jeudi 3 juillet 2008

L’ÎLE NOIRE


L’ÎLE NOIRE

En se promenant dans la campagne avec son chien Milou, Tintin est blessé par de mystérieux aviateurs tombés en panne. Ses amis les détectives Dupond et Dupont lui rendent visite à l’hôpital et se renseignent sur l’avion suspect, qui s’est finalement écrasé à Eastdown, dans le Sussex en Angleterre. Après leur départ, Tintin décide de retrouver lui-même la piste de ses agresseurs. Deux complices des aviateurs se retrouvent dans le train que prend Tintin, et le font arrêter en faisant croire qu’il a agressé et volé le portefeuille de l’un d’eux, un dénommé Wronzoff. Ils glissent dans les poches de Tintin une matraque et le portefeuille en question. Les Dupondt, qui se trouvent eux aussi dans le train, n’ont d’autre choix que d’arrêter leur ami. Tintin réussit toutefois à s’échapper grâce à Milou, qui subtilise les clefs des menottes aux Dupondt endormis. Après sa fuite, il se retrouve nez-à-nez avec les policiers qui tentent une nouvelle fois, sans succès, de le rattraper. Tintin réussit à prendre le ferry pour l’Angleterre, mais les deux malfaiteurs qui ont monté le coup du train sont également à bord.

Me replonger dans la relecture des aventures de Tintin fait remonter en moi un tas de souvenirs de mon enfance ainsi que ce simple constat: qu’est ce que j’ai put aimer l’œuvre d’Hergé ! S'il ne fut pas mon premier Tintin (l’honneur revint aux Cigares du Pharaon), l’Île Noire fut l'un de mes préférés et en le relisant hier, je comprends parfaitement pourquoi.

Tout d' abord, un petit résumé du scénario : A la suite d'une mauvaise rencontre avec les occupants d'un étrange avion en détresse, notre reporter a la houppette se voit embarqué pour la Grande Bretagne en compagnie de son fidèle Milou et poursuivit par les impayables Dupont(d) qui comme a leurs habitude croient Tintin coupable d'un méfait, sur les traces d'une bande de faux monnayeurs. Il y rencontrera pour la première fois le Dr Müller, qui refera surface par la suite et l’histoire s’achèvera dans le repaire des malfaiteurs situé dans un château en ruines, sur une île au large de l’Écosse.

Si a priori, le scénario de l’Île Noire ne brille pas par une originalité époustouflante, il n’en reste pas moins prenant et ce, surtout grâce a un rythme très élevé qui ne laissera aucun répit a notre reporter (et a nous lecteurs) de la première a l’ultime case. A ce sujet, il faudrait évidement que je relise toute la collection pour en être sur mais de mémoire, il me semble bien que l’Île Noire soit bel et bien l’aventure de Tintin la plus endiablée ou gags, courses poursuites, affrontements et autres rebondissements s’enchaînent a une vitesse vertigineuse. Et cela, sans lasser une seule seconde. Personnellement, je me suis (re)passionné pour l’histoire et l’ai lu d'une traite, sans voir le temps passé. Certes, je reconnais que l'Île Noire n'est pas du niveau que ces chefs d’œuvre absolus que peuvent l’être les diptyques comme Le Secret de la Licorne/Le Trésor de Rackham le Rouge ou Les 7 Boules de Cristal/Le Temple du Soleil par exemple, qui sont de véritables monuments, mais il est peut être bon de rappeler que l’ensemble des aventures de Tintin est d'un très bon niveau et que, dans le fond, il n’existe pas de « mauvais Tintin ».

Alors, si vous souhaitez vivre une aventure haletante et amusante qui saura vous passionner un petit moment, n’hésitez pas une seconde et plongez (ou replongez) vous dans la lecture de l’Île Noire.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...