume, véritable quintessence de tout ce que Don Rosa peut nous offrir de loufoque et d’absurde, et se, sans quitter le coffre fort de Picsou.

Evidement, comme vous l’avez compris, nous voila une fois de plus avec ce qu’il faut bien appeler un achat indispensable, alors n’hésitez pas une seconde, et si 4€90 représente une somme trop importante, faites le vous offrir pour Noël, vous ne le regretterez pas et vous passerez un très bon moment en compagnie de cet avare au grand cœur qu’est Picsou.

Je ne comprenais pas, en furetant à droite et à gauche sur Internet, pourquoi ce septième volume était présenté pour certains comme étant le dernier de la collection. Après tout, Don Rosa était vivant ? En approfondissent mes recherches, hier, j’appris une bien triste nouvelle pour tous ses fans : hospitalisé cette année pour des problèmes aux yeux, il annonça en juin qu’il ne dessinerait plus jamais de BD. Franchement, Picsou a perdu l’un de ses plus beaux fleurons qui aura su lui redonner ses lettres de noblesses. Je ne sais pas vraiment de quelle maladie souffre Don, mais je lui souhaite plein de courage et le remercie pour m’avoir réconcilier avec Picsou depuis de longues années…

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...