mardi 9 septembre 2008

LES ANNALES DU DISQUE MONDE : PYRAMIDES


LES ANNALES DU DISQUE MONDE : PYRAMIDES

Teppicymon XCXVII est mort et il a un peu de mal à se faire à cette idée. Même s'il respecte le professionnalisme des embaumeurs, voir ces sympathiques artisans plongés jusqu'aux coudes dans vos entrailles a quelque chose qui vous remue les tripes.
Son fils va lui succéder et lui aussi a quelque difficulté à s'adapter à la nouvelle situation. Pas facile d'hériter du trône quand on est encore un ado et qu'on vient d'achever ses études à la Guilde des Assassins...
Vous voilà soudain responsable du lever du soleil comme de l'abondance des récoltes. Et les ennuis vous guettent : vaches grasses, vaches maigres, sphinx, prêtres fanatiques, crocodiles sacrés et momies vagabondes. Sans compter que la Grand Pyramide a précipité le royaume dans une faille spacio-temporelle.

Ce septième volume des Annales du Disque Monde est un peu diffèrent des autres, puisque, pour une fois, nous quittons les personnages plus ou moins récurrents de la série pour nous plonger dans un ancien royaume dont toute ressemblance avec l' ancienne Egypte est tout sauf fortuite.
Et c'est ce qui rehausse l'intérêt de ce livre et de la saga, par la même occasion, car ce dépaysement, nous évite de tourner en rond et nous montre un autre aperçu de la géographie du Disque et de toutes les possibilités romanesque qui en découlent, et ce, même si la cité d' Ankh-Morpok est présente dans la première partie de l' oeuvre (avec au passage, de forts utiles développements sur les différentes guildes de la ville, en particulier la guide des Assassins qui nous préoccupe ici ou l'on suit la formation de ceux ci).
Donc, nous voila avec une géniale copie de l' Egypte, lui même entouré de deux autres nations qui nous font penser immédiatement a la Grèce et a la Perse.
Le décor est planté, et l'on ne va pas s'ennuyer une seule seconde!

Une fois de plus, Terry Pratchett ne déçoit pas et nous offre, avec "Pyramides" un excellent roman a l'humour subtil et corrosif ou un jeune héritier, Teppic, qui rêvait de devenir assassin, se voit forcé de rentrer chez lui a la suite du décès de son père afin de prendre sa succession.
Bien évidement, pour avoir vu le vaste monde extérieur, notre héros du jour rêve d' apporter quelques progrès a sa population, mais cela ne sera pas aussi simple car il est difficile de changer des traditions vieilles de 7000 ans.
Surtout que le garant de celles ci, le grand prêtre Dios veille au grain.
A ce sujet, celui ci mérite une mention spéciale.
Jusqu'à présent, Pratchett nous avais inventer des personnages, qu'ils soient importants ou secondaires, attachants et charismatiques. Avec Dios, on a l'un des plus intéressants de part sa personnalité , inquiétante et complexe. Si de prime abord, celui ci ne semble pas payer de mine, il se découvre au fil de la lecture (et des diverses révélations) et gagne en intérêt, et ce, jusqu'à la révélation finale (mais chut!).
Quand aux autres personnages de "Pyramides", fort nombreux, l'on est pas déçus une seconde, et pourtant, ils sont légions entre l' architecte et ses deux fils (hilarants), l' embaumeur et son apprenti, Ptorothée et ses origines mystérieuses, les compagnons de la guilde des assassins, les philosophes (l'un des grands moments du livre, peut être le plus drôle) et surtout, le plus grand mathématicien du disque!
Mais il ne faut pas oublier le Pharaon précédant!
Certes, il est mort, mais cela ne l' empêche pas de vaquer a ses occupations....

Bien évidement, comme d'habitude chez Pratchett, rien ne sera simple et les péripétie les plus loufoques font se succéder au fil des pages entre des pyramides de plus en plus grandes et de plus en plus dangereuses, un royaume entier qui disparaît, des momies qui se promènent, des Dieux qui apparaissent, un Sphinx et...son énigme (forcement!), Dios et ses secrets et Teppic, au beau milieu de tout ça, essayant de faire de son mieux.
Et si je vous dit que les mathématiques, la physique quantique, les marges de bénéfice et la philosophie tiennent une place primordiale dans cette oeuvre, vous comprenez peut être ou vous mettez les pieds?
Ou ça?
Dans un (une fois de plus) excellent volume des Annales.
Bien évidement, a lire....

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...