jeudi 16 octobre 2008

TERRA INFERNO : LA MONTAGNE QUI RÊVE


TERRA INFERNO : LA MONTAGNE QUI RÊVE

Londres, 1924. Une gigantesque créature extraterrestre de la dimension d’une montagne se matérialise au centre de la ville. Le choc produit par sa seule apparition rend les gens fous. Ils subissent des mutations, s’abandonnent à la violence.
Trente ans après, le Dieu cosmique est toujours là, comme endormi. Les légendes disent que lorsqu'il se réveillera, ce sera pour achever la destruction de l’univers. Nadia et Seth viennent à Londres pour escalader ce Dieu Montagne et lui voler ses trésors. Mais leur rencontre avec Spare, vieux magicien qui dit pouvoir vaincre ce Dieu monstrueux, les amènera bien plus loin dans leur quête. Reste à savoir si Spare est réellement un homme de confiance…

Continuions dans les relectures de mes vieilles (enfin, c'est une façon de parler) bandes dessinées en nous intéressant cette fois ci a ce premier volume de Terra Inferno.
Sorti en 2007, je me souviens qu' a l' époque, l' intrigue avait motivée mon achat (ainsi que la couverture mais chut, faut pas trop ébruiter que je suis capable de claquer dans les 12 euros environ juste parce que une couverture m'a plu...) mais que mon impression, après lecture, avait été des plus mitigées.
Qu'en est il, un an plus tard?
Et bien, pour être franc, je n' ais pas vraiment changer d' avis...
Mais je m' explique:

Ce premier volume de Terra Inferno n' est pas, a proprement parler, un ratage complet, loin de moi une telle affirmation, il n' est pas foncièrement mauvais, mais je le trouve néanmoins moyen, et ce, malgré un concept de base qui avait su attirer mon attention.
Des créatures Cthuloides vivant en plein Londres, une humanité mutante ou folle (ou les deux a la fois), cela ne pouvait que me plaire.
Pourtant, des le départ, la déception était présente, et ce, tout simplement parce que je n' ai absolument pas accroché aux dessins.
Certes, je n' ai pas la prétention d' affirmer que l' artiste est un mauvais dessinateur, mais je n' aime pas son style, même si je reconnais qu'il s' est bigrement bien débrouillé avec les monstres; la dessus, il n' y a rien a redire. Par contre, pour ce qui est des humains, c'est une autre affaire... De plus, certaines cases semblent un peu trop vides a mon goût, voir, parfois bâclées.
Dommage, le parti pris de coloriser l'ensemble avec des teintes rougeâtres était une bonne idée, mais cela n' as pas suffit a réhausser le niveau.
Alors, me direz vous, ce qui compte, c'est le scénario!
Et vous n' avez pas tort.
Cependant, après un bon début qui promettait énormément, la suite est moins passionnante et au final, on ne sait pas très bien ou l'auteur veut en venir?
A sa décharge, disons qu'il ne s' agit que d'un premier tome mais je reste néanmoins perplexe sur la suite et ne l' attends pas, je l' avoue, avec une grande impatience...

Terra Inferno, a sa deuxième lecture m' a finalement laisser avec un arrière goût de gâchis; de bonnes idées mal exploitées, un scénario qui ne sait pas ou il va, des personnages qui auraient gagner a être un peu plus travailler mais qui possèdent un potentiel certain et des dessins, qui, franchement, m'ont rebutés.
On verra bien ce que donnera le deuxième volume et si celui ci réussira a rehausser un niveau qui, jusque la, est assez moyen.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...