vendredi 17 octobre 2008

LE TROISIÈME TESTAMENT : MARC OU LE RÉVEIL DU LION


LE TROISIÈME TESTAMENT : MARC OU LE RÉVEIL DU LION

Août 1307. L'inquisiteur Conrad de Mabourg est convoqué par l'archevêque Elsenor afin de résoudre une étrange affaire : tous les moines de l'abbaye de Veynes ont été massacrés après avoir découvert une crypte renfermant un mystérieux reliquaire.
Commence alors une longue enquête au coeur des sociétés secrètes, à la recherche du Troisième Testament...

Avec ce Troisième Testament, c'est a un gros morceau que je me suis réataquer, près de dix mois après l' avoir découvert pour la première fois.
Il arrive souvent que pour Noël, on reçoive des cadeaux qui nous plongent dans un abîme de perplexité et, pendant que l'on se demande ce que l'on va en faire, il faut tout de même sourire et vanter le choix de la personne qui nous l' a offert, ne serais ce que par la plus élémentaire des politesses mais également, pour ne surtout pas la vexer.
Or, ce ne fut pas le cas et ce fut avec le plus grand des sourires, que je découvris, en décembre dernier, les deux premiers tomes de cette saga qui furent immédiatement considérés comme mon meilleur cadeau de noël 2007.
Évidement, tout ceci ne vous intéresse pas le moins du monde, et vous avez raisons, mais commencer la critique des 4 albums qui composent (et ce, sur 4 post différents) le Troisième Testament n' étant pas une mince affaire, je me suis permis une petite introduction légèrement hors sujet mais qui vous montrait quel était mon état d' esprit a l' époque.
État d' esprit qui n' a pas changer le moins du monde après cette deuxième lecture...

11 ans après sa sortie, ce premier tome du Troisième Testament fait toujours aussi fort, avec lui, il n' y a pas a se poser trop de questions, on se doute que la saga sera grandiose et que la possibilité d'être déçu sera infime.
Tout d'abord, et mes plus fidèles lecteurs le savent désormais, cette série ne pouvait que me plaire de part son intrigue, l' époque ou elle se déroule et les différents protagonistes. Tout était réuni pour que je passe un très grand moment et pourtant, si l'on réfléchis bien, il n' y a rien de bien original dans le scénario:
Une fois de plus, l' Église en toile de fond avec ses éternelles intrigues, des secrets qui pourraient remettre en jeu les croyances de millions de fidèles s'ils étaient dévoilés, un héros désabusé qui cherche a se venger et l' époque, le moyen âge forcement.
Et pourtant, cela marche parfaitement.
Comme quoi, c'est souvent dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures soupes (enfin, quelque chose dans le genre) et que, même les idées les plus exploitées peuvent encore donner des histoires sublimes, si l'on a le talent de s'en donner la peine.

Et du talent, les deux auteurs on possèdent a profusion; que cela soit au niveau du scénario ou du dessin, il n' y a rien a jeter.
Le premier est une parfaite réussite, sachant éviter le piège du "déjà vu" pour nous entraîner dans de sombres histoires de complots a l' atmosphère proche du cultissime ' Nom de la Rose", dont l'on constate a chaque page les diverses inspirations.
De plus, il arrive souvent que dans un premier volume, l' auteur prenne son temps pour poser son univers et ses divers personnages, ce qui peut parfois se faire au détriment de l'intrigue qui, du coup, a du mal a se mettre en place. Hors, ce n' est absolument pas le cas cette fois ci et des les premières pages, le lecteur se trouve plonger dans une intrigue parfaitement maîtrisée et passionnante.
Le second, les dessins, sont de très bonnes factures et participent largement a la qualité finale de l'ouvrage. Si, malheureusement, quelques petites cases apparaissent parfois comme un peu brouillonnent, d'autres, bien plus nombreuses rehaussent largement le niveau et je ne parle même pas de la représentation des villes ou des paysages, tout bonnement parfaites au point que l'on a presque l' impression de se replonger en plein coeur du moyen âge.

Mais comment ne pas vous parler des personnages, en particulier du charismatique Conrad de Marbourg, aux faux airs de Sean Connery ( le Nom de la Rose, je vous le disais bien...), sur qui repose une bonne partie de l'intérêt de l' intrigue, héros désabusé au passé remplis de lourds secrets, archétype mille fois vu et revu et pourtant réussi.
D' ailleurs, du coup, Elisabeth d'Elsenor souffre de la comparaison et apparaît, a première vue moins intéressante. Mais ce n' est qu'un premier tome, ne l'oublions pas.
Et si certaines figures commencent a faire leur apparition, ce n' est que de facon fugitive et celles ci laissent entrevoir un potentiel certain...

Je pense que vous l' avez compris, "Marc ou le Réveil du Lion" est une parfaite réussite et ouvre magistralement la saga; ne possédant quasiment aucun défauts, son unique péché serait d'être peu original, mais même cela ne compte pas lorsque l'on voit le résultat final.
Une excellente BD, a lire absolument!

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...